Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7.2
Scénario 7.3
Images 7.8
Emotions 6.5
Suspense 5.8
Musique 6.3
Acteurs 7.6
Originalité 7.9

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 8 20 ans
Liste d'Or 13 21 ans
Liste d'argent 8 21 ans
Liste de bronze 9 21 ans
J'ai vu aussi 19 21 ans
Mes envies 30 20 ans
Je n'ai pas apprécié 8 30 ans
Ma PAV(pile à voir) 19 20 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Zero Theorem

Date de sortie

France : 25 Juin 2014

Apprécié pour

Studio

2014
Nationalité : Américain, Britannique, Roumain
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par pwachevski le 11-08-2015
Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes. La solitude de Qohen est interrompue par les visites des émissaires de Management : Bob, le fils prodige de Management et Bainsley, une jeune femme mystérieuse qui tente de le séduire. Malgré toute sa science, ce n’est que lorsqu’il aura éprouvé la force du sentiment amoureux et du désir que Qohen pourra enfin comprendre le sens de la vie...

Citations et Répliques du Film

Ajouté par Gargouille le 30-01-2016
-Ça n'a pas l'air très amusant de vieillir. J'ai remarqué que les vieux faisaient toujours la même chose jour après jour après jour. C'est comme si on écoutait la même chanson en boucle.

-C'est peut-être une jolie chanson.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par pwachevski le 2015-08-11 23:45:12 Editer
pwachevski Or
Je, enfin nous, car vous allez bien me permettre de parler de moi à la première personne du pluriel comme le personnage principal... Donc nous rejoignons tout à fait l'avis des personnes qui nous ont précédés : ce film n'est pas du tout fait pour plaire à tout le monde. C'est quitte ou double, ça passe ou ça casse. Ou on adhère et on passe un moment génial qui fera même oublier les faiblesses objectives du scénario, ou on n'adhère pas et on s'ennuie totalement pendant 1h40.

Pour notre part, nous avons totalement adhéré à cet univers. Mais vraiment, quand nous disons que nous avons adhéré, nous voulons vraiment dire que nous avons adhéré à 3000%, et qu'il nous a fallu environ 2 minutes et demie pour savoir que nous allions adorer ce film. Et nous ne nous sommes pas trompé. Autant les décors absolument sublimes que la narration compliquée ou que les thèmes évoqués nous ont séduit.
Alors oui, le scénario est tellement court qu'il ne tient même pas sur un post-it mais carrément sur un timbre poste, et nous serions facilement tenté de dire que ce film n'a absolument aucun sens, mais nous nous en fichons totalement. Ce film nous a fait le même effet qu'un bon livre de fantasy : nous nous en foutons de l'intrigue, ce qui est intéressant c'est l'univers (et ne mentez pas, vous comprenez totalement ce que nous disons : tout le monde se fiche de savoir qui posera ses fesses sur le trône de fer à la fin, ce que nous voulons, c'est du cul, des manipulations politiques, Peter Dinklage et des dragons. Mais nous commençons à divaguer là). Et donc comme nous l'avons dit, nous avons adoré cet univers, donc par conséquent nous avons adoré ce film.

L'univers n'est pas réellement, ou en tout cas pas complètement, nouveau en soit, ce bon vieux Terry Gilliam n'a fait que reprendre ce qu'il avait déjà amorcé dans "Brazil" (il faut d'ailleurs vraiment que nous revoyons de toute urgence ce film). A savoir un univers clairement inspiré, entre autre, du roman "1984" d'Orwell (Par exemple, Management ressemble carrément à Big Brother), mais aussi du "procès" de Kafka.
Mais là où Terry Gilliam est un pur génie, c'est qu'il ne se contente pas de copier/coller ce qu'ont fait les autres. Il a parfaitement compris que même si le livre "1984" se passe, bah, en 1984, il fait une critique du monde au moment de la sortie de ce livre, c'est à dire le monde de 1949. Cette critique n'est plus complètement pertinente aujourd'hui, ou en tout cas, mériterais une sérieuse mise à jour. Dans ces films, Terry Gilliam a l'ambition de faire cette mise à jour, et donc de faire une critique du monde au moment de la sortie du film. Donc de 2014 pour "Zero Theorem".

C'est donc ainsi que nous débarquons dans un monde bruyant et ultra connecté, où tout, même les relations amoureuses ou le sexe peut être vécu de façon dématérialisé. Nous suivons une brochette de personnages terriblement seuls, et c'est ça qui nous les a rendu vraiment très touchants. Nous pensons que ce film propose de véritable enjeux dramatiques, qui fonctionnent totalement malgré une relation amoureuse qui pourrait souffrir de quelques petits clichés.
L'autre thème principal de ce film, nous dirions que c'est la religion. Ou plutôt la croyance ou la foi. Notamment sur la fin, qui propose une critique assez acerbe et fait un constat qui pourrait faire grincer des dents à plus d'une personne. Nous remarquerons aussi que le personnage principal, Qohen, à un nom d'inspiration biblique (Qohelet) et vit dans une chapelle. Sur ce point, nous retrouvons plutôt le Terry Gilliam de "la vie de Brian". Parce que oui, Terry Gilliam, avant les films de SF dystopique de masturbation intellectuelle, c'est aussi et surtout les films un peu con des Monty Python.
Puis il y a bien sur ce fameux théorème zéro, le TZ pour les intimes, en d'autres termes : mais pourquoi diantre nous existons ?! Et la théorie qui nous est exposée par le personnage de Bob n'est finalement n'est pas si idiote que ça. Nous avons forcément une part de nous même qui se dit "et pourquoi pas ?". Mais le sens que Qohen a donné à sa vie est aussi valable après tout. A moins que, finalement, c'était la sexy Bainsley qui venait donner du sens à sa vie... En bref, le film ne donne pas de réponse claire et nous pensons d'ailleurs qu'il n'y a pas vraiment de bonne réponse à cette question, à chacun de se faire son idée.

Donc voila, pour toutes ses raisons, nous ne pensons pas que le scénario soit si mauvais que ça. Il est très court mais plein de bonnes idées, qui auraient surement méritées d'être exprimées un peu plus clairement pour faire un film un peu plus "grand public". De même nous avons trouvé la fin un peu précipitée. Et c'est peut-être pour ça que "Brazil" a atteint le stade de film culte et que "Zero Theorem" est plus passé inaperçu. Nous espérons que notre commentaire aura pu vous donner certaines pistes pour comprendre cette œuvre complexe. En toute modestie tout de même, nous n'avons pas la prétention de dire que nous avons tout saisi.

Pour finir, un mot sur le casting qui est totalement dantesque.
Nous avons une petite déception tout de même car nous savons que le rôle principal aurais à la base du être joué par Ewan McGregor, que nous apprécions beaucoup... Mais des abandons puis reprises du projet auront eu raison de sa présence. Le bébé a donc été refilé à Christoph Waltz, à peine reconnaissable sans ses cheveux et sourcils. Il faut pas déconner : c'est très, très, très bien aussi. Il signe là encore une très, très, très bonne composition.
Jolie surprise pour Mélanie Thierry. Non pas que nous ne l'apprécions pas, mais nous savons pertinemment que plus d'un acteur à tendance à jouer plus mal quand il ne joue pas dans sa langue natale. Et finalement nous n'avons pas constaté d'impacte particulier sur la qualité de son jeu du fait du passage à l'anglais. Au contraire, elle interprète à merveille son personnage de call-girl, le moindre de ses gestes est vraiment dans la séduction et la sensualité, sans non plus tomber dans le vulgaire. Bref, tout à fait ce que nous attendons d'un tel personnage, nous nous demandons même si ce n'est pas finalement elle que nous avons préféré.
Puis nous avons aussi Joby, ce personnage que nous avons observé longuement en nous disant "nous l'avons déjà vu quelque part..." avant d'avoir une révélation et de nous écrier "C'EST LUPIN DE HARRY POTTER !". Nous avons également la constamment parfaite Tilda Swinton, qui a une fois de plus changé de visage pour l'occasion. Et puis, il y a aussi ce très étrange Matt Damon, qui a carrément des faux-airs de Philip Seymour Hoffman dans ce film, ce qui n'est PAS DU TOUUUUUUUT perturbant.

Pour conclure, nous ne vous garantissons pas que vous allez aimer ce film autant que nous, nous ne vous garantissons même pas que vous allez aimé tout court, mais nous pensons que ce film a une originalité et une intelligence qui fait qu'il mérite qu'on s'y intéresse un peu et qu'on lui laisse sa chance, malgré les critiques carrément très partagées. Mais peut-être faudrait-il tout de même d'abord lire Orwell et voir "Brazil", histoire de s'initier plus en douceur (quoi que) avec les thèmes que le réalisateur à l'intention de développer et les critiques qu'il tente plus ou moins bien de faire.

(PS : en fait c'est vachement dur de parler de soi à la première personne du pluriel)
Par SevenRed le 2014-09-13 14:03:41 Editer
J'ai adoré les décors, le fond, la forme. Des acteurs excellent d'ailleurs. Quant au scénario, il m'a laissée perplexe. Je ne suis pas parvenue à regarder ce film à un niveau de visionnage qui m'aurait permis de le comprendre.
Par PowLeen le 2014-07-04 16:10:42 Editer
J'ai beaucoup aimé l'histoire du film et les personnages sont très attachants (Bob, Qohen, Bainsley...) . L'ambiance générale est super particulière mais elle convient bien au film qui est complètement barré! Les acteurs sont géniaux.

Beaucoup de bons points pour ce film selon moi, même si je suis tout à fait d'accord: c'est quitte ou double!
Par Snowheart le 2014-06-29 19:06:22 Editer
Effectivement, c'est quitte ou double... J'ai failli accrocher : de bons acteurs, un joli visuel qui ne manque pas de détails, des passages drôles, des clins d'oeil, de la parodie, et une mention spéciale au personnage de Bob.
Pour parfaire tout ça, il n'aurait manqué qu'une pointe de scénario en plus : j'avais beaucoup aimé l'Imaginarium du docteur Parnassus, j'ai été déçue par Zero Theorem.