Lire la suite...
Activité récente
  • 26-04 ajouté par Blaireaux2 (Liste de bronze)
  • 10-04 ajouté par Jay117 (J'ai vu aussi)
  • 08-04 ajouté par Shrimp (Mes envies)
  • 07-04 ajouté par Ysu... (Liste de bronze)
  • 06-04 ajouté par Yoshi35 (Mes envies)
  • 04-04 ajouté par Gabriest (Liste d'argent)
  • 02-04 ajouté par gag4 (Liste d'argent)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 6.7
Scénario 6.3
Images 8.4
Emotions 7
Suspense 6.8
Musique 7.4
Acteurs 8.1
Originalité 6.9

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 1
Liste d'Or 7 20 ans
Liste d'argent 5
Liste de bronze 7 19 ans
J'ai vu aussi 4
Mes envies 19 18 ans
Je n'ai pas apprécié 1
Ma PAV(pile à voir) 8 18 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Phantom Thread

Date de sortie

France : 14 Février 2018

Apprécié pour

Studio

2017
Nationalité : Américain

Budget : 35.000.000 $
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par DoctorEverdeen le 27-10-2017
Dans le Londres glamour des années 50, le célèbre couturier Reynold Woodcock et sa sœur Cyril sont au cœur de la mode britannique, habillant la famille royale, les stars de cinéma, les héritières, les mondains et les dames dans le style reconnaissable de la Maison Woodcock. Les femmes défilent dans la vie de Woodcock, apportant à ce célibataire endurci inspiration et compagnie, jusqu’au jour où il rencontre Alma, une jeune femme au caractère fort qui deviendra rapidement sa muse et son amante. Lui qui contrôlait et planifiait sa vie au millimètre près, le voici bouleversé par l’amour.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Par Spike le 2018-02-15 09:19:39 Editer
Spike Or
Je pense pouvoir dire que pendant la grande majorité du film, j'ai beaucoup apprécié ce que je voyais : une réalisation toute en finesse, un Daniel Day-Lewis épatant, les costumes et décors et superbes... le tout accompagné d'une OST bien léchée de Jonny Greenwood (Radiohead c lé meyeur). Mais je ne pouvais pas m'empêcher de parfois rester perplexe devant l'ambiguïté assumée de la psychologie des deux personnages principaux. Impossible de voir où PTA veut en venir : a t-on affaire à une bonne romance de base, ou une histoire d'amour qui va mal tourner ? Ma façon d'exprimer les choses reste très pathétique comparée au niveau de nuances que propose ce film, honnêtement.

Et finalement le film plonge encore plus dans l'ambiguïté durant son dernier acte, ce qui aussi étrange que cela paraisse valide totalement le reste, cette étrange altercation de deux tons... Je le regarderais peut-être une seconde fois si j'ai le courage (c'est quand même un peu longuet par moment), pour mieux profiter de la dualité de cette histoire en sachant où le film veut en venir. En l'état, je ne dirais pas que j'ai "pris mon pied" même si j'ai beaucoup aimé, mais je suis sûr d'avoir assisté à un véritable coup de maître.

Les derniers commentaires ajoutés

Par alienor57 le 2018-03-14 11:17:43 Editer
alienor57 Or
Ce fut un vrai bonheur de voir ce film ou Daniel Day-Lewis joue un nouveau rôle admirablement bien.
Je connaissais Daniel Day-Lewis dans le dernier des mohicans mais il m'a vraiment impression dans ce nouveau rôle.
Le film m'a vraiment plus
Par loulaswag le 2018-03-06 14:21:28 Editer
Lauréat de la catégorie meilleurs costumes aux Oscars 2018
Par jojotarock le 2018-03-05 01:15:11 Editer
Entre esthétique soignée et performances pour la plupart grandiose, le nouveau film de Paul Thomas Anderson, nous emmène dans l'univers de la couture. Univers déjà cousu par d'autres comme Bertrand Bonello et son Saint-Laurent ou encore Le diable s'habille en Prada de David Frankel, le long métrage du réalisateur de There Will Blood établi une nouvelle proximité avec ce monde. Raynold Woodcock patron d'une marque de haute couture ne trouve plus d'inspiration et rencontre Alma, une servante. Une rencontre importante car celle ci deviendra sa muse.

Porté par un très grand Daniel Day Lewis au sommet de son art, le personnage de Woodcock est fascinant de bout en bout. Acteur le plus oscarisé de tous les temps, l'irlandais n'a pas fini de nous éblouir, ici son rôle allie justesse, émotion et grandeur. Cynique, excentrique et strict, son jeu ne cesse de nous faire rire. On ne peut que tomber sous son charme. Malheureusement avec ce film, l'acteur a annoncé qu'il arrêtait sa carrière.

Daniel Day Lewis doit partager l'affiche du film avec une jeune actrice, Vicky Krieps, ayant joué récemment dans le Jeune Karl Marx où elle incarnait la femme du philosophe allemand. Cependant, sa jeunesse et son manque d'expérience se font ressentir à certains moments face à Day Lewis. Ses trop nombreuses scènes où elle laisse éclater ses émotions peuvent rendre son personnage agaçant et ennuyant. Pour un premier grand rôle dans un film attendu, celle ci nous livre une prestation honnête.

Mais la surprise de ce film vient de la prestation de Lesley Manville, incarnant Cyril, la sœur de Woodcock. L'actrice qu'on a vu notamment dans Maléfique avec Angelina Jolie est éblouissante et remarquable. Son rôle cynique, comique ayant toujours le mot juste crève l'écran même face au personnage de Woodcock qu'elle domine. Peu expressive, chacune de ses interventions dérobe toute notre attention.

Le scénario quant à lui est plutôt innovant et regorge de surprises et de retournements. Les dialogues sont toujours aussi bien écrits et souvent proches de l'absurde ou de la punch-line lorsqu'il s'agit de dialogues au tac-o-tac.

L'esthétique du film est assez soignée, beaucoup de séquences contiennent un nombre important de travellings assez lents et toujours bien filmés, ce qui participe à cette idée de film bien cousu, le grain de l'image rappelle celui d'un temps passé et de nombreuses couleurs parsèment le cadre d'Anderson. En opposition à ces travellings assez lents, le réalisateur nous propose un certain ensemble de plans assez tremblants et étranges par leurs points de vue durant ses séquences en voiture, comme si les séquences en voiture, filmés de derrière le capot, ces séquences nous illustrent que ces personnages suivront leurs destins et rien ne se mettra en travers de leurs chemins.

Dernier point, la musique de Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead omniprésente tout au long du film. Multi-instrumentaliste, Greenwood passe du piano à des cordes pour nous offrir une composition qui peut sembler un peu trop présente malgré sa grande qualité, la composition de Greenwood s'envole notamment à la fin.

En résumé, Thomas Anderson nous livre un bon film, pas son meilleur loin de là mais brille quand même par son casting et son esthétique, qui cependant aurait pu être mieux réussi.
Par DrunkenSailor le 2018-02-16 10:53:04 Editer
Premier gros coup de coeur de 2018, Phantom Thread est pour moi un des tout meilleurs films de Paul Thomas Anderson, a mille lieu de ce qu'il peut produire d'habitude mais avec la même obsession du détail, la même maestria dans la composition du cadre, la gestion du rythme...

Rajoutons à cela que ce sera probablement le tout dernier rôle de Daniel Day Lewis, acteur de légende, qui pourrait bien tirer sa révérence avec un oscar avec une prestation de haute volée.

Pour voir un avis plus poussé dans une petite vidéo posé, c'est par ici ! :)
https://www.youtube.com/watch?v=jF5QBQ2h8YY&t=635s
Par Spike le 2018-02-15 09:19:39 Editer
Spike Or
Je pense pouvoir dire que pendant la grande majorité du film, j'ai beaucoup apprécié ce que je voyais : une réalisation toute en finesse, un Daniel Day-Lewis épatant, les costumes et décors et superbes... le tout accompagné d'une OST bien léchée de Jonny Greenwood (Radiohead c lé meyeur). Mais je ne pouvais pas m'empêcher de parfois rester perplexe devant l'ambiguïté assumée de la psychologie des deux personnages principaux. Impossible de voir où PTA veut en venir : a t-on affaire à une bonne romance de base, ou une histoire d'amour qui va mal tourner ? Ma façon d'exprimer les choses reste très pathétique comparée au niveau de nuances que propose ce film, honnêtement.

Et finalement le film plonge encore plus dans l'ambiguïté durant son dernier acte, ce qui aussi étrange que cela paraisse valide totalement le reste, cette étrange altercation de deux tons... Je le regarderais peut-être une seconde fois si j'ai le courage (c'est quand même un peu longuet par moment), pour mieux profiter de la dualité de cette histoire en sachant où le film veut en venir. En l'état, je ne dirais pas que j'ai "pris mon pied" même si j'ai beaucoup aimé, mais je suis sûr d'avoir assisté à un véritable coup de maître.