Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Cinéphile,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Nos publicités sont spécifiquement choisies pour être en harmonie avec notre contenu, centré sur le cinéma. Elles sont non intrusives et peuvent vous connecter avec des opportunités pertinentes et passionnantes dans le monde du cinéma. En bloquant ces publicités, vous limitez non seulement une source de revenus essentielle pour nous, mais vous risquez également de manquer de précieuses informations de l'industrie cinématographique.

Pour que vous puissiez continuer à profiter de nos articles, revues et nouveautés du monde du cinéma, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités spécifiquement pour notre site.

Une fois que vous avez désactivé votre bloqueur de publicités, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page et poursuivre votre exploration de l'univers cinématographique.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe CineNode

Films
60 146
Membres
43 290

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par pwachevski 2024-06-09T18:29:30+02:00
Vu aussi

Le film est un peu dur à pitcher. Hanna Laslo joue le personnage d'Hanna, une Israélienne chauffeuse de taxi. Elle doit se rendre en Jordanie, pour rencontrer un gars qui lui doit de l'argent, et se fait appeler "l'Américain" (mais qui est en réalité un Palestinien). Pour une raison que je n'arrive toujours pas à comprendre, Hanna va amener avec elle Rebecca, sa dernière passagère jouée par Natalie Portman, une Américaine, pas juive, mais d'origine juive, qu'Hanna ne connaît ni d'Eve ni d'Adam, qui n'a foutrement rien à voir avec cette histoire et n'a donc foutrement aucune raison de participer avec elle à cette entreprise potentiellement dangereuse. Après moultes péripéties que je vous épargne, les voilà en Jordanie où, surprise, "l'Américain" n'est pas là, et elles feront face à une autre femme, Leila, Palestinienne, jouée par Hima Abbas.

Je comprends les intentions du film. On est sur un portrait croisé de 3 femmes, qui semblent assez différentes sur le papier : originaires de trois pays différents, de trois religions différentes, pas nécessairement de la même génération, des situations maritales variées, etc. Pourtant, au fil du film, on comprend qu'elles partagent une histoire commune, voire complémentaire, et on est frappé par la façon dont chacune cherche à fuir quelque chose qui la met mal à l'aise dans son propre pays. Puis bien sûr, on ne peut pas faire comme si la situation géopolitique complexe et explosive du Proche-Orient n'existait pas ; le réalisateur est Israélien, mais porte un message très neutre et pacifique, il ne cherche en rien à défendre à tout prix son pays. Mais j'ai trouvé ça tellement mal exprimé, confus et brouillon, que je peine sincèrement à trouver ça touchant ou pertinent. Peut-être pour un public originaire de cette région du monde, qui forcément a tous les codes, toutes les cartes en main pour comprendre les subtilités. Mais moi, ça m'est complétement passé au-dessus.

Sur la forme, le trio d'actrices principales séduit par sa justesse. Hanna Laslo est d'ailleurs repartie avec un prix d'interprétation à Cannes pour ce film. Je ne suis pas 100% certaine que c'était méritée, car je ne me suis pas dit "waouh" non plus, ou à la limite si le prix avait été partagée comme cela arrive parfois sur ce festival, mais bon, je chipote, elle n'a clairement pas à rougir de sa prestation. En revanche la réalisation, je vais être cash, j'ai détesté ! On est essentiellement sur des plans-séquences trèèèèèès longs. Mais pas longs comme par exemple Steve McQueen (le réalisateur de 12 years a slave, par l'acteur des années 60) peut le faire, avec des intentions hyper arty, savamment composés et placés dans son film, pour réaliser un climax émotionnel. Là, on en a partout, tout le temps, comme si on avait la flemme de réaliser le montage du film. Ça ne fait pas recherché, ça fait pauvre. Et que dire de ces surimpression d'images par moment si ce n'est que c'est juste dégueulasse et ultra cheap ?

Afficher en entier