Lire la suite...
Activité récente
  • 17-11 ajouté par LucyYy (Ma PAV(pile à voir))
  • 04-10 ajouté par Lilymilou (Mes envies)
  • 03-10 ajouté par jujududul (Liste de bronze)
  • 23-09 ajouté par Dirlo26 (Liste d'Or)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7.8
Scénario 7.9
Images 8.1
Emotions 8
Suspense 7.5
Musique 7.4
Acteurs 8.4
Originalité 7.7

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 9 19 ans
Liste d'Or 30 20 ans
Liste d'argent 15 22 ans
Liste de bronze 20 21 ans
J'ai vu aussi 7 19 ans
Mes envies 18 20 ans
Je n'ai pas apprécié 2
Ma PAV(pile à voir) 6 21 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Julieta

Date de sortie

France : 18 Mai 2016

Apprécié pour

Studio

2016
Nationalité : Espagnol
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par sylvains7 le 17-04-2016
Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.
Julieta parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé.

Citations et Répliques du Film

Ajouté par myra44 le 20-05-2016
Chère Antia, je vais te raconter ce que je n'ai pas eu le temps de te dire, parce que tu étais une enfant, parce que ça m'était trop douloureux, ou simplement par pudeur.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par ALMA001 le 2018-08-13 12:16:25 Editer
ALMA001 Or
Peut-être pas le meilleur, mais quand même...
Par Inuki le 2017-07-03 19:36:36 Editer
Le film Julieta est une confession, celle d’une mère à sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. En écho à Tout sur ma mère, Julieta reprend le schéma de la mère désespéré, bouleversée par un évènement qu’elle n’aurait jamais voulu vivre mais qui devait arriver. Contrairement à Manuela de Tout sur ma mère, Julieta n’entreprend pas un voyage géographique mais un voyage psychologique. Elle remonte le temps au fur et à mesure de son écriture, elle écrit à sa fille les choses qu’elle aurait du lui dire, les choses qu’elle a tu, les paroles muettes qui ont provoqué l’absence de cette fille mystérieuse dont elle ne sait rien désormais.

La réalisation est intéressante, on découvre deux Julieta, incarnées par deux actrices différentes pour symboliser le temps qui distancie deux époques. Mais les deux Julieta se rejoignent et n’ont font plus qu’une au cours de ce témoignage émouvant d’une mère sur son parcours. Elle dévoile tout : ses peurs, ses peines, ses joies, ses faiblesses, son incompréhension. Mais une fois encore, Julieta se différencie de Manuela car elle avance toute seule, sans personne pour l’épauler dans sa douleur. Là où Manuela veut se souvenir, Julieta veut oublier.

Le film est conçu comme une œuvre qui sert de continuité à un parcours, il est donc primordial de connaître le cinéma d’Almodóvar, son style et ses thèmes pour pouvoir saisir l’importance du choix de la fin.

Malgré le côté émouvant du film, Julieta n’apporte pas beaucoup à l’édifice qu’Almodóvar avait déjà construit sinon un rappel du talent et des bons films dont le réalisateur est capable.
Par sylvains7 le 2017-06-16 22:44:17 Editer
Le réalisateur aux couleurs chaudes et au portrait de femmes est de retour sur ses des terres de prédilection. Arpentant les sentiers du mélo, il évite les chemins trop balisés pour nous offrir un scénario nous tenant en haleine, dosant les surprises, jouant avec nos émotions... La dernière demi-heure patine un peu mais l'ensemble permet de retrouver le maître Ibère après sa baisse de régime des "amants passagers".
Par Maomelancolik le 2017-02-14 02:26:36 Editer
Bon film qui relate l'évolution chaotique de cette femme. Entre les abandons et les rencontres, elle réussi à traverser le temps malgré elle. Ce film d'Almodovar respecte sa pate avec son ton culturel d'Espagne mais toujours porté sur la personne. Je le trouve quand même lent et on ne comprend pas ce départ soudain et inattendu. Enfin je trouve dommage qu'on ne revoit pas sa fille, mais c'est surement un partie pris du réalisateur. Bon film somme toute.
Par Veronica le 2016-12-19 20:09:08 Editer
Les actrices et les plans sont tout simplement superbes.
Le seul point négatif que je donnerai à ce film c'est cette ambiance malsaine qui nous poursuit tout au long ; Même sur un moment tout à fait anodin, la musique rend ce film très désagréable. Dommage
Par nolwenn03 le 2016-09-26 19:13:02 Editer
nolwenn03 Or
Je ne m'attendais pas a autant apprécier ce film. J'ai tout simplement adoré le contenu de l'histoire le scénario est vraiment incroyable. C'est un film très touchant et plein de délicatesse. Les actrices ont été superbes. Très belle réalisation que je recommande fortement.
Par Jadany le 2016-06-25 17:31:06 Editer
Je dois avouer que ce film est mon premier Almodovar je ne pourrais donc pas comparer avec le reste de sa filmographie comme j’en ai vu beaucoup le faire. Motivée par les excellentes critiques qu’il a reçue, je suis allé le voir sans rien en savoir et ce fut une bonne surprise.
J’ai passé un très bon moment avec ce film. D’abord parce que ça fait plaisir de voir un film à la mise en scène aussi soignée. On se rend facilement compte qu’aucun détail n’est là par hasard sans pour autant que l’on se perde dans une symbolique obscure dont seul le réalisateur et Télérama pourrait apprécier la signification. Non, ici tout est fait avec simplicité et discrétion et je suis persuadée que pas mal de petits détails dans la réalisation ont une influence sur notre manière d’appréhender le film sans même que l’on s’en rende compte.

Le jeu sur les couleurs est particulièrement agréable. Elles sont le total opposé des couleurs saturées et oppressantes que l’on peut trouver chez Nicolas Winding Refn (Only God Forgives, Drive). Ici elles nous offrent plutôt l’ambiance chaude de l’Espagne, la mer en été et font écho tour à tour à la passion et à la douleur des personnages. Le film est tissé de nombreux flash back et j’ai eu l’impression que dans le passé ont retrouvait beaucoup de bleu tandis que dans la présent c’était le rouge qui dominait. Dans presque chaque scène il y a un personnage qui a un habit de cette couleur ou un meuble, une fleur… Mais j’ai peut être halluciné et je ne vois pas qu’elle symbolique ça peut avoir par rapport au film… Éventuellement celle de marquer une rupture entre le passé et le présent qui est très importante dans le film… En tout cas n’hésitez à me donner votre point de vue sur ce détail parce que ça me turlupine ^^

La rupture entre le passé et le présent de Julieta est également mis en valeur par un changement d’actrice à partir d’un certain point de sa vie. J’ai trouvé ça à la fois original,
osé et très bien fait surtout au moment de la transition entre les deux. De plus les deux actrices (Emma Suarez et Adriana Ugarte si vous voulez tout savoir) sont absolument magnifiques dans leur rôle.

J’ai également apprécié que le fait que le film change plusieurs fois d’ambiance, de ton et même de genre en fonction des époques. Je pense notamment à une scène dans un train qui est à la fois bizarre et fascinante et qui retient forcément notre attention. J’ai d’ailleurs regretté que les moments dans ce style ne soient pas plus nombreux.

Si je devais reprocher une chose au film c’est son scénario. Pas qu’il m’ait déplu mais, malgré les nombreux flash back que j’ai trouvé très intéressants, le thème en lui même ne m’a pas accroché plus que ça.

Pour moi c’est donc un bon film, très bien mis en scène et je suis bien contente d’avoir apprécié mon premier visionnage de ce réalisateur. J’ai passé un très bon moment même s’il ne restera pas gravé dans ma mémoire !

Ma chronique un peu plus détaillée ici : https://beyondthelinessite.wordpress.com/2016/06/25/parlons-cine-julieta/
Par Eparm12 le 2016-06-08 19:08:48 Editer
Wow.

Je nourris le fol espoir du commencement d’une romance passionnelle avec Pedro Almodovar, ce bonhomme espagnol duquel je suis tombée amoureuse suite au coup de cœur que j’eus pour lui au travers de La Mauvaise Education, le premier film de sa filmographie que j’ai regardé et adoré. Ce fut une révélation et depuis ce jour, je me suis faite la promesse de m’atteler au reste de sa filmographie, alors quoi de mieux que de se rendre au cinéma un mardi soir, y découvrir et admirer Julieta ? Parce que j’ai contemplé ce film, à n’en point douter. Par ailleurs, je crois bien n’avoir jamais parfaitement employer le terme « contempler » jusqu’à présent, mais afin de le constater, il aurait fallu revenir sur l’étymologie de ce verbe, que le nombre de caractères utilisés pour les commentaires faits sur les films ne me permet pas, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un commentaire de français, donc il serait préférable d’évincer cette explication au profit de ma critique, qui ne sera pas longue, pour une fois, puisqu’il n’y a rien ou presque à critiquer dans Julieta, qui est un très bon film d’Almodovar, n’étant doté d’aucun gros défaut.

La réalisation d’Almodovar est exquise, une évidence, les paysages et plus largement les images sont splendides, les couleurs vives relatives à l’Espagne, pays que j’adore, teinté du rouge à la fois délicat et dérangeant de l’amour, de la haine et de la culpabilité sommeillant au plus profond de chacun des personnages, très bien construits, auxquels je me suis attachée, en particulier Julieta, Ava et Beatriz, et la bande-son magnifique, davantage le thème principal que j’ai adoré, et discrète, accompagnant les scènes avec mélancolie et revenant tout le long du film tel un leitmotiv musical. Le cadrage d’Almodovar est extrêmement précis, millimétré, et les détails des décors, des costumes et des objets sont rehaussés par cette précision, faisant écho à plusieurs choses à la fois car absolument rien n’a été laissé au hasard au sein du film : Almodovar a réalisé une œuvre artistique servant son propos, de l’art pur que l’on retrouve également dans son film, renvoyant au métier de professeur de littérature antique qu'exerce Julieta et des poteries d’Ava. Les acteurs, ou devrais-je dire plus justement les actrices, que je ne connaissais pas hormis l’interprète d’Ava, sont parfaits et d’une rare beauté, Almodovar se centrant sur la femme et la fille, et exprimant dans Julieta son amour à la gente féminine sans pour autant l’idéaliser ni même la sublimer, mais refléter une triste réalité à l'aide de son objectif.
Le scénario est pourvu d’une base simple et solide sur laquelle il s’appuie, exactement comme celui de La Mauvaise Education, et se complexifie au fur et à mesure qu’avance le film, usant parfois des codes du thriller mêlés à ceux du drame, genre excessif ainsi convoqué ici de ma part, mais remarque peut-être pertinente du fait que Julieta contienne beaucoup de suspens, et de métaphores symboliques, notamment dans la mise en scène et la narration, linéaire et maîtrisée, contée par Julieta elle-même sans omission, de son propre point de vue. L’intrigue est par conséquent ponctuée d’originalité, de silence et de non-dits, d’émotions, et s’avère très bien écrite et traitant de thèmes bouleversants, à savoir le deuil, le déchirement d’une mère et de sa fille, de la culpabilité, et ainsi de suite. Les situations et relations entre les personnages sont très travaillées. En somme, les niveaux de lecture du film sont assez nombreux et subtils.

Enfin, on retrouve dans ce film toutes les caractéristiques du cinéma d’Almodovar qui lui sont chères, du peu que j'en sais, excepté la pudeur dont il fait preuve ici, car son film est soft comparé à ses autres œuvres, aspect néanmoins appréciable. Julieta est un film poignant, sensible et magistral, au même titre que La Mauvaise Education, si ce n’est qu’il est moins marquant que son prédécesseur me concernant. Le rythme est lent et la fin ouverte judicieuse, le film se coupant au bon moment, sans que l'on puisse en penser qu'il nous en dévoile trop ou pas assez.
En conclusion, j’ai bien aimé ce film, auquel je ne sais pas trop quoi reprocher, mais lui préfère encore et toujours La Mauvaise Education. Cependant, j’attends de visionner d’autres films d’Almodovar avant d’opérer quelques ajustements dans leur classement, provisoire.

PS : la diction des acteurs est excellente et les dialogues de qualité prononcés avec une justesse rare.
Par plumanna le 2016-06-01 16:14:30 Editer
Touchant et émouvant mais aussi plein d'un suspense insoutenable. Ce film est tout simplement magnifique et bouleversant