Lire la suite...
Dédicaces de Alain Corneau et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Alain Corneau
Ses spectateurs apprécient aussi
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses films
Critère Note Visuel
Globale 6.3
Scénario 6.8
Images 6.8
Emotions 6.9
Suspense 6.6
Musique 7.2
Acteurs 7.2
Originalité 7.2

Alain Corneau

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : ( ans)
  • Lieu : Non disponible

Décès

  • Date : (à ans)
  • Lieu : Non disponible

Editeurs

Bac Films : 4 films
ARP Sélection : 2 films
UFD : 1 films
Prospectacle : 1 films

Les chiffres

Présent dans : 314 cinéthèque
Note moyenne : 6.34 / 10
Nombre d'évaluations : 46
Position top auteur : -

Dans les cinéthèques des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 39",1],["Sem 40",11],["Sem 41",1],["Sem 42",1],["Sem 43",0],["Sem 44",4],["Sem 45",0],["Sem 46",8],["Sem 47",1],["Sem 48",1],["Sem 49",5]]

Evaluation moyenne

Note
[["jan",6],["f\u00e9v",9],["mar",0],["avr",0],["mai",0],["jui",7.5],["jui",0],["ao\u00fb",0],["sep",0],["oct",0],["nov",0]]

Biographie de Alain Corneau

Ajouté par Cellophane le 22 Décembre 2013
Fils d'un vétérinaire de campagne, il grandit sur les bords de la Loire. Attiré dès l'enfance par le cinéma grâce à son père, il se tourne un peu plus tard vers le jazz; il apprend la batterie en autodidacte qu'il va pratiquer au sein de diverses formations de musiciens franco-américains à Orléans. Il se ravise et fait des études de cinéma à l'IDHEC. Fasciné par le cinéma américain, il illustre néanmoins, dans sa carrière, un éventail de genres assez large, allant de la fresque épique avec Fort Saganne à la psychologie intimiste grâce aux Mots bleus. On retrouve fréquemment le thème de la confrontation et du départ pour un pays étranger, laissant place à une quête d'identité douloureuse.

Son début de carrière est marqué par le genre policier, mariant une construction narrative maîtrisée à une certaine noirceur du point de vue, souvent considérées comme des hommages aux roman et film noirs américains dont il reprend les archétypes mais en y creusant des psychologies. Après trois succès commerciaux estimables, il réalise un film à contrecourant de ses premières réalisations : Série noire, drame psychologique tranchant et d'un pessimisme profond, porté par une direction d'acteurs de premier ordre (Patrick Dewaere, Marie Trintignant, Myriam Boyer, Bernard Blier). L'œuvre laisse sa marque dans le cinéma français.

Il adapte ensuite un roman historique de Louis Gardel : Fort Saganne, et réalise ce qui est à l'époque le film le plus cher du cinéma français, avec Gérard Depardieu, Catherine Deneuve et Sophie Marceau. Il y dévoile un sens aigu du grand spectacle et de la durée, malgré des conditions de tournage difficiles dans le désert mauritanien.

Il change radicalement d'atmosphère, de lieu et d'envergure pour adapter le Nocturne indien d'Antonio Tabucchi. L'Inde, une équipe et un budget légers, un traitement intimiste et une tonalité fantasmagorique, voire onirique (rendue notamment par le travail d'Yves Angelo sur la photographie) lui permettent de se consacrer complètement à un thème déjà en filigrane dans ses films précédents : le nouveau départ, l'interrogation sur le sens de l'existence, le flou sur l'identité et les quêtes douloureuses et indélébiles pour y échapper et pour finalement se trouver.

Avec le film d'époque Tous les matins du monde, d'après un roman éponyme de Pascal Quignard, dont la musique est le vrai personnage principal, il rencontre un succès public et critique inattendu, sur un sujet quelque peu austère (l'histoire d'un violiste au XVIIe siècle) traité sans emphase, avec un Jean-Pierre Marielle au sommet de son art. Alain Corneau reçoit pour ce film le César du meilleur film et celui du meilleur réalisateur.

Il effectue une nouvelle plongée dans un monde étranger, japonais cette fois, avec son adaptation de Stupeur et tremblements de l'écrivaine belge Amélie Nothomb, dont l'héroïne semble montrer une identité plus mûre et un meilleur recul sur son environnement que les héros de ses premiers films.

En 2004, l'ensemble de son œuvre cinématographique est distinguée par le prix René-Clair décerné par l'Académie française.

En 2006, Grégory Marouzé lui consacre un documentaire, Alain Corneau, du noir au bleu, qui retrace le parcours du cinéaste, aborde sa mise en scène, ses influences et ses thèmes fondateurs.

En 2010, il se voit décerner un prix Henri-Langlois pour l’exemplarité de ses choix et de son parcours cinématographique qui a su mêler avec subtilité des films de genres très divers, où la quête initiatique du ou des héros est toujours empreinte d’une grande spiritualité mêlée d’humilité et de générosité envers l’autre.

Il meurt des suites d'un cancer du poumon, dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 août 2010.

Source : wikipedia
Voir les biographies de Alain Corneau

Citations de Alain Corneau

Voir les citations de Alain Corneau

Informations diverses

Ajouter / Voir plus