Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8
Scénario 8.1
Images 8
Emotions 8.8
Suspense 7.7
Musique 7.5
Acteurs 8.1
Originalité 7.8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 86 17 ans
Liste d'Or 143 18 ans
Liste d'argent 78 19 ans
Liste de bronze 59 17 ans
J'ai vu aussi 63 18 ans
Mes envies 214 18 ans
Je n'ai pas apprécié 6 19 ans
Ma PAV(pile à voir) 59 18 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Le Garçon au pyjama rayé

Titres alternatifs

Anglais : The Boy in the Striped Pyjamas

Date de sortie

Dvd France : 11 Octobre 2011

Apprécié pour

Studio

2008
Nationalité : Américain, Britannique

Budget : 12 500 000 USD
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Rodney le 19-12-2013
Seconde Guerre mondiale. Bruno a tout juste 9 ans lorsque son père, un officier nazi remarqué par le Führer, se voit confier le commandement du camp de concentration polonais d'Auschwitz. Le petit garçon n'apprécie guère de devoir quitter la belle et grande maison de Berlin pour se retrouver dans une demeure isolée et triste. De sa chambre, il aperçoit des hommes, des femmes et des enfants tous vêtus de pyjamas rayés. Personne ne lui explique qui ils sont, mais l'innocence aidant, il va se lier d'amitié avec un enfant juif...

Citations et Répliques du Film

Ajouté par cloclo9898 le 10-01-2015
-Pourquoi tu es enfermé ici? Tu as fait quelque chose de mal?
-C'est parce que je suis juif...

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Par Rowan le 2015-01-22 20:06:40 Editer
Un film... horrible, la fin en tout cas, qui est vraiment ce qui marque. C'est vrai que certains éléments de l'histoire sont peu crédibles, et parfois les avis au sein de la famille sont trop tranchés (le père et la fille pro-nazis, évidemment les deux seuls blonds, et la mère et le fils plus ouverts), mais cela se nuance sur la fin. Je n'ai pas trouvé les personnages très intéressants, mais la vision proposée par le film reste originale (une page noire de l'histoire à travers le regard de l'enfance). La fin choque vraiment, on se dit qu'ils ne vont pas oser aller jusqu'au bout de l'idée, et finalement si, et ils ont du mérite pour cela. Il n'y a qu'avec ce résultat que le père se rend compte de l'horreur du projet qu'il mène. Et cette dernière image du baraquement rempli de pyjamas est pertinente: elle montre que chaque personne a dû le vêtir, se déguiser, comme Bruno, sans avoir conscience des conséquences que cela allait entraîner. Idem pour le père qui a mis son uniforme sans savoir ce qu'il impliquait (d'ailleurs la grand-mère elle-même affirme qu'il se déguise). Enfin bref, un film qui frappe surtout pour son dénouement choc, et qui porte un regard nouveau (qui ne fera pas l'unanimité) sur les camps de concentration.
Par elana55 le 2015-02-13 20:41:48 Editer
Et bien, pour un film touchant c'est un film touchant... J'ai trouvé qu'il nous montrait bien le décalage entre l'univers concentrationnaire et l'univers des officiers nazis, et cela grâce au regard de deux enfants séparés par la guerre et qui pourtant vont devenir amis... C'est vraiment une très belle et tragique histoire, à travers l'innocence et la naïveté de l'enfance on ne peut que remarquer la futilité et l'inutilité des guerres qui ne servent à rien. Avec la candeur de l'innocence, c'est une belle leçon de tolérance et d'acceptation que nous offrent ces petits garçons, et on se rend compte que l'amitié ne dépend évidemment pas de la couleur de peau ou d'une religion. Ainsi Bruno qui ne comprend pas vraiment cette guerre ni ces enjeux et encore moins que des hommes puissent enfermer d'autres hommes dans des camps va découvrir progressivement e quotidien de son ami. C'est très intéressant de voir à quel point un enfant de l'extérieur ne peut pas s'imaginer les horreurs qui se passent dans les camps.

Ce film nous livre une très poignante histoire, très intéressante et originale qui nous donne un autre point de vue sur cette guerre abominable. Cette fois-ci c'est le quotidien d'une famille nazie que l'on suit, ce qui sympathique car on peut observer les différentes réactions et évolutions des personnages, même si ça reste un peu dans le prévisibles pour certains éléments...
Spoiler(cliquez pour révéler)
Comme par exemple la sœur qui se radicalise et finit par être totalement endoctriné tandis que Bruno ne rêve que d’aventure et ne se préoccupe pas des soucis des grandes personnes.

Mais bon, ensuite que dire de ce film si ce n'est qu'il m'a profondément bouleversé, et que j'ai pleuré pendant toute la dernière demi-heure ainsi que dix minutes après tant cette fin est horrible... Jusqu'aux derniers instants j'osais encore espérer que ça n'allais pas finir comme je l'avais prévu, je voulais croire à une happy-end, mais au final c'était la fin à laquelle je m'attendais... Et pourtant même si cette fin était prévisible, elle n'en reste pas même bouleversante car les enfants ne comprennent pas ce qui se passe alors que le spectateur sait très bien comment ça va se finir...
Spoiler(cliquez pour révéler)
Je ne voulais pas qu'ils meurent tous les deux, dire que Bruno a eu la candeur de croire qu'il ne lui arriverait rien s'il rentrait dans le camps pour aider son ami, mais au final ils finissent dans la chambre à gaz, avant que ses parents n'aient pu le retrouver... Et c'est cette scène finale qui m'a tellement fait pleuré et espérer qu'au final il s'en sortirait.


Mis à part cela, j'ai trouvé que les acteurs étaient très bons, les personnages sont pour la plupart très justes, et j'ai particulièrement apprécié Bruno et son ami, je les ai trouvé très sincères.

Après, la musique est très bonne, et on a le droit à une réalisation soignée et à de beaux choix esthétiques ce qui nous donne un rendu très soigné.

Bref, c'est un film qui m'a vraiment touché et que j'ai trouvé vraiment beau et sensible, il nous montre la guerre sous un autre angle qui est très intéressant et il nous pousse à réfléchir un peu plus sur cette période.
Et puis, aucuns aspects n'est épargné, certaines scènes sont très éprouvantes à regarder.
En tout cas, j'ai adoré ce film et j'en garderait un très bon souvenir.

Les derniers commentaires ajoutés

Par Kitsune le 2017-06-18 21:14:17 Editer
J'ai vu ou lut pas mal de films (livres) relatant des camps de concentration, de la guerre, des juifs et des allemands...mais jamais aucun dans le regard d'un enfant.
Mais maintenant voilà qui est fait.
J'écris le commentaire à chaud car je viens juste de terminer le film et le seul mot qui me viens à l'esprit est horrible....il est beaucoup plus dur de faire face à la réalité lorsqu'elle est vu avec l'innocence des enfants.
Leurs mots, leurs questions, les réactions des adultes....tout est décrit la perfection.
Il faut tout de même avoir les nerfs bien accrocher pour visionner ce film et ce préparer psychologiquement à pouvoir être choqué.
Par AnaFernande le 2017-06-01 11:55:27 Editer
Est-il utile de critiquer ce film? On peut certes remarquer quelques adaptations différentielles vis-à-vis du livre, mais comme je le dirais pour le film ''La vie est belle'' on adopte le regard nouveau que nous apporte les personnage et c'est ainsi qu'on arrive à aborder une période sombre, des événements insoutenables. La réalité n'est jamais telle qu'elle est mais comme on la perçoit. A vous de percevoir ce que ce film pourrait vous apporter et à chacun son parcours. Positivez
Par Sherlocked_666 le 2016-12-14 15:44:08 Editer
Une histoire magnifique vécue à travers les yeux d'un enfant adorable, naïf, candide, qui nous donne une leçon de vie.
La fin... elle m'a arraché des larmes d'horreur tant je l'ai trouvée cruelle, et cruelle elle l'est, tout comme les événements survenus durant la Seconde Guerre Mondiale, cruelle car elle nous fait prendre conscience de l'horreur de ces années-là bien plus que la plupart des cours d'histoire ne le feront jamais.

Mention spéciale à David Thewlis, cet acteur si polyvalent qui m'a conduit jusqu'à ce chef-d'oeuvre...
Par Chiron52 le 2016-10-15 23:30:38 Editer
Chiron52 Or
J'ai regardé ce film avec mon frère de 10 ans. Il n'arrêtait pas de me demander si ça ce finissait bien. J'était incapable de lui répondre, car je découvrait ce film en même temps que lui. [spoiler] A la fin, quand l'action commence, que la musique s'accelère, et que Bruno entre dans le camp de travail, il me demandais si ils allais mourir. Je ne connaissait pas plus la réponse que lui. Quand tous les juifs se sont retrouvés ensemble, et qu'on a entendu " Nous allons seulement prendre une douche ", la réponse nous a soudain semblée évidente. Puis toute la famille de faire des supposition sur la fin : " Je pense que le père va sauver Bruno et Schmuel" "Non, seulement Bruno ! " Puis l'image des "pyjama" s'est affichés sur notre écran. Nous attendions, avec le mince espoir de voir la porte s'ouvrir...[spoiler]
Par capdum le 2016-09-03 17:30:56 Editer
Ce film est juste magnifique !!! Il délivre un message exceptionnel !!!
Par Camille83500 le 2016-05-14 09:43:08 Editer
Un film qui émeut par son contenu. Cependant je n'ai pas trouvé le scénario particulièrement cohérent ni abouti. La seule performance qui m'a marquée est celle du père, joué par l'acteur qui fait également Lupin.
Par Iliade le 2016-04-15 10:29:56 Editer
Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre de ce film mais quelle émotion dégagée et ressentie! L'histoire est très poignante même si dramatiquement triste. J'ai été surtout émue par la vision naïve de ces deux enfants. Je le conseille vivement car malgré quelques clichés ou scènes prévisibles la fin laisse le spectateur sans voix. Une morale à tirer surtout pour les parents de cet enfant.
Par Eparm12 le 2016-03-16 16:01:47 Editer
Un très joli film à la morale universelle sur l'amitié que voilà, film que je souhaitais voir depuis longtemps déjà, cependant, je n’en ferai pas que des éloges comme la majorité et pour cause, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un très bon film dans le sens strict du terme, mais avant de me lyncher, laissez-moi une petite chance de vous expliquer le pourquoi du comment j’ose affirmer une telle chose d’entrée de jeu.
Avant de me lancer dans le déroulement abracadabrant de mon point de vue qui, j’en suis sûre et certaine, n’intéresse personne d’autre que moi-même, je tenais simplement à préciser que je n’ai pas lu le roman éponyme au préalable dont ce film en est l’adaptation, alors mon avis ne se basera que sur ce que j’aurais vu à l’écran et rien d’autre. Ne m’en voulez pas si mes interprétations vous paraissent alambiquées, voire complètement à côté de la plaque, car j’ai ressenti mon visionnage d’une manière presqu’indéchiffrable, mais que je tenterai de retranscrire dans mon commentaire avec le plus de concision possible, je l’espère, ce qui, par avance, sera difficile.

Tout d’abord, j’ai sincèrement passé un bon moment devant ce film parce qu’il est tout à fait correct sur le plan technique et que le scénario, bien qu’il méritait d’être un peu plus étoffé, est d’une telle force, qu’il n’est pas insurmontable d’émouvoir le spectateur en s’attaquant au nazisme sous un angle original, en adoptant le point de vue d’un enfant d’à peine huit ans, aspect que je n’ai vu traité dans aucun film du genre jusqu’à ce jour.
La réalisation est sobre, claire, et les images à l’esthétique étonnamment précise : chaque détail, aussi infime soit-il, se comptant dans le cadre, est important, et dont l’éclat est rehaussé par la précision des mouvements de la caméra, qui le met en valeur d’une manière ou d’une autre, chose qui m’a agréablement surprise. Le montage est maîtrisé, et je reviens sur les mouvements de caméra qui sont mesurés et centrés sur les corps, zoomant avec facilité sur les personnages jusqu’à englober leur tête et leur buste, et par conséquent, le film transpire d’authenticité et est très sympathique à suivre, le visuel étant l’une de ses plus grandes forces. La bande-son est cristalline et jolie : loin d’être singulière, certes, mais elle n’en fait pas trop et accompagne les scènes comme il se doit, notamment la dernière, où elle s’estompe progressivement jusqu’à ne plus être, laissant place à un bruit de fond assourdissant trouant le silence assommant, excellent choix en ce qui concerne cette dernière séquence bouleversante, émotion renforcée par la sourdine imposée.

De plus, je n’ai pas été spécialement déçue par l’ensemble du casting, qui est de bonne facture. Les deux acteurs principaux sont mignons tout plein mais n’en demeurent pas moins approximatifs dans leur jeu : il est clair qu’ils sont très jeunes, je le vois bien et le reconnais sans aucun souci, mais ils restent des acteurs et je les traiterai en tant que tels sans qu’ils ne bénéficient d’une quelconque appréciation faussée de ma part, comme n’importe quel autre acteur. Asa Butterfield, que j’ai déjà vu évoluer dans Hugo Cabret où il se défend avec justesse, m’a légèrement déplu dans ce film parce que je n’ai pas été réellement touchée par son jeu, hormis lorsqu’il regardait fixement à peu près tout et n’importe quoi, son personnage étant un enfant rêveur qui n’aspire qu’à s’amuser, tout ceci se lisant dans son regard bleu profond, très intense. Autrement, je pense qu’il peut mieux faire et j’en ai déjà la preuve dans Hugo Cabret, simplement, on peut le lui pardonner parce qu’il est alors en début de carrière en jouant dans ce film après son premier, After Thomas, de mémoire. C’est donc sans surprise que j’ai préféré le jeu de l’acteur interprétant Shmuel, même si objectivement, les deux se valent.
Le père-soldat joue très bien, David Thewlis étant un acteur que j’aime beaucoup et pas seulement parce que son nom est synonyme de Remus Lupin. Je l’ai vu jouer dans beaucoup de films avant celui-ci et il a toujours été un très bon acteur depuis le début, ce qui ne change pas et semble ne vouloir jamais changer, pour mon plus grand bonheur. Le lieutenant est effrayant et l’acteur s’en tire avec les honneurs, l’actrice interprétant la mère est criante de sincérité et j’ai eu la nette impression de l’avoir déjà vue ailleurs (certainement dans Conjuring), et la grande sœur est tête à claques mais il s’agit de son rôle qui la pousse à aller dans ses retranchements jusqu’à l’excès, alors je pense qu’elle est définitivement meilleure que les deux principaux, ce qui est gênant mais compréhensible car on ne la voit pas non plus énormément, alors ses apparitions marquent, mais cet aspect maladroit est encore une fois pardonnable si l’on peut passer outre ce genre de choses assez décevantes, je l’admets, mais loin de desservir le film à un point de non-retour qui le rendrait de mauvaise qualité, ce qui est faux, par exemple.

A présent, je ne peux décemment pas critiquer l'écriture du scénario étant donné qu’il s’agit de l’intrigue du livre que le film met en scène, du moins est supposé mettre en scène, donc je me contenterai de dire ce que je lui reproche, et c’est à partir de maintenant qu’Eparm aux pensées contradictoires s’essaiera à la rédaction de son interprétation du film, comprenne qui pourra.
Je le répète, le scénario aurait pu être un peu plus étoffé, dans le sens où les péripéties sont attendues hormis la fin, incohérentes, et les personnages clichés MAIS (et il y a un énorme « mais »), l’incohérence du film n’étant pas réellement un défaut en soi.

Si l’on prend l’histoire en tant que telle, on ne peut pas ne pas dire qu’elle est mignonne et émouvante. Personnellement, j’ai été un minimum touchée par la rencontre de ces deux garçons, l’un à la situation confortable et dont le père est soldat, tandis que l’autre est juif et dont le père s’avère être aux abonnés absents. Deux garçons que tout oppose hormis leur statut d’enfant d’une même nation, qui vont se lier d’amitié malgré la guerre, la fumée noire et les barbelés, ces mêmes barbelés servant de délimitation physique entre eux et non spirituelle, qui n’existe pas, les deux petits ne comprenant pas réellement ce qui leur arrive respectivement à chacun. Encore une fois, je suis d’accord avec le fait que les éléments de ce film sont clichés, notamment les personnages et leur évolution, et incohérents, mais si je condamne sévèrement ces clichés, je ne rejetterai pour rien au monde les incohérences, qui font partie d’un tout.
Les personnages auraient gagné à être davantage creusés et je parle au nom de tous, en passant par la mère du père-soldat qui n’apparait qu’une seule fois dans le film alors qu’elle tient des propos insultants envers le système, et il s’agit de cette irrévérence qui, je pense, aurait contribué à renforcer le contraste qui existe entre les divergences d’opinion entretenues au sein d’une même famille, idée qui se recentre sur le personnage de la mère, sans que l’on évite le combat idéologique qu’elle mènera contre son époux après avoir pris conscience de la gravité de la situation dans laquelle elle et ses enfants se retrouvent contre leur gré. En fait, si l’on y regarde de plus près, les personnages partent tous d’une bonne base mais sans que l’on prenne la peine de l’approfondir, et leur évolution est présumée pour la plupart, loin d’être particulière, alors ce n’est pas ce que j’appelle avoir une qualité d’écriture que de créer des personnages à l’évolution prévisible, comme la sœur, et dont leurs liens ainsi que le contexte historique, tout, semble rester en surface. En effet, je n’ai pas eu le sentiment que l’on allait au bout des choses dans ce film, même si certaines subtilités atteignent la rupture, mais il y en a peu et c’est bien dommage. Peut-être que la durée du film y est pour quelque chose : le film dure une heure trente, et trente minutes de plus lui auraient certainement permis de mieux développer son contenu.

En revanche, les incohérences peuvent se comprendre et c’est là que je ne partage pas l’avis de ceux qui disent que ce film donne une image adoucie des camps de concentration ou plus largement de ce que fut le déroulement de cette atroce période, crime contre l’humanité. Oui, un enfant ne pouvait pas survivre dans un camp ou se tenir à l’écart sans que personne ne le remarque, la liste étant encore longue, et il est vrai que je conçois que l’on puisse se sentir offensé devant une telle déformation de la réalité mais d’un autre côté, le film montre donc ce que fut certaines actions des nazis au travers des yeux d’un enfant, et c’est donc une vision juvénile qui est mise en avant ici, et l’enfance convoquée. Or, le film est bourré d’incohérences, un peu comme l’esprit des enfants, dont les pensées passent du coq à l’âne en une fraction de seconde. Le regard que porte le réalisateur sur cette période est naïf et d’une candeur que l’on retrouve seulement chez les enfants inexpérimentés et à l’imaginaire débordant. Je trouve cet aspect innovant, car je ne me rappelle pas avoir déjà vu un film aborder ce thème commun sous cet angle, qui est intéressant et neuf, au final : le film nous fait redevenir des enfants dont l’innocence n’a pas encore été balayée. Je me suis interrogée tout du long comme Bruno, essayant de mettre le doigt sur l’accent des actes et des paroles des grandes personnes, de donner un sens à toute cette absurdité sans y parvenir parce que oui, la guerre est absurde.
Bruno s’en retrouve alors bousculé, et particulièrement atteint à cause de son père qui le fait grandement douter, du comportement révolté de sa mère, de celui suiveur de sa sœur, et est violemment confronté à la propagande, le bourrage de crâne que lui sert son précepteur, sa sœur gobant tout ce qu’il raconte, tandis que lui rêve et semble vouloir se détacher du monde dans lequel il vit pour se réfugier dans le sien, bulle à laquelle on accède, se formant lorsqu’il discute avec Shmuel, par exemple. Il s’agit d’un regard neuf et clair, loin d’être obscurci par l’ignorance qui s’offre à nous lorsque l’on regarde ce film, parce que l’on est conscient de ce qui est censé se passer mais pas les enfants, véritable injustice, la construction du film en étant le relief. Je doute sincèrement de la pertinence de mon analyse, mais c’est ainsi que je perçois le propos principal du film.
De plus, ces incohérences donnent un certain charme à l’ensemble improbable, fable, songe dans lequel on plonge sans hésiter car on se laisse porter par l’émotion douce-amère que nous procure cette histoire assimilée à un conte moderne. Les scènes sont très belles, d’autres sont dures, la cruauté du monde reprenant ses droits, et que dire de la fin, absolument horrible, qui pique la bulle et la fait éclater.

En définitive, j’ai bien aimé ce film et je le conseille, mais attention : prenez la peine de le regarder avec vos yeux d’enfants et de penser que vous faîtes face à une sorte de conte, autrement, vous serez certains d’être déçus, et je ne le dis pas seulement pour les fanas d’Histoire et aux terre-à-terre. Il est clair qu’il n’apporte rien de plus à nos connaissances historiques ou quoi, mais l’imaginaire nous emporte, l’émotion nous happe et c’est le plus important.
Par Lodiie le 2015-10-18 04:30:27 Editer
Entonnée : Parce que je ne m'attendais pas un film comme ça. Je l'ai trouvé très beau, très bien fait et pensé. Il m'a transporté dans cette époque de la vie.

Touchée : Parce qu'il fait monter les larmes aux yeux. Il transmet des sentiments, autant de tristesse, que de contentement ou d'énervement pour la réaction de certaine personne à des moments.

Les enfants jouent très bien, l'histoire est tournée de manière originale, elle est prenante, et on ne peut pas lâcher ce film jusqu'à qu'il soit terminé. Et cette fin... je ne dirais rien pour ne pas spoiler mais... oulala quoi...
Par dandaraSG le 2015-08-16 01:11:54 Editer
dandaraSG Or
Quel film splendide, que d'émotions !!