Lire la suite...
Activité récente
  • 14-03 ajouté par lilou20 (J'ai vu aussi)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 4.9
Scénario 5.7
Images 6.8
Emotions 5.7
Suspense 4.8
Musique 6.1
Acteurs 5.9
Originalité 5.1

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 10 21 ans
Liste d'Or 8 23 ans
Liste d'argent 9 21 ans
Liste de bronze 13 21 ans
J'ai vu aussi 27 22 ans
Mes envies 174 21 ans
Je n'ai pas apprécié 12 22 ans
Ma PAV(pile à voir) 57 22 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Les Hauts de Hurlevent

Titres alternatifs

Anglais : Wuthering Heights

Date de sortie

France : 5 Décembre 2012

Apprécié pour

Studio

2012
Nationalité : Britannique

Budget : 5 000 000 £
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Laurelyn le 31-01-2016
Angleterre – XIXème siècle. Heathcliff, un enfant vagabond, est recueilli par M. Earnshaw qui vit seul avec ses deux enfants, Hindley et Cathy, dans une ferme isolée. Heathcliff est bientôt confronté aux violences de Hindley, jaloux de l’attention de son père pour cet étranger. Le jeune garçon devient le protégé de Cathy. A la mort de M. Earnshaw, Cathy est courtisée par le fils de riches voisins, laissant peu à peu Heathcliff à la merci de Hindley. A l’annonce du prochain mariage de Cathy, Heathcliff s’enfuit. L’attachement fraternel qu’il vouait à Cathy se transforme alors en un amour obsessionnel.

Citations et Répliques du Film

Ajouté par ninegar le 06-08-2014
_ Il faut que j'aie celui-là chez moi. Non que j'en aie besoin, mais ...

Il se tourna brusquement vers le feu et continua avec ce que, faute d'un meilleur mot, j'appellerai un sourire :

_ Je vais vous dire ce que j'ai fait hier. J'ai fait enlever, par le fossoyeur qui creusait la tombe de Linton, la terre sur son cercueil, à elle, et je l'ai ouvert. J'ai cru un instant que j'allais rester là : quand j'ai revu sa figure _ c'est encore sa figure ! _ le fossoyeur a eu du mal à me faire bouger ; mais il m'a dit que l'air l'altérerait. Alors j'ai rendu libre un des côtés du cercueil, que j'ai ensuite recouvert ; pas le côté près de Linton, que le diable l'emporte ! son cercueil, à lui, je voudrais qu'il eût été soudé au plomb. Puis j'ai soudoyé le fossoyeur pour qu'il en levât ce côté quand je serai couché là, et qu'il fasse subir la même opération à mon cercueil, que je ferai disposer en conséquence. Et alors, quand Linton viendra nous voir, il ne pourra plus s'y reconnaître !

_ Vous avez agi d'une façon indigne, Mr Heathcliff ! m'écriai-je. N'avez-vous pas eu honte de troubler les morts ?

_ Je n'ai troublé personne, Nelly, et je me suis procuré à moi-même quelque soulagement. Je vais à présent me sentir bien mieux; et vous aurez plus de chances de me maintenir sous terre, quand j'y serai. L'avoir troublée ? Non, c'est elle qui m'a troublé, nuit et jour, pendant dix-huit ans ... Sans cesse, sans remords.. Jusq'à la nuit dernière ; et la nuit dernière j'ai été tranquille. J'ai rêvé que je dormais de mon dernier sommeil à côté d'elle, mon coeur immobile contre le sien et ma joue glacée contre la sienne.

_ Et si elle avait été réduite en poussière, ou pis encore, de quoi auriez-vous donc rêvé ?

_ Que je me réduisais en poussière avec elle et que j'étais encore plus heureux ! Supposez-vous que je redoute un changement de cette nature ! Je m'atendais, en soulevant le couvercle, à une pareille transformation ; mais je préfère qu'elle ne commence pas avant que je la partage. En outre, si je n'avais pas reçu l'impression nette de ses traits reposés, je n'aurais guère pu me débarrasser de cette étrange sensation. Elle est née d'une façon singulière. Vous savez que j'ai été comme fou après sa mort ; éternellement, de l'auble jusqu'à l'aube, je la suppliais de m'envoyer son fantôme ! Je crois fermement aux revenants : J'ai la conviction qu'ils peuvent exister, et qu'ils existent, au milieu de nous. Le jour de son enterrement, il y eut une chute de neige. Le soir, j'allai au cimetière. Le vent était glacial comme en hiver ; tout autour de moi était solitude. Je ne craignais pas que son imbécile de mari vînt errer de ce côté à pareille heure ; et nul autre n'avait affaire là. Étant seul, et sachant que deux mètres de terre meuble étaient l'unique obstacle qui nous séparât, je me dis : " Il faut que je la tienne une fois encore dans mes bras ! si elle est froide, je penserai que c'est le vent du nord qui me glace, moi ; si elle est immobile, c'est qu'elle dormira . " Je pris une bêche dans ce hangar aux outils et me mis à creuser de toutes mes forces. La bêche racla le cercueil ; je continuais à travailler avec mes mains. Le bois commença de craquer près des vis. J'étais sur le point d'arriver à mon but, quand il me sembla entendre au-dessus de moi, près de l'angle de la tombe, le soupir de quelqu'un qui se penchait. " Si je puis seulement soulever le couvercle ", murmurai-je, " je souhaite qu'on nous recouvre de terre tous deux ! " Et je m'appliquai à ma tâche avec plus de fureur encore. Il y eu un autre soupir, tout près de mon oreille. Il me semblait sentir un souffle chaud qui déplaçait l'air chargé de grésil. Je savais qu'il n'y avait là aucun être vivant, en chair et en os; mais aussi certainement que l'on perçoit dans l'obscurité l'approche d'un corps matériel, bien qu'on ne puisse le discerner, je senti que Catherine était là : non pas au-dessous de moi, mais sur la terre. Une soudaine sensation jaillit de mon coeur et pénétra tous mes membres. Je cessai mon travail désespéré ; j'étais consolé tout d'un coup, indiciblement consolé. Elle était présente à côté de moi ; elle resta pendant que remplissais la fosse et m'accompagna jusqu'à la maison. Vous pouvez rire si vous voulez, mais j'étais sûr que, là, je la verrais. J'étais sûr qu'elle était avec moi et je ne pouvais m'empêcher de lui parler. Ayant atteint les Hauts, je courus vivement à la porte. Elle était fermée ; et, il m'en souvient, ce maudit Earnshaw et ma femme voulurent m'empêcher d'entrer. Je me rappelle m'être arrêté pour couper d'un coup de pied la respiration d'Earnshaw, puis avoir couru en haut dans ma chambre et ensuite celle de Catherine. Je regardai impatiemment autour de moi ... Je la sentais près de moi ... je pouvais presque la voir, et pourtant je ne la voyais pas. J'ai dû alors avoir une sueur de sang, tant était vive l'angoisse de mon désir, tant était ardente la ferveurs de mes supplications pour l'appercevoir un instant seulement. Je ne l'ai pas aperçue. Elle s'est montrée pour moi ce qu'elle avait été souvent pendant sa vie, un démon ! Et depuis lors, tantôt plus tantôt moins, je n'ai cessé d'être le jouet de cette torture intolérable, infernale ! qui tient mes nerfs tellement tendus que, s'ils n'eussent pas ressemblé à de la corde à boyau, il y a longtemps qu'ils seraient aussi flasques que ceux de Linton. Quand j'étais assis dans la salle avec Hareton, il me semblais que, si je sortais, je la rencontrerais ; quand je me promenais dans la lande, que je la rencontrerais si je rentrais. Quand je quittais la maison, je me hâtais de revenir : elle devais être quelque part à Hurlevent, j'en étais certain ! Quand je voulais dormir dans sa chambre, j'en été chassé. Je ne pouvais pas rester couché ; dès que je fermais les yeux, ou bien elle était dehors à la fenêtre, ou bien elle ouvrait les panneaux du lit, ou bien elle entrait dans la chambre, ou bien elle appuyait sa tête chérie sur le même oreiller que quand elle était enfant ! Et je me sentais obligé d'ouvrir les yeux pour regarder. Cent fois dans la nuit je les ouvrais et les refermais ainsi ... pour être toujours déçu ! C'était une torture atroce. J'ai souvent gémi tout haut, au point que ce vieux coquin de joseph a certainement cru que ma conscience était possédée du démon. Maintenant, depuis que je l'ai vue, je suis calmé ... un peu calmé. C'est une étrange façon de tuer : non pas pouce par pouce, mais par fraction d'épaisseur de cheveu, en se jouant de moi, pendant dix-huit ans, avec le fantôme d'une espérance (... )

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Mellana le 2018-10-09 13:01:47 Editer
J'ai vu ce film hier et je dois dire qu'il a changé ma vision du roman.
Pour résumer, je ne suis pas une grande adepte à la base et j'ai beaucoup de mal à rentrer dans le roman et à ressentir quoi que ce soit face aux émotions des personnages. Eh bien je remercie Andrea Arnold pour son film, car pour la première fois j'ai commencé à avoir des émotions devant l'histoire !

Le début du film m'a paru très long, j'ai même failli abandonner au bout de 20 minutes. C'est très contemplatif, il ne se passe pas grand-chose. De plus il y a très peu de dialogues, aucune musique pour meubler et presque seulement les bruits environnants de la ferme et de la lande comme sons. C'est assez déstabilisant, d'autant qu'à ceci s'ajoute la caméra à l'épaule : personnellement je déteste cette façon de filmer qui me donne mal au cœur. Mais ici je pense tout de même qu'elle avait un véritable intérêt pour le film.

Les acteurs adolescents sont vraiment excellents, ils s'intègrent parfaitement dans le rude décor de cette partie de l'Angleterre et leur lien avec la nature environnante est vraiment bien transmis à l'écran, on les sent dans leur élément. De plus, ils sont parfaitement convaincants dans leur relation avec l'autre : c'est difficile de définir le lien qui existe entre Cathy et Heathcliff mais à mon humble avis c'est un pari réussi ici. Leur attachement, couplé au silence général du film et à son aspect "documentaire", m'évoque fortement les liens indescriptibles qui existent entre des animaux d'une même portée.
Les acteurs adultes ne m'ont pas déplu, Heathcliff est toujours bien interprété, Cathy un peu trop froide, mais dans l'ensemble le casting reste bon.

Maintenant le point central pour moi : pour la première fois j'ai ressenti de l'empathie pour ce que vit Heathcliff. L'aspect racial ajouté à l'œuvre y a peut-être contribué, toujours est-il que j'ai vraiment eu de la peine pour tout ce qu'il vit dans sa jeunesse. Ceci ajouté à une nature farouche de base me suffit largement à expliquer son envie de vengeance, et même les torts causés à des innocents me paraissent compréhensibles d'une certaine manière !
Je pense que mon manque d'empathie à la lecture du roman vient de la surabondance des dialogues grandiloquents à mon goût, qui m'évoquent plutôt une tragédie grecque qu'un roman classique. Et j'ai généralement peu d'émotions et peu d'empathie à la lecture d'une tragédie grecque. Ceci, plus le fait que le récit ne donne jamais accès aux émotions des personnages principaux : tout est toujours rapporté par un autre personnage. Tout ça contribue à un certain sentiment d'invraisemblance qui ne me permet pas de m'investir émotionnellement dans le récit.
Ici au contraire j'ai été touchée par toutes les brimades et maltraitances que subit Heathcliff, même s'il essaie de rester impassible on sent quand même qu'il n'est pas insensible. Et on comprend d'autant mieux son obsession pour Cathy : c'est le seul point d'ancrage de sa vie, la seule personne qui soit vraiment proche de lui. Elle est tout pour lui, tient tous les rôles qui sont normalement répartis entre plusieurs personnes : famille, amis, et amour. Rien d'étonnant à ce qu'il ne parvienne pas à l'oublier : il s'est entièrement construit autour d'elle.

En ce qui concerne l'ambiance du film, elle est très sombre, on est dans un coin perdu, sauvage, morne, et loin de toute société. Le silence est (paradoxalement) assourdissant, il n'y a rien pour adoucir la rudesse de la lande. La ferme est clairement pauvre et même sale, tout comme les enfants qui baignent dans cette crasse. Il y a un sentiment de désolation humaine très fort, les personnes qui vivent dans ces conditions ont une existence qui me semble vraiment horrible à vivre.

En conclusion, il ne s'agit pas d'une adaptation très fidèle car elle escamote une bonne partie de l'intrigue originale, ce qui peut se comprendre, mais aussi beaucoup de dialogues (qui ne manquent pas dans le roman). Elle n'est pas non plus classique. En revanche, je trouve qu'elle rend très bien l'essence du roman, ce qui est le plus important à mes yeux. Il s'agit vraiment d'une adaptation artistique et personnelle. Personnellement j'ai vraiment apprécié cette vision des Hauts de Hurlevent, et je pense que même si le film est dur, je le reverrai à l'avenir.
Il présente un intérêt certain pour les lecteurs du roman, mais pour les autres je pense qu'il est difficile à suivre et à apprécier. Ma connaissance de l'intrigue a été essentielle à ma compréhension du film et à l'intérêt que je lui ai porté.
Par FannyKim le 2018-06-15 06:55:10 Editer
Je n’arrive pas à savoir si j’ai aimé ce film ou pas…J’ai réussi à le finir donc j’ai du aimer...Cependant je reste assez mitigé sur le résultat final.
Tout d’abord le film est lent et plein de gros plans vraiment pas nécessaires. De jolis paysages mais des plans statiques trop nombreux…Oiseaux, insectes, montagnes, mousse verte et j’en passe.
Est-ce vraiment nécessaire de tourner des séquences dans un noir quasiment complet ? Ou de secouer la camera dès qu’il y a un peu d’action ? Du coup on ne voit rien et on ne comprend rien… Ensuite, les acteurs. Les deux enfants ont réussis à créer une relation spéciale, intense et rare et ont un jeu bien supérieur à celui des adultes. Ils sont beaux (vraiment beaux) et ont une alchimie naturelle. Malheureusement les acteurs adultes n’ont pas réussi à reprendre le flambeau et je n’ai pas réussi a les retrouver. Leur histoire d’amour enfant marche à merveille, pas en tant qu’adulte.
Pourquoi O pourquoi le jeune Heathcliff ne dit pas un mot de tout le film et n’ouvre la bouche que pour insulter les gens ?
Je comprends le désir pour la réalisatrice de créer un film d’ambiance mais elle en fait des tonnes…Trop c’est trop.
Par EliStrauss le 2016-09-04 14:53:53 Editer
Je mets ce film dans la catégorie vu aussi car je ne saurais dire s'il m'a plu ou déplu. Mais une chose est sur il est troublant. Pendant tout le début je me suis demandé qu'est ce qui était dérangeant et j'ai fini par comprendre. Il n'y a aucune musique en bande son, juste parfois un personnage qui chante et la musique du générique de fin. Je trouve que c'est vraiment troublant de n'entendre que le vent, la nature et les activités des personnages. Mais du coup ca respect vraiment bien le cadre et le titre.
Il y a beaucoup de silence, surtout de la part de Heathcliff, qui accentue les traits du personnage.
L'adaptation du film est plutot fidèle au livre. Il y a des scènes, comme celle où Heathcliff essaie de déterrer dont je ne me rappelle pas, je ne sais pas si elles ont été ajouté ou si j'ai juste oublié.
Je ne sais pas trop si je dois être déçue du fait que ce n'est pas Nelly qui raconte l'histoire comme dans le livre ou pas, cette aspect me plaisait bien dans le livre mais la le film est plus tourner vers Heathcliff donc on ne peut pas trop lui reprocher.
Justement, l'atmosphère de ce film est glaciale. Que ce soit dans la manière de filmer, crue sans effets ajoutés. Les longs plans sur Heathcliff silencieux étaient assez pesant pour qu'on comprenne sans paroles sa transformation en homme de plus en plus cruel. Cruauté qui d'ailleurs est bien représenter par le nombre de plan sur des animaux morts. Je me demande si c'était bien nécessaire, c'est plutôt glauque quand même.
Ce film rend l'histoire plus crue et moins douce que dans le livre.
Par contre, autant la complexité de Heathcliff est très bien développé d'autre personnages plus secondaires, tels que Joseph ou Nelly sont un peu délaissé, j'aurais aimé voir un peu plus l'impact qu'ils ont pu avoir sur Catherine, Heathcliff et Hindley.
Donc en conclusion je dirais que le réalisateur a été jusqu'au bout de son idée, à savoir montrer Heathcliff dans toute ça complexité mais je n'ai pas trop aimé sa version de l'histoire beaucoup trop froide pour moi. Ca reste néanmoins un bon film sur le plan cinématographique du terme.
Par Debby le 2014-10-10 21:21:04 Editer
J'ai lu le livre et vu l'adaptation de 1970 et franchement, les deux étaient 10 fois mieux que ce film. Comme le dit Nath81, il y a de longues scènes avec des manières de filmer très lentes et des gros plans inutiles.

A côté de cela, j'ai été très déçue par la manière dont la relation entre Catherine et Heathcliff est filmée et exploitée. En effet, si j'ai bon souvenir, dans le livre, tout est sous-entendu et surtout rien n'est aussi tendancieux que ce qu'on nous propose ici. Ce film rend leur relation gênante et incestueuse alors que ce n'est pas le sentiment que j'ai eu en lisant le livre.

De plus, les personnages du film sont exaspérants et ne sucitent aucune émotion à part celle de vouloir leur donner des baffes. Bref, ce n'est pas une adaptation que je conseille car elle est bcp trop longue et mal réalisée.
Par nath81 le 2014-07-07 16:41:34 Editer
Il y a eu onze adaptations cinématographiques de l’unique roman d'Emily Brontë, qui reste un des ouvrages les plus lus dans le monde. La réalisatrice Andrea Arnold a voulu se démarquer de ces nombreuses réécritures en optant pour le côté sombre de l’œuvre.
Pour ma part, j'ai préféré d'autres adaptations, celle ci me paraissant trop sombre justement. Le style est original, les paysages magnifiques mais je n'ai pas ressenti d'émotions. Les acteurs sont très bons, mais j'ai trouvé que c'était très long parfois et en plus, je n'ai pas du tout aimé la façon dont c'était filmé.
Trop de fleurs prises de près, des arbres ... alors que ça n'a pas lieu d'être. On comprend que d'un côté, il y a le silence des hommes et de l'autre, le bruit de la nature, mais bon, c'est quand même très soporifique!!! Tout ça fait que c'est monotone et qu'on s'ennuie quand même beaucoup au final.
Et je n'ai pas apprécié non plus que l'on montre tous ces animaux en train de souffrir ou morts. C'est d'un goût plus que douteux. Je veux bien que la réalisatrice ait voulu que le film soit noir, mais là, c'est un peu Too Much!!
Bref, ce film a été une grosse déception et pour moi, la plus belle version reste celle de 1939 avec Merle Oberon et Laurence Olivier.
Par Marie-18 le 2014-03-01 14:30:25 Editer
Une si belle histoire mais une fin horrible....