Lire la suite...
Dédicaces de Roberto Rossellini et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Roberto Rossellini
Ses spectateurs apprécient aussi
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses films
Critère Note Visuel
Globale 7.3
Scénario 7
Images 8
Emotions 7.8
Suspense 5.3
Musique 7
Acteurs 7.8
Originalité 7

Roberto Rossellini

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : ( ans)
  • Lieu : Non disponible

Décès

  • Date : (à ans)
  • Lieu : Non disponible

Editeurs

Films sans Frontières : 1 films
Cine Italia Film : 1 films
RKO Radio Pictures : 1 films
Titanus : 1 films

Les chiffres

Présent dans : 59 cinéthèque
Note moyenne : 7.29 / 10
Nombre d'évaluations : 7
Position top auteur : -

Dans les cinéthèques des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 28",0],["Sem 29",0],["Sem 30",0],["Sem 31",0],["Sem 32",0],["Sem 33",0],["Sem 34",5],["Sem 35",0],["Sem 36",0],["Sem 37",0],["Sem 38",0]]

Evaluation moyenne

Note
[["nov",0],["d\u00e9c",8],["jan",7],["f\u00e9v",0],["mar",0],["avr",0],["mai",0],["jui",0],["jui",0],["ao\u00fb",0],["sep",0]]

Biographie de Roberto Rossellini

Ajouté par Sucre-Glace le 26 Décembre 2013
Roberto Rossellini est un réalisateur italien de cinéma et de télévision, né le 8 mai 1906, à Rome, où il est mort le 3 juin 1977. Rossellini est l’un des réalisateurs les plus importants du cinéma néoréaliste italien, mouvement qui s'est très largement constitué autour de lui et de ses films Rome, ville ouverte (Roma, città aperta) en 1945, ou Païsa (Paisà) en 1946.

Issu d’une famille bourgeoise habitant Rome, Roberto Rossellini a vécu dans la demeure paternelle, via Ludovisi, dans une atmosphère artistique, musicale et culturelle.

Le père de Roberto, Angiolo Giuseppe Rossellini, dit Beppino Rossellini, était un architecte connu de la capitale, bénéficiant de la fortune et de l'appui d'un oncle entrepreneur, Roberto Zeffiro Rossellini. Beppino Rossellini a construit le premier cinéma romain (un théâtre dans lequel des films pouvaient être projetés), autorisant Roberto à assister librement à de nombreuses séances. Roberto a donc commencé à fréquenter le cinéma à un très jeune âge. Au décès de son père, il se met à travailler comme preneur de son pour des films, et, pendant un certain temps, exerce accessoirement tous les métiers liés à la création d'un film, gagnant de la compétence dans chaque domaine.

En 1936, il épouse Marcella de Marchis qui exerça, à partir des années 1960, une activité de costumière de cinéma et avec qui il eut deux fils, Marco Romano, né en 1937 et Renzo, né en 1941 qui devint assistant réalisateur, puis réalisateur et travailla souvent avec son père.

Les premières réalisations de Rossellini furent des courts-métrages : en 1936, Daphne (Daphné), puis, en 1938, Prélude à l'après-midi d'un faune, qui fut interdit par la censure pour impudicité, et en 1939, Fantasia Sottomarina (Fantaisie aquatique). En 1938, il assiste Goffredo Alessandrini pour le scénario de Luciano Serra, pilote (Luciano Serra pilota) qui obtint la Coupe Mussolini pour le meilleur film italien à la Mostra de Venise et fut l’un des films italiens les plus populaires de la première moitié du xxe siècle. Puis, en 1940, il assiste Francesco
De Robertis pour la réalisation de SOS 103 (Uomini sul Fondo). Son amitié étroite avec Vittorio Mussolini, fils du Duce et responsable du cinéma en Italie, a été interprétée comme une raison possible de la préférence que certains réalisateurs avaient pour lui.

Son premier long métrage, Le Navire blanc (La Nave Bianca) en 1941, est un projet du Centre cinématographique du Ministère de la marine, suivi par Un pilote revient (Un pilota ritorna) (1942) et L'Homme à la croix (Uomo dalla Croce) (1943). Cette période a été marquée par son amitié pour Federico Fellini, qui fut son assistant, et Aldo Fabrizi.

Lorsque le régime fasciste prend fin en 1943, juste deux mois après la libération de Rome, Rossellini travaillait déjà sur Rome, ville ouverte (Roma, città aperta) (avec Fellini qui participa au scénario et Fabrizi qui interprétait le rôle du prêtre). Il produisit lui-même le film (la majeure partie de l'argent est venue de crédits et de prêts). Ce film dramatique, sorti en 1945 a un succès immédiat et obtint l'un des Grand Prix du Festival de Cannes en 1946. En 1946, Rossellini réalise Païsa (Paisà), un film avec des acteurs non professionnels (Giulietta Masina y figure), puis en 1948, Allemagne année zéro (Germania anno zero), parrainé par un producteur français et filmé dans le secteur français de Berlin. À Berlin aussi, Rossellini aurait préféré faire jouer des acteurs non professionnels, mais n’a pu trouver de visage qui pouvait l’« intéresser ».

Il plaça son appareil-photo au milieu d'une place dans le centre ville, comme il l'avait fait pour Paisà, mais fut surpris de ne voir aucun curieux venir l'observer.
Comme il l’a déclaré à des journalistes lors d’une entrevue, « afin de vraiment créer le personnage qu'on a à l'esprit, il est nécessaire pour le scénariste de s'engager dans une bataille avec son acteur qui finit habituellement par la soumission du scénariste au désir de l'acteur. Puisque je n'ai pas le désir de gaspiller mon énergie dans une bataille comme celle-ci, j'emploie des acteurs professionnels seulement de temps en temps ».

Une des raisons du succès serait, selon Rossellini, le fait qu’il a réécrit les scénarios suivant les sentiments et les histoires d’acteurs non professionnels. Les accents régionaux, les dialectes et les costumes apparaissaient dans les films comme ils étaient dans la réalité.

Rossellini réalise ensuite L'amore (avec Anna Magnani) et La Machine à tuer les méchants (La macchina ammazzacattivi), sur les possibilités du cinéma à dépeindre la réalité et la vérité (avec des rappels de la commedia dell'arte).

En 1948, Rossellini reçoit une lettre d'une actrice étrangère se proposant de travailler avec lui :
Cher M. Rossellini,
J'ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsa, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo», alors je suis prête à venir faire un film avec vous.
Ingrid Bergman
Par cette lettre célèbre commence une histoire qui propulse Ingrid Bergman et Rossellini sous les feux de l'actualité. Ils travaillent ensemble l'année suivante, en 1950, dans Stromboli terra di Dio (dans l’île de Stromboli, dont le volcan entre opportunément en éruption pendant le tournage du film), film suivi d' Europe 51 (Europa'51) sorti en 1952. En 1953, Voyage en Italie (Viaggio in Italia), puis, en 1954, La Peur (La Paura) et Jeanne au bûcher (Giovanna d'Arco al rogo).

L'histoire d'amour entre Ingrid Bergman et Rossellini a causé un scandale aux États-Unis et en Italie (Bergman et Rossellini étaient tous les deux mariés chacun de leur côté) ; le scandale s'est amplifié quand ils ont eu des enfants (dont Isabella Rossellini qui connaît la célébrité en tant qu'actrice). Ils se marièrent cependant en 1950.

En 1957, Rossellini et Ingrid Bergman se séparent au retour d'un voyage en Inde. Il y a noué une liaison avec la scénariste Sonali Dasgupta qu'il épousera, et dont il divorça quelques années plus tard.

Après 1961, l'activité de Rossellini va principalement être la réalisation de films ou de séries pour la télévision, de nature culturelle ou éducative, qui, pour certains sortirent également en salle.

De 1968 à 1974, il dirige le Centro Sperimentale di Cinematografia.

En 1974, il réalise pour le grand écran L'An un (Anno uno) et en 1975, Le Messie (Il Messia).

En 1977, il tourne un film sur Le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, son dernier film, et accepte la présidence du jury au Festival de Cannes. Il meurt à Rome, peu de temps après, d'une crise cardiaque.

Source: fr.wikipedia.org/wiki/Roberto_Rossellini
Voir les biographies de Roberto Rossellini

Citations de Roberto Rossellini

Voir les citations de Roberto Rossellini

Informations diverses

Ajouter / Voir plus