Lire la suite...
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7
Scénario 7.5
Images 7
Emotions 7
Suspense 7
Musique 7
Acteurs 7
Originalité 8

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Le Roi des Aulnes

Titres alternatifs

Allemand : Der Unhold

Date de sortie

France : 2 Octobre 1996

Apprécié pour

Studio

1996
Nationalité : Français, Allemand
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par kaminari le 23-12-2013
Au début des années 20, Abel est pensionnaire dans un collège religieux, où il est régulièrement maltraité par ses camarades. Pour se consoler, il lit le soir des récits du Grand Nord à son unique ami, Nestor. Juste après qu'Abel en a fait le voeu, le collège s'embrase et Nestor périt dans l'incendie. En 1939, Abel, devenu garagiste à Paris et resté simple d'esprit, ne se plaît qu'en compagnie des enfants. Le monde des adultes ne l'intéresse pas. Accusé de viol par une fillette, il ne doit son salut qu'au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Abel est mobilisé sur le front. Il est fait prisonnier et transféré dans les profondeurs glacées de la Poméranie. Par hasard, il devient le serviteur du garde forestier de Goering, puis le protégé du maréchal nazi...

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par kaminari le 2013-12-26 00:20:20 Editer
Bon film sur le nazisme, assez perturbant et inquiétant par moments dans la manipulation qu'il met en scène et la mythologie qu'il fait intervenir.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Abel, simple d'esprit ami des enfants, se trouve d'abord accusé de pédophilie avant d'être envoyé se racheter sur le front, où il est fait prisonnier, ce qui l'amène à devenir le garde-chasse de Goering, puis, comme il s'entend bien avec les enfants, à en recruter pour les nazis.


La force du film tient dans le fait que malgré son implication dans des événements horribles, il conserve toujours son innocence.
Spoiler(cliquez pour révéler)
C'est un bourreau, dans le sens où il se commet avec les nazis et entraîne (involontairement) les enfants qu'il recrute dans l'horreur. C'est en même temps une victime, des adultes (les juges qui l'expédient au front), mais aussi des enfants (la petite fille qui l'accuse injustement, les jeunes allemands qui finissent par le frapper parce qu'il leur recommande de se sauver). Le bourreau "ogre" arrache les enfants à leurs famille, mais paradoxalement, là où son amour des enfants les entraîne à leur perte, c'est également lui qui permet sa rédemption, lorsqu'il sauve l'enfant juif en le portant sur ses épaules. L'identification avec l'ogre est involontaire mais existante, c'est par elle qu'il pèche; l'identification avec Saint-Christophe est involontaire au départ mais consciente à la fin : c'est par elle qu'il se rédime.


Un film prenant, donc, qui nous entraîne dans les profondeurs du nazisme et dans celles des mythes. À voir, mais assez inquiétant !