Lire la suite...
Activité récente
  • 17-09 ajouté par Amelicorne (Ma PAV(pile à voir))
  • 06-09 ajouté par HortensiaSand (Liste d'argent)
  • 05-09 ajouté par LeaMro (Liste d'Or)
  • 30-08 ajouté par loulaswag (Mes envies)
  • 29-08 ajouté par Audmathi (Ma PAV(pile à voir))
  • 27-08 ajouté par LSmart (Ma PAV(pile à voir))
  • 24-08 ajouté par sara_h (Mes envies)
  • 20-08 ajouté par Loupiote (Liste de bronze)
  • 19-08 ajouté par janice25H (Ma PAV(pile à voir))
  • 16-08 ajouté par Ashy (Liste d'Or)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8.6
Scénario 8.4
Images 8.6
Emotions 8.6
Suspense 7.7
Musique 8.6
Acteurs 8.9
Originalité 8.8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 59 18 ans
Liste d'Or 70 19 ans
Liste d'argent 43 18 ans
Liste de bronze 26 19 ans
J'ai vu aussi 39 19 ans
Mes envies 103 18 ans
Je n'ai pas apprécié 3
Ma PAV(pile à voir) 39 18 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

J'ai tué ma mère

Date de sortie

France : 15 Juillet 2009

Apprécié pour

Studio

2009
Nationalité : Canadienne
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Cellophane le 20-12-2013
Hubert Minel (Xavier Dolan), seize ans, déteste sa mère, Chantale (Anne Dorval), à en avoir des ulcères. Les goûts et la personnalité de cette dernière l'horripilent, tout comme son ignorance crasse. Au-delà des irritantes surfaces, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice.

Nostalgique d'une enfance heureuse, Hubert cherche à reconquérir sa mère, inspiré par les discours philosophiques de son amant, Antonin (François Arnaud), ou encore par les conseils de Julie (Suzanne Clément), une enseignante en quête de liberté. Et pourtant, chaque initiative confirme l'existence du gouffre qui les sépare.

La route menant aux retrouvailles sera jalonnée d'obstacles et d'épreuves typiques et atypiques du passage à l'âge adulte : expériences illicites, ébauches d'amitiés, explorations artistiques, confidences brutales et ostracisme.

Source : wikipedia

Citations et Répliques du Film

Ajouté par Rowan le 20-09-2014
- Qu'Est-ce que tu ferais si je mourais aujourd'hui?
- Je mourrais demain.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Par pwachevski le 2014-02-22 19:40:24 Editer
pwachevski Or
Au premier coup d'œil, Ce film peut sembler franchement prétentieux (un film plus ou moins autobiographique à 19 ans quoi...), mais j'ai été très agréablement surprise au final. Je trouve qu'on y a instauré un ton extrêmement juste, qui nous fait très vite oublier cet aspect.

On traite le sujet des relations conflictuelles parent/enfant. Mais pas seulement ! Ce film m'a vraiment bluffé par son intelligence, car le réalisateur n'a pas choisit de traité son sujet de façon facile et superficielle. Au contraire, il a eu l'ambition d'évoquer cette problématique dans sa globalité (Par exemple : peut on être une femme et ne pas vouloir d'enfant ? C'est pas forcément ce à quoi on pense en premier et pourtant ça peut expliquer beaucoup de chose) et je suis forcée d'avoué qu'il a fait ça extrêmement bien.
Je pourrais juste regretter que les scènes de conflit mère/fils soient parfois trop dans l'excès. Ce genre de scènes était inévitable vu le sujet, mais ça parait presque grossier en comparaison avec le reste du film. En plus, leur caractère excessif fait qu'on ne s'y reconnait pas toujours.

En plus d'être intelligent, ce film provoque pas mal d'émotion. Je pense notamment aux scènes en noir et blanc, seul face à la caméra, qui m'ont vraiment touché par la justesse des interrogations et des termes choisis. Le personnage du professeur est également intéressant de ce point de vu là.

Sur la forme, j'ai totalement adhéré aussi. La BO est franchement sympathique et d'un point de vu esthétique, ce film est assez magnifique. Enfin, c'est surement une affaire de gout, mais j'ai trouvé les décors très beaux. Il est dans tout les cas indéniable qu'il y a une vraie recherche pour créer une photo et des décors intéressants.

J'avais, de prime abord, peur que le thème de l'homosexualité soit de trop, car le lien avec les relations parent/enfant n'est pas franchement direct ou évident. Finalement non, parce que, mise a part la réaction un peu choquée de la mère quand elle l'apprend, ce n'est pas traité d'une manière différente que si ça avait été un amour hétérosexuel. Du coup, ce n'est même pas vraiment un thème du le film, mais juste un élément comme un autre de l'histoire et n'alourdit en rien l'ensemble.
Spoiler(cliquez pour révéler)
(J'ai juste pas compris si l'agression du personnage d'Hubert vers la fin du film était lié ou non à son homosexualité. Enfin, même si c'est le cas, ça ne vient pas alourdir le film)

Les derniers commentaires ajoutés

Par Rayathea le 2016-11-01 22:51:25 Editer
Je découvre Xavier Dolan en tant que réalisateur, très surprise. Il est vraiment talentueux, et réussi avec brio ce premier film à seulement 19 ans ! J'avoue avoir eu un peu de mal à accrocher à ce style assez particulier, mais je ne nie pas que c'est un beau film, mélange d'amour et de haine. Ça me donne envie de regarder Mommy, film du même réalisateur dont on m'a aussi dit le plus grand bien.
Par Tribely le 2016-08-01 14:45:48 Editer
Je n'ai vu que trois films de Xavier Dolan et celui-ci est mon favori. J'ai du mal à me souvenir de toutes les scènes mais l'une d'entre elles me restera gravée : lorsque le héros casse de rage des objets dans la maison, il s'arrête instantanément en pensant à sa mère et la musique s'y accorde parfaitement.
Par MaryLpt le 2016-05-22 13:57:53 Editer
MaryLpt Or
Dolan est un pur génie. Tous ses films sont traversés par une sensibilité et une émotion qui nous touche, qui que l'on soit.
Sur le plan artistique, les plans sont juste parfaits.
Par OnlyLola le 2015-08-29 12:59:02 Editer
OnlyLola Or
Ça va peut être paraître bizarre, voir ridicule, mais je me sens plutôt proche de ce réalisateur. Je n'ai pour l'instant visionné que deux de ces films, mais chacun d'eux m'ont remué, et plus encore, j'ai senti une certaine proximité avec sa vision des choses, comme s'il touchait quelque chose de sensible. Peut être que je me fourvoie naïvement et que je ne tarderai pas à m'en rendre compte. En tous cas, j'arrive facilement à m’identifier dans ces films.

Il n'en reste pas moins que je trouve que Xavier Dolan sait exploiter ses idées de manière très juste. Il est souvent taxé de snob, de narcissique et de prétentieux. Mais jusqu'ici, je ne le ressens pas du tout comme ça. Je me suis jamais dit qu'il en faisait trop. Je parle bien entendu artistiquement parlant - peut être l'est-il in real life.

Non, ce que je ressens plutôt, c'est son l'amour pour le cinéma et l'Art en général, avec la peinture, la musique, les références littéraires, éparpillés par-ci par là. J'y vois là de l'affection, de la curiosité, quelqu'un qui cherche son style en tâtonnant, là où certain y voit de l'arrogance.

Je ne sais pas s'il s'est inspiré de Wong Kar Wai, mais certains passages m'ont beaucoup fait penser à In the mood for love et semblent similaires, notamment lors des ralentis, dans les couloirs ou dans les déplacements, sous fond de musique lente et douce.

La réalisation ne manque pas de charme. Les scènes oniriques sont plutôt réussis. Dolan joue d'images et d'effets, sans excès. J'ai beaucoup aimé les scènes en noir et blanc, où le personnage d'Hubert se confesse à la caméra comme si c'était un journal intime et permet de se rapprocher de ses sentiments. On dirait presque qu'il a vraiment tué sa mère.

Il a réussi à retranscrire un véritable effet de réel mais ce que je trouve encore plus formidable, c'est ce mélange de violence verbal et émotionnel et pourtant, le film respire la tendresse. Un contraste saisissant, nuancé entre la férocité et la douceur, le tout aéré d'une touche d'humour.

Le personnage qu’interprète Dolan est fougueux, excessif, perdu, en colère. Il joue franc jeu et n'est pas là pour séduire dans son autobiographie. Je ne l'avais encore jamais vu dans un film mais il semble très à l'aise devant une caméra.

J'ai beaucoup aimé la manière dont il aborde son conflit avec sa mère. Même si d'après lui, il a beaucoup puisé dans la fiction, je trouve que «l'analyse psychologique» est mature pour son âge et le personnage de la mère très bien écrit. C'est dans les dialogues qu'on voit la force du film, sa justesse. Les répliques sont fascinantes et montre la complexité de ses personnages, là où le souffle narratif est un peu court à mon goût.

Bref, J'ai tué ma mère est pour moi d'une sincérité touchante et ne m'est pas insensible, bien au contraire. Une belle découverte que ce cher Dolan !

*se met derrière une caméra dans sa salle de bain*

Non en vrai, la seule chose de bien, c'est l'accent québécois. Le reste, on s'en fou.
Par PetiteNaya le 2014-07-19 01:58:16 Editer
J'adore J'ai tué ma mère. Xavier Dolan fait vraiment des merveilles quand il s'y met sérieusement. S'il peut paraître très prétentieux, on s'y fait vite et cette prétention n'est au final pas bien dérangeante en comparaison de l'expérience que s'avère être le film. Très juste, très bien écrit et magnifiquement bien filmé, J'ai tué ma mère est un de mes films préférés.
Par Doubsteak le 2014-07-15 13:45:45 Editer
Premier film de Xavier Dolan qui lance ma passion pour ce réalisateur.
Par Rowan le 2014-05-17 11:41:01 Editer
Rowan Or
Wouah! C'est le deuxième film de Xavier Dolan que je vois en une semaine. J'avais déjà été charmée par "Les Amours Imaginaires", et "J'ai tué ma mère" est une claque encore plus grosse, au niveau visuel et émotionnel. Je crois que je tombe amoureuse de son cinéma! Il fait preuve d'une intelligence, d'une sensibilité et d'une virtuosité de mise en scène qui me laissent bouche bée.
Par pwachevski le 2014-02-22 19:40:24 Editer
pwachevski Or
Au premier coup d'œil, Ce film peut sembler franchement prétentieux (un film plus ou moins autobiographique à 19 ans quoi...), mais j'ai été très agréablement surprise au final. Je trouve qu'on y a instauré un ton extrêmement juste, qui nous fait très vite oublier cet aspect.

On traite le sujet des relations conflictuelles parent/enfant. Mais pas seulement ! Ce film m'a vraiment bluffé par son intelligence, car le réalisateur n'a pas choisit de traité son sujet de façon facile et superficielle. Au contraire, il a eu l'ambition d'évoquer cette problématique dans sa globalité (Par exemple : peut on être une femme et ne pas vouloir d'enfant ? C'est pas forcément ce à quoi on pense en premier et pourtant ça peut expliquer beaucoup de chose) et je suis forcée d'avoué qu'il a fait ça extrêmement bien.
Je pourrais juste regretter que les scènes de conflit mère/fils soient parfois trop dans l'excès. Ce genre de scènes était inévitable vu le sujet, mais ça parait presque grossier en comparaison avec le reste du film. En plus, leur caractère excessif fait qu'on ne s'y reconnait pas toujours.

En plus d'être intelligent, ce film provoque pas mal d'émotion. Je pense notamment aux scènes en noir et blanc, seul face à la caméra, qui m'ont vraiment touché par la justesse des interrogations et des termes choisis. Le personnage du professeur est également intéressant de ce point de vu là.

Sur la forme, j'ai totalement adhéré aussi. La BO est franchement sympathique et d'un point de vu esthétique, ce film est assez magnifique. Enfin, c'est surement une affaire de gout, mais j'ai trouvé les décors très beaux. Il est dans tout les cas indéniable qu'il y a une vraie recherche pour créer une photo et des décors intéressants.

J'avais, de prime abord, peur que le thème de l'homosexualité soit de trop, car le lien avec les relations parent/enfant n'est pas franchement direct ou évident. Finalement non, parce que, mise a part la réaction un peu choquée de la mère quand elle l'apprend, ce n'est pas traité d'une manière différente que si ça avait été un amour hétérosexuel. Du coup, ce n'est même pas vraiment un thème du le film, mais juste un élément comme un autre de l'histoire et n'alourdit en rien l'ensemble.
Spoiler(cliquez pour révéler)
(J'ai juste pas compris si l'agression du personnage d'Hubert vers la fin du film était lié ou non à son homosexualité. Enfin, même si c'est le cas, ça ne vient pas alourdir le film)
Par mala29 le 2013-12-31 00:04:23 Editer
Un film plein d'émotions.
Du début à la fin, on est soit pour Hubert, soit pour sa mère. On assimile les deux points de vue, et on finit par en ressentir avec une sorte de tristesse tout en ayant passé un bon moment.