Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8.4
Scénario 8
Images 8.1
Emotions 8
Suspense 8.1
Musique 7.7
Acteurs 8.9
Originalité 7.6

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 12 19 ans
Liste d'Or 20 19 ans
Liste d'argent 6 22 ans
Liste de bronze 7 23 ans
J'ai vu aussi 11 22 ans
Mes envies 16 19 ans
Je n'ai pas apprécié 1
Ma PAV(pile à voir) 4
Vos favoris l'ont en cinéthèque

J'ai rencontré le Diable

Titres alternatifs

Français : I saw the devil

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

2010
Nationalité : Sud Coréenne
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par beckygirly le 19-12-2013
Soo-hyun, jeune agent des services secrets sud-coréen, se lance à la poursuite du tueur en série qui a tué sa fiancée alors enceinte, avec en tête un plan de vengeance aussi diabolique que l'est le criminel avec ses victimes. Ce jeu du chat et de la souris déclenchera une terrible vague de violence…

Citations et Répliques du Film

Ajouté par beckygirly le 05-01-2014
"Si tu regardes longtemps au fond de l'abîme, l'abîme aussi regarde au fond de toi... "

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par beckygirly le 2013-12-19 11:31:14 Editer
Le thème de la vengeance est un sujet maintes et maintes fois repris au cinéma dont la trame principale est souvent la même : c’est-à-dire la poursuite d’un criminel/tueur qui a bouleversé la vie du héros. L’originalité d’un film tient plus du déroulement, et de ce côté-ci, on ne peut qu’admirer les films coréens pour leur approche plus que surprenante de ce thème. On l’a déjà vu en 2003 avec Old Boy, œuvre magistrale qui a su offrir aux spectateurs de fortes émotions (positives ou négatives), et on le revoit quelques années plus tard avec I Saw the Devil. Après s’être essayé à différents genres, l’auteur du drame horrifique 2 Sœurs et du western Le Bon, La Brute et Le Cinglé se lance dans le thriller et la chasse au tueur pour un résultat remarquable.

Alors que le film débute d’une manière assez classique avec l’enlèvement et le meurtre d’une jeune femme, la suite nous offre une épopée particulière qui détonne grandement avec ce à quoi nous somme habitués. On délaisse le code du film de vengeance – la justice ne peut rien faire pour moi alors je me venge tout seul – pour se lancer dans une course psychologique effrénée où les rôles du héros et du méchant s’inversent tout à tour, plongeant dès le départ le spectateur dans une stupéfaction grandissante. En effet, le héros retrouve dès le début celui qui a tué sa fiancée, cassant directement la trame usuelle des films de vengeance. Mais au lieu de se venger directement, il laisse repartir sa proie pour mieux la retrouver et la faire souffrir. Ainsi débute une traque sans merci sous des airs de jeu du chat et de la souris.

Le film oscille entre sadisme et cruauté, nous dévoilant toute l’horreur dont sont capables les deux personnages principaux. Entre un tueur tordu qui découpe ses victimes encore vivantes et un fiancé meurtri dans son cœur qui n’hésite pas à user de moyens peu conventionnels pour chasser sa proie, on se demande qui est réellement le monstre. C’est d’ailleurs ici que l’on prend conscience de l’importance du physique des deux personnages. D’un côté on a un tueur vicieux, représenté par le célèbre Min-sik Choi (Old Boy), à l’allure quasiment bestiale, qui caractérise parfaitement son rôle. De l’autre, on a le charmant Byung-hun Lee, (déjà vu dans Le Bon, la Brute et le Cinglé), sportif, qui représente le héros par excellence. Malgré cette différence de physique, ils vont tous deux se retrouver au même niveau dans un rapport de force constant, nous démontrant alors que sous ce visage d’ange se cache peut-être le diable du titre. On va alors assister à un processus de déshumanisation pour notre héros. Il n’existe plus aucune morale pour lui et il s’enfonce petit à petit dans les traces de sa proie. On se rend compte avec cette quête assoiffée de vengeance qu’il n’y a plus aucun espoir de retour pour le héros, comme nous le démontre la fin, terrible mais jouissive.

A travers une réalisation efficace et maitrisée, on assiste à une descente aux enfers ponctuée par des scènes violentes qui côtoient l’horreur, mais qui, grâce à une photographie superbe, en devient presque poétique.

Même si I Saw the Devil n’égale pas Old Boy, on ne peut ignorer ce film fort en émotions et très intéressant par le point de vue qu’il développe. On ressort décontenancés par sa vision, mais il ne nous laisse pas indifférents, quel que soit notre impression finale.