Lire la suite...
Les gens aiment aussi
Activité récente
  • 20-03 commenté par Freyja
  • 08-03 ajouté par Cisoux (Mes envies)
  • 07-03 ajouté par Yoshi35 (Mes envies)
  • 07-03 ajouté par Freyja (Ma PAV(pile à voir))
  • 25-02 ajouté par (Mes envies)
  • 23-02 ajouté par Elodu17 (Mes envies)
  • 16-02 ajouté par book35 (Mes envies)
  • 09-02 ajouté par Tatou00 (Ma PAV(pile à voir))
  • 07-02 ajouté par Mapucedu14 (Mes envies)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8.3
Scénario 8
Images 8.3
Emotions 8.5
Suspense 8
Musique 8.3
Acteurs 8.5
Originalité 8.8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Une femme d'exception

Date de sortie

France : 2 Janvier 2019

Apprécié pour

Studio

2018
Nationalité : Américain
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Naomi42 le 10-11-2018
Jeune avocate idéaliste, Ruth Bader Ginsburg fait équipe avec son mari Marty pour mettre fin à un siècle de discrimination à l'encontre des femmes. Elle se battra devant la Cour d'appel, puis ira jusqu'à la Cour suprême …

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Freyja le 2019-03-20 12:16:36 Editer
https://mydearema.wordpress.com/2019/03/20/%e2%94%82jai-vu%e2%94%82une-femme-dexception/

Première chose à mentionner… La foutue traduction du titre !?
La VO était : « On the basis of sex ».
Ça, ça a de la gueule!
« Une femme d’exception », ça me fait grincer des dents. Ça efface une grosse partie de l’essence même du film qui reste quand même la lutte pour la fin de la discrimination basée sur le genre. Non mais.

Bon. Coup de gueule terminé.

À part ce léger détail, c’était fort bien.
En tant que féministe, je DEVAIS aller voir ce film. Genre une urgence vitale. Et je ne regrette pas. Enfin, sauf un truc ou l’autre, sinon c’est pas drôle.

J’apprécie beaucoup Felicity Jones, elle remplit sa part du job dans son interprétation de Ruth Bader Ginsburg. Cette dernière, dont j’ignorais l’existence (pas bien), était avocate et est à l’origine d’un chamboulement sympa du genre faire comprendre au monde que bah oui la discrimination basée sur le sexe existe et c’est pas cool (j’peux presque mener une révolution moi aussi avec un tel discours, hein?).

Plein plein de petits gens se sont plaints du caractère fort ‘américanisé’ du film. Je les rejoins fort là-dessus. On insiste parfois lourdement sur la vie amoureuse de notre avocate, c’est pas toujours pertinent et ça met dans l’ombre son combat. Ils avaient la possibilité de faire un film vraiment engagé mais ils se perdent à plusieurs reprises dans les méandres des détails clichés du cinéma américain. Il paraît qu’il existe un documentaire sur ce personnage également, qui serait fatalement plus fidèle. Évidemment, nous avons à faire à un film. Donc forcément, ça doit être romancé un minimum. Sinon… Bah ç’aurait été un autre documentaire hein. Ça n’empêche pas qu’on a un aperçu, somme toute, correct de qui était cette personne. Ou du moins les éléments-clés pour retracer les moments forts de son histoire.

Ruth étant une avocate, les quatre-cinquième du film sont centrés sur sa carrière. On la découvre dans ses débuts à Harvard, puis se démenant pour décrocher un travail, pour finir prof. La relation entre elle et son mari est plutôt centrale à l’histoire (d’où probablement ce besoin de romancer ça davantage à l’écran), ils sont de réels partenaires et leur travail, à deux, permet d’activer la machine qui pourra éventuellement remettre la loi en question. Le film est une réussite dans sa représentation des discriminations des années 70. Discriminations qui sont encore beaucoup trop présentes aujourd’hui. On se prend à nouveau dans la gueule la lenteur de ce processus, les injustices, les incompréhensions. La fille de Ruth, Jane, était réellement inspirante. C’était parfois peu naturel comme tout ce qu’elle faisait tombait pile-poil bien pour l’avancement de l’histoire : en effet, elle était souvent source d’inspiration pour sa propre mère. On partait souvent dans des moments un peu « ooooooh, c’est mignoooon, waaaaw, c’est beau, c’est fort », ça ne m’a pas dérangée outre mesure, ça restait relativement bien dosé. Honnêtement, ça m’a même donné envie de partir manifester là tout de suite, en sortant de la salle du cinéma. Quelle folie.

La réalisation était, certes, parfois un peu dépassée avec cette impression de mauvais drama américain. Une fois cet aspect mis de côté, j’estime que c’est bel et bien une réussite, on ne peut nier son impact. Le final dépeint LA Ruth Bader Ginsburg qui a laissé son empreinte sur le monde : une femme terrifiante, imposante, déterminée, un vrai modèle.
Par FanDeGlee le 2019-01-26 09:58:21 Editer
En tant que féministe je me devais d'aller voir ce film très prometteur. Et je n'ai pas du tout été déçue! Ce film est vraiment exceptionnel, très émouvant, et m'a permis de découvrir une femme que je ne connaissais pas, et qui pourtant a tant fait pour lutter contre les discriminations sexuelles aux Etats-Unis!
Felicity Jones était vraiment très touchante dans ce rôle.
J'avais déjà vu Armie Hammer dans Call me by your name, et je ne l'avais pas beaucoup apprécié, mais là! Là, il a vraiment très bien joué, toujours à aider sa femme dans son combat! Il a remonté dans mon estime. :)
Que dire de plus, si ce n'est qu'il faut aller voir ce film, qui donne envie d'être avocate ou de sortir dans la rue pour réclamer l'égalité?