Films
43 610
Membres
21 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Akira Kurosawa

Réalisateur

191 spectateurs

Activité et points forts

ajouté par lilas16 2013-12-24T12:27:58+01:00

Biographie

Akira Kurosawa est élevé dans une famille qui combine traditionalisme et idées les plus modernes. Son père, homme strict et ancien militaire, se trouve à l'origine du développement du kendo, du judo et de l'athlétisme. De plus, celui-ci croit fortement aux vertus pédagogiques du cinéma. Sa jeunesse est marquée par plusieurs épisodes dramatiques qui influenceront le futur cinéaste: le décès de sa plus jeune soeur en 1920 et le grand tremblement de terre du Kanto en 1923. Plusieurs années plus tard, son grand frère qu'il idolâtre véritablement se suicide.

Kurosawa qui a une formation de peintre compte bien réussir dans cette voie. Le hasard l'amène à se présenter à une sélection de la Toho. Il est engagé comme assistant réalisateur. Il fait ses classes auprès de notamment Kajiro Yamamoto qui va devenir son véritable mentor. En 1943, année faste pour la censure, il se lance dans la mise en scène avec La Légende du grand judo.

Très vite, il se démarque des productions habituelles pour des oeuvres empreintes d'un humanisme sincère et par un rejet du cinéma contemplatif prisé par ses compatriotes. Au contraire, il privilégie des personnages complexes embarqués dans des histoires aux ressorts dramatiques intemporels. Sa mise en scène d'une grande inventivité visuelle caractérisée par une précision d'orfèvre se met totalement aux services de l'histoire. Cinéaste à envergure internationale, le public occidental a découvert grâce à lui le cinéma japonais, et asiatique par la même occasion. Il fut ainsi le premier metteur en scène japonais à recevoir une récompense internationale majeure (le Lion d'Or au festival de Venise en 1951 pour Rashomon).

Le succès international des Sept samouraïs en 1954 vient encore renforcer le prestige du réalisateur à l'étranger. On retiendra de ces années une collaboration prolifique avec Toshirô Mifune qui joue dans seize de ses films.A partir des années 70 et de l'échec commercial cinglant de Dodeskaden qui entraîne la faillite de sa société de production, Kurosawa éprouve de plus en plus de mal à faire ses films au Japon. L'Aigle de la Taiga,oscar du meilleur film étranger en 1975, est produit par la société soviétique Mosfilm. Par la suite,il peut alors compter sur ses nombreux admirateurs étrangers : Francis Ford Coppola et George Lucas pour Kagemusha, l'ombre du guerrier en 1980, le producteur français

Serge Silberman pour Ran en 1985 et Steven Spielberg pour Rêves en 1990. Avant de s'éteindre, il tourne en 1993, Madadayo, une dernière oeuvre, véritable hymne au bonheur et hommage pudique et profondément sincère de l'élève Kurosawa à tous ses maîtres : son père, son frère, Yamamoto...

Source : Allociné

Afficher en entier

Classement dans les cinéthèques

Diamant
56 spectateurs
Or
110 spectateurs
Argent
75 spectateurs
Bronze
50 spectateurs
Vu aussi
57 spectateurs
Envies
178 spectateurs
Pas apprécié
4 spectateurs
PAV
55 spectateurs

Dernier film
de Akira Kurosawa

Sortie France : 2006-01-11

Les derniers commentaires sur ses films

Commentaire ajouté par Raphaellakay 2015-05-20T13:54:29+02:00
Rashômon

Mis à part la performance de Toshiro Mifune, ce film ne m'a pas beaucoup intéressé.

Je préfère largement le travail de Kurosawa dans Akahige (Barberousse) ou Entre le ciel et l'enfer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Raphaellakay 2015-07-31T17:46:16+02:00
Les sept samouraïs

Kurosawa ne déçoit jamais avec sa manière de filmer, surtout quand il met en scène ses deux acteurs fétiches Takashi Shimura et Toshiro Mifune.

L'histoire est prenante, les dialogues légers et certains réfléchis. Les acteurs sont bons, pas de doute.

Mais pour moi ça ne surpassera jamais Barbe Rousse ou Entre le ciel et l'enfer. Les Sept Samouraïs délivre un message intéressant certes mais pas aussi touchant que dans ses autres films.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Raphaellakay 2015-08-23T14:18:23+02:00
La légende du grand judo

Incroyable, un Kurosawa qui ne dure que 1h30 ! Ah, le film a été censuré durant la guerre, je comprends mieux. Le réalisateur a dû être sacrément énervé en voyant les nombreuses coupures que son film a subi.

J'ai eu un goût de pas assez en voyant ce film, et c'est normal. Les différents intrigues du scénario s'enchaînent maladroitement, ou plutôt à l'écran s'affiche un texte qui explique une partie de l'histoire. C'est pourquoi je ne vois pas l'intérêt de commenter ce film qui n'est pas complet. Je préfère voir le remake produit par Kurosawa et on en reparlera de Sugata Sanshiro.

Mais heureusement que Kurosawa sait tenir sa caméra, car malgré les coupures il y a de très belles scènes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Raphaellakay 2015-08-24T11:00:15+02:00
Madadayo

Ce film a été mal reçu à l'époque de sa sortie, car le public pensait que Kurosawa ne faisait que des films de samouraïs. Bonjour l'orientalisme.

Pourtant je trouve les films contemporains de Kurosawa plus intéressants que ceux traitant des guerres féodales. Il critique son époque mais pas de façon ennuyeuse. Avec la relation professeur/anciens élèves au centre du film, on a droit à plusieurs répliques drôles et cinglantes et on comprend aisément pourquoi ses anciens élèves sont aussi attachés à ce prof d'allemand farfelu.

Les images aussi contribuent à l'intérêt du film ; ce film est en couleur et Kurosawa a su en tirer parti. On retrouvera selon les ambiances des couleurs précises. Il y a aussi toujours un élément en mouvement dans chaque plan : la pluie, le vent, la fumée des cigarettes, un chat qui passe...

Le film peut paraître moins palpitant qu'un film de samouraï mais les plans sont magnifiques - notamment la scène du début où le prof est au tableau, et on filme les élèves assis de dos, mais légèrement de côté (regardez le film, je n'arrive pas à expliquer mais je trouve ce plan génial).

Les seuls éléments qui m'empêchent de mettre le film en liste de diamant sont la longueur de l'épisode du chat (loin de m'émouvoir, j'étais plutôt impatiente qu'on passe à autre chose) et les chansons (surtout celle où le prof chante à propos du Dieu des Moissons). L'épisode du chat est un peu trop long, on a bien saisi son chagrin donc ce n'est pas la peine d'en tartiner pendant des heures. Et pour les chansons, certaines sont amusantes mais celle que le prof chante est là aussi un peu trop longue. Trop de longueur tue l'émotion.

Enfin, je terminerai sur un aspect original qui m'a plu : bien que le film se situe à l'époque de la Seconde Guerre Mondiale, la guerre en elle-même y est peu présente, ou du moins n'est pas présentée de manière habituelle (pas de batailles, pas de blessés filmés).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Raphaellakay 2016-01-29T19:40:47+01:00
Dersou Ouzala

"DERSOUUUUUUUUU !"

C'est sur ce long cri déchirant que je commence ma critique.

Je suis fan du travail d'Akira Kurosawa d'habitude. Il sait très bien mettre en valeur ses personnages, les rendre attachants et surtout il maîtrise sa caméra. La nature est toujours mise en valeur en général dans ses films. Avec ce film-ci, cette part du contrat est réussie : la toundra est impitoyable avec les hommes mais qu'est-ce que ses plans sont magnifiques !

Cependant, c'est avec regret que je classe Dersou en "vu aussi" (bronze auparavant) parce qu'honnêtement, j'ai eu pas mal de fou rire devant le film. Si dans d'autres films de Kurosawa les personnages sont un poil trop parfaits (Barberousse, le médecin idéal, à l'écoute de ses patients par exemple) ou trop clichés, il y a d'autres aspects qui contrebalancent cela (le scénario, la photographie, etc.)

Alors qu'ici, bien que Dersou soit attachant au départ, par la suite il est juste drôle ! Son sort a beau être dramatique car il se retrouve loin de sa forêt chérie, mais les derniers passages du film m'ont difficilement émue. C'est sans doute aussi la faute au fait que la première partie du film est palpitante car elle se déroule dans la nature, et du coup le passage en ville est assez violent (tu vois que je comprends ta douleur Dersou)

Comme quoi même avec ses réalisateurs préférés on n'est jamais à l'abris d'une déception.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par emeraude21 2016-02-12T21:42:24+01:00
Les sept samouraïs

Ce film est très bien fait mais je n'ai pas été transporté par l'histoire c'est dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Diable 2016-05-06T14:07:23+02:00
Chien enragé

Kurosawa nous offre un film noir sur la société japonaise de l'après guerre. Murakami enquête sur le voleur Yuva en parcourant les quartiers de pauvreté et de violence : le Tokyo des bas-fond. L'ambiance angoissante et la musique nous entraine dans ce Japon. Le Mal et le Bien s'entre-mêle et ne sont pas si éloignés l'un de l'autre, le voleur et le policier. Ce Drame psychologique explore la condition humaine et sociale des individus. Le destin fait que l'on peut devenir un criminel plutôt qu'un policier, mais ce n'est pas une morale.

Ce n'est sûrement pas l'un des meilleurs films du cinéaste, mais il mérite le coup d’œil.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Noone 2017-05-10T20:19:20+02:00
Après la pluie

Film très méconnu et pourtant très bon. Ce n'est pas une fresque épique avec des grands combattants qui sauvent des royaumes, pas un guerrier de légende avec des armes aussi célèbres que lui, non, c'est l'histoire simple et belle d'un Ronin qui cherche sa place dans le monde, se dévoue pour ceux qui le méritent et trouve toujours du bien, même quand ce qu'il pensait avoir trouvé lui est refusé parce qu'il avait fait quelque chose qui n'était pas bien vu, pour aider ceux dans le besoin.

Très peu de combats mais beaucoup de belles manières de penser et de vérités sur la liberté et ce qu'elle peut coûter. A voir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kallyx 2017-09-17T23:31:05+02:00
Rashômon

Dans l'ensemble, ce film réussit parfaitement à se rendre badant.

Par contre on m'avait promis un super plot, je n'ai pas été vraiment époustouflée.

Spoiler(cliquez pour révéler) Au final, la version du bûcheron se rapproche énormément de celle du bandit. Ce n'est pas un retournement de situation si violent que ça. La différence entre les 2, c'est juste pour dire qu'au final tout le monde ment pour son propre intérêt blablabla... Pas très subtile.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lea130298 2020-05-16T13:58:12+02:00
Ran

Film trop long à mon gout, avec une histoire qui tire en longueur. Pas vraiment mémorable

Afficher en entier

Dédicaces de Akira Kurosawa
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Array