Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8.4
Scénario 8
Images 8.6
Emotions 8.2
Suspense 8
Musique 7
Acteurs 7.6
Originalité 8.8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 7 21 ans
Liste d'Or 13 21 ans
Liste d'argent 9 19 ans
Liste de bronze 3
J'ai vu aussi 2
Mes envies 19 20 ans
Je n'ai pas apprécié 1
Ma PAV(pile à voir) 11 20 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Stalker

Titres alternatifs

Russe : Сталкер

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

1974
Nationalité : Russie, Allemagne
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par kaminari le 16-01-2014
La zone est un lieu interdit, d'origine inconnue, férocement gardée par les militaires. Le Stalker sait guider le voyageur désireux de s'y aventurer, lui faire franchir les obstacles pour le mener à la chambre qui exauce tous les désirs. Il y conduit deux hommes : un écrivain et un physicien, le parcours est laborieux, aucun des deux n'osera pénétrer dans la chambre...

Citations et Répliques du Film

Ajouté par Octave2Methylene le 20-05-2015
"Puissent-ils croire et rire de leurs passions. Car ce qu’ils nomment « passion » n’est pas la force de l’âme, mais une friction entre l’âme et le monde extérieur."

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Par Octave2Methylene le 2015-05-20 21:39:30 Editer
Le Stalker (littéralement le "Traqueur") guidant ses semblables au cœur d'un territoire irrationnel, hors du temps, conduit les hommes vers « la chambre », où tous les souhaits peuvent être réalisés. Ils marchent en réalité à la rencontre de leur vérité intérieure. Cette progression initiatique, faite de tâtonnement, de gestes sans cesse répétés, apparemment absurdes, est une quête, un acte de foi, tout comme l'était pour Tarkovski l'acte de filmer. "Celui qui trahit une seule fois ses principes perd la pureté de sa relation avec la vie. Tricher avec soi-même, c'est renoncer à tout, à son film, à sa vie". Dans la "zone" tout prise de décision commune finie par devenir incertaine, car chacun se retrouve seul face à lui-même, aux prises avec ses démons intérieurs. C'est le triomphe de l'invisible. Ce film est l’œuvre maitresse de Tarkovski, celui qui est le plus explicite quand à sa pensée. Pessimiste (il aimait à citer ce proverbe russe: un pessimiste est un optimiste bien informé), il observe avec douleur une civilisation proche de l'anéantissement parce que gagné par le cynisme. Ce film majeur a été célébré par nombre d'artistes contemporains, de Chris Marker à Von Magnet, en passant par Bjork, Lustmord, OMD, Enki Bilal, ou Alva Noto. "Stalker" est un film essentiel qui marque la mémoire à jamais.

Les derniers commentaires ajoutés

Par OnlyLola le 2015-10-05 23:40:37 Editer
Stalker me semble vraiment pas facile d'accès de part son rythme lent, ses scènes contemplatives, ses plans longs et fixes, et son message qui est loin d'être évident à mon sens. Personnellement, il y a énormément de choses qui m'échappent, d'où cette difficulté à déterminer ce que le film a voulu montrer (et à ne pas sombrer dans l'ennui, aussi).

Mais il y a des scènes que j'ai vraiment adoré, qui, sans m'éclairer plus que ça sur le sens, m'ont parlé d'une toute autre manière : celle de l'irréel et du ressenti. Je pense notamment à ces longs plans d'eaux qui procurent une sensation humide, liquide, froide, austère, mystique, métaphorique et presque métaphysique. Oui, tout ça à la fois. J'aime vraiment cette utilisation de l'eau qu'on retrouve dans beaucoup de séquences. Ensuite, cette scène sombre dans le tunnel, qui conduit à la chambre des vœux, où je me suis sentie complètement intégrée dans le film, fait partie de celles que préfère. Sans oublier, ses passages, ponctué d'une voix off parfois totalement envoûtante, qui récitent des poèmes écrits par Arseni Tarkovski, que j'ai trouvé assez passionnant à découvrir et à écouter.

Je ne cache pas qu'il y a certaines fois où je me suis ennuyée ferme, le temps et l'espace étant absent dans Stalker, et le rythme lent n'aidant pas non plus. Je mentirais en disant que c'était l'éclate totale pendant 2h45. Pourtant, l'atmosphère dégagée, parfois presque similaire à un songe spirituel et angoissant, ne manque pas de charme. Mais ça n'a pas forcément suffit. Il m'a manqué un enjeu, cette quête de la zone était trop floue pour m'impliquer totalement.

Seulement, il y a une sensibilité, une simplicité visuelle et une philosophie dans ce film qui me donne envie de le revoir, pour essayer de comprendre les sens cachés peu limpides ou carrément incompris personnellement. Ou ressentir ce que je n'ai pas pu ressentir lors du premier visionnage.
Une belle oeuvre que ce Stalker, dont l'ambiance est ce que j'en retiens le plus positivement, dommage que je ne me sois pas forcément sentie impliquée ou hypnotisée par le reste.
Par Octave2Methylene le 2015-05-20 21:39:30 Editer
Le Stalker (littéralement le "Traqueur") guidant ses semblables au cœur d'un territoire irrationnel, hors du temps, conduit les hommes vers « la chambre », où tous les souhaits peuvent être réalisés. Ils marchent en réalité à la rencontre de leur vérité intérieure. Cette progression initiatique, faite de tâtonnement, de gestes sans cesse répétés, apparemment absurdes, est une quête, un acte de foi, tout comme l'était pour Tarkovski l'acte de filmer. "Celui qui trahit une seule fois ses principes perd la pureté de sa relation avec la vie. Tricher avec soi-même, c'est renoncer à tout, à son film, à sa vie". Dans la "zone" tout prise de décision commune finie par devenir incertaine, car chacun se retrouve seul face à lui-même, aux prises avec ses démons intérieurs. C'est le triomphe de l'invisible. Ce film est l’œuvre maitresse de Tarkovski, celui qui est le plus explicite quand à sa pensée. Pessimiste (il aimait à citer ce proverbe russe: un pessimiste est un optimiste bien informé), il observe avec douleur une civilisation proche de l'anéantissement parce que gagné par le cynisme. Ce film majeur a été célébré par nombre d'artistes contemporains, de Chris Marker à Von Magnet, en passant par Bjork, Lustmord, OMD, Enki Bilal, ou Alva Noto. "Stalker" est un film essentiel qui marque la mémoire à jamais.
Par nath81 le 2014-04-20 17:16:35 Editer
Ce film est vraiment beau. Il faut savoir que le rythme est lent, même très lent. Mais les images sont tellement belles et la musique aussi.
L'histoire se tient par ses dialogues, et le mystère vient des décors. Dans ce film, il y a de la tension, de l'angoisse, de la tristesse, mais aussi de l'espoir et de la poésie.
Les acteurs sont excellents, les images très simples, mais magnifiques et vraies (vieilles mares, béton, villes, campagnes...)
on ne peut pas rester indifférent à ce film qui nous fait nous questionner sur nous et sur notre vie et l'avenir de l'humanité, et à la fin, on continue à se poser des questions.
Ce film a reçu un prix spécial au festival de Cannes en 1980 et le prix des spectateurs du festival du film fantastique de Porto.