Lire la suite...
Les gens aiment aussi
Activité récente
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 5
Scénario 0
Images 0
Emotions 0
Suspense 0
Musique 0
Acteurs 0
Originalité 0

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Sans Issue

Titres alternatifs

Anglais : Black Moon Rising
Portugais : Grande Assalto
Portugais : O Erro Fatal
Italien : Il giorno della luna nera
Allemand : Black Moon
Espagnol : Luna negra
Russe : Восход Черной луны
Japonais : Black Rider
Hongrois : Fantasztikus prototípus
Grec : Ο κινούμενος κεραυνός
Roumain : Luna neagra
Finlandais : Black Moon

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

1986
Nationalité : Etats-Unis

Budget : 6 637 565$
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par diumson le 15-06-2014
Sam Quint est certes un escroc, ce qui lui vaut un long séjour derrière les barreaux, mais il a toujours manifesté un grand talent dans l'exercice de sa dangereuse profession. Mais le gouvernement américain, dans l'espoir de confondre une importante société indélicate de Las Vegas, lui fait miroiter une amnistie en échange d'un petit service. Il s'agit pour Quint de mettre la main sur une preuve irréfutable, une cassette. Après avoir dérobé le précieux objet, Quint est pris en chasse par les gardiens. Il dissimule la cassette dans le coffre d'une voiture garée devant un restaurant. C'est un modèle révolutionnaire appelé Black Moon, qu'un couple de malfrats, Ryland et Nina, s'empresse de voler...

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Wolfenshun le 2015-12-07 08:27:35 Editer
Malgré la présence des têtes d'affiches (Tommy Lee Jones, Linda Hamilton, Robert Vaughn, Richard Jaeckel) et le nom de John Carpenter au scénario; ce film est une petite déception. Les acteurs ne semblent pas motivés et semblent inexpressifs (c'est à croire qu'ils se sont tous mis d'accord pour savoir celui qui fait le plus la tronche, seul Richard Jaeckel échappe à cette tendance et reste convaincant dans son rôle).
Au niveau de la réalisation, c'est tout aussi décevant avec un manque de rythme flagrant (des longueurs évitables) et une course poursuite entre la voiture du héros et celle du prototype d'une platitude navrante. C'est simple, on ne ressent aucune sensation de vitesse; un comble pour un prototype dont la spécificité est sa vitesse.
Seule la dernière demi-heure sauve un peu l'ensemble avec l'effraction dans l'immeuble des voleurs de voitures qui m'a fait un peu penser à un épisode de Mission Impossible (et un passage avec du sang à la sauce ketchup ^^).