Lire la suite...
Les gens aiment aussi
Activité récente
  • 16-02 ajouté par kisha (Liste d'argent)
  • 15-02 ajouté par PandaShamballa (Mes envies)
  • 27-01 ajouté par Loumiel (Liste de bronze)
  • 07-01 ajouté par alexaba (Liste d'Or)
  • 30-12-2018 ajouté par manonadore (Ma PAV(pile à voir))
  • 07-12-2018 ajouté par Yoshi35 (Mes envies)
  • 05-12-2018 ajouté par Mana-no-Sekai (J'ai vu aussi)
  • 30-11-2018 ajouté par Lilymilou (Mes envies)
  • 27-11-2018 ajouté par FeliceDrago (Mes envies)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8
Scénario 8.3
Images 8.8
Emotions 7.8
Suspense 7.3
Musique 8
Acteurs 7
Originalité 8.3

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Dilili à Paris

Date de sortie

France : 10 Octobre 2018

Apprécié pour

Studio

Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Elowenn le 02-02-2018
Dans le Paris de la Belle Epoque, en compagnie d'un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle va d'aventure en aventure à travers la ville prestigieuse, rencontrant des hommes et des femmes extraordinaires, qui l'aident, et des méchants, qui sévissent dans l'ombre. Les deux amis feront triompher la lumière, la liberté et la joie de vivre ensemble.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par FanDeGlee le 2018-11-04 10:24:23 Editer
FanDeGlee Or
Un film poétique, fidèle à l'univers de Michel Ocelot! Dilili m'a fait penser à la princesse Chamsou Sabah dans Azur et Asmar, déjà par son physique, ensuite par sa curiosité insatiable et son envie de découvrir le monde autour d'elle.
On peut retrouver de nombreux éléments des précédents animés de Michel Ocelot dans Dilili: les yeux bleus d'Orel, la caverne des mâles maîtres, la grotte où chante Emma Calvé, lorsqu'Orel se retrouve devant deux chemins différents dans les égouts, la serre de Sarah Bernardt…
Ce qui m'a empêché de mettre ce film en diamant, c'est le fait qu'il ressemble plus à une galerie de personnages qu'à une histoire, qui passe donc en arrière-plan. Mais des graphismes toujours aussi magnifiques et tendres, avec en fond Paris à la Belle Epoque.
Je soulignerais le côté féministe du dessin animé que j'ai beaucoup aimé!