Lire la suite...
Activité récente
  • 17-02 ajouté par Audreta (Ma PAV(pile à voir))
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7
Scénario 8.5
Images 8
Emotions 8
Suspense 7.5
Musique 7.5
Acteurs 8.5
Originalité 8.5

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

After Hours

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

1985
Nationalité : Etats-Unis

Budget : 4 500 000 $
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par louloutche le 18-12-2013
La nuit infernale d'un jeune informaticien, employé de banque et grand admirateur d'Henry Miller, dans le quartier bohème de Soho, à New York...

Citations et Répliques du Film

Ajouté par Octave2Methylene le 26-06-2015
"On se connaît depuis... quoi, une heure? Tu as dit que tu reviendrais, et tu l'as fait. De nos jours, c'est louable. Ça mérite récompense... Tu sais ce que c'est? Un petit pain presse-papiers en plâtre, fait par une artiste locale, Kiki Bridges. Tu connais?"

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Octave2Methylene le 2015-06-26 10:15:50 Editer
Octave2Methylene Or
Cet excellent film débute par un étrange et rapide travelling oblique qui vient cadrer Le personnage au milieu d'un open-space bondé, tel le doigt du destin jetant son dévolu sur l'innocent encore inconscient de ce qui l'attends. Ce sera une descente aux enfers interminable qui sous la forme d'une comédie noire à l'humour féroce, l'emportera dans une suite de péripéties imprévisibles dont l'issue semblera de plus en plus inaccessible. En opposant deux milieux (Paul, l'informaticien, vient de l'Upper West Side et Marcy habite un atelier d'artiste à Soho), Scorcese bâtit, le temps de ce cauchemar éveillé où l'étrange côtoie le saugrenu (certaines scènes pourraient bien avoir inspiré David Lynch pour son Twin Peaks), un univers kafkaïen en plein cœur de la ville de New York. Sa caméra virevolte avec délectation au milieu de ce labyrinthe tout autant mental que géographique, dont le héros ne parvient pas à sortir. Le tout magnifié par la superbe photographie de Michael Ballhaus (un des collaborateurs préférés de Fassbinder). Ce film a reçu le Prix de la mise en scène au festival de Cannes en 1986.