Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8
Scénario 6
Images 8
Emotions 6
Suspense 6
Musique 6
Acteurs 7
Originalité 8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Madadayo

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

1993
Nationalité : Japonais

Budget : 11,900,000$
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Raphaellakay le 23-08-2015
Les élèves d'un vieux professeur organisent chaque année un repas en son honneur ; celui-ci donne lieu à un rituel immuable : mimant les enfants qui jouent à cache-cache, les élèves demandent « maadakai » (« êtes-vous prêt? ». Sous-entendu, « à nous quitter »), et le professeur répond « madadayo » (« pas encore ») ; cette cérémonie traverse les années, la guerre.

(Wikipédia)

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Raphaellakay le 2015-08-24 11:00:15 Editer
Ce film a été mal reçu à l'époque de sa sortie, car le public pensait que Kurosawa ne faisait que des films de samouraïs. Bonjour l'orientalisme.

Pourtant je trouve les films contemporains de Kurosawa plus intéressants que ceux traitant des guerres féodales. Il critique son époque mais pas de façon ennuyeuse. Avec la relation professeur/anciens élèves au centre du film, on a droit à plusieurs répliques drôles et cinglantes et on comprend aisément pourquoi ses anciens élèves sont aussi attachés à ce prof d'allemand farfelu.

Les images aussi contribuent à l'intérêt du film ; ce film est en couleur et Kurosawa a su en tirer parti. On retrouvera selon les ambiances des couleurs précises. Il y a aussi toujours un élément en mouvement dans chaque plan : la pluie, le vent, la fumée des cigarettes, un chat qui passe...

Le film peut paraître moins palpitant qu'un film de samouraï mais les plans sont magnifiques - notamment la scène du début où le prof est au tableau, et on filme les élèves assis de dos, mais légèrement de côté (regardez le film, je n'arrive pas à expliquer mais je trouve ce plan génial).

Les seuls éléments qui m'empêchent de mettre le film en liste de diamant sont la longueur de l'épisode du chat (loin de m'émouvoir, j'étais plutôt impatiente qu'on passe à autre chose) et les chansons (surtout celle où le prof chante à propos du Dieu des Moissons). L'épisode du chat est un peu trop long, on a bien saisi son chagrin donc ce n'est pas la peine d'en tartiner pendant des heures. Et pour les chansons, certaines sont amusantes mais celle que le prof chante est là aussi un peu trop longue. Trop de longueur tue l'émotion.

Enfin, je terminerai sur un aspect original qui m'a plu : bien que le film se situe à l'époque de la Seconde Guerre Mondiale, la guerre en elle-même y est peu présente, ou du moins n'est pas présentée de manière habituelle (pas de batailles, pas de blessés filmés).