Films
43 610
Membres
21 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Lire la suite...
Par Ajcerise le (au sens le suivi de la date) 19 Décembre 2013 Editer
Ajcerise
Nationalité : Néo-Zélandaise
Naissance : 30 avril 1954 (Wellington - Nouvelle-Zélande)
Âge : 59 ans

Ses réalisations 16 films 1 série
Ses productions 1 film 1 série

Présidente du Jury "Courts Métrages & Cinéfondation" du Festival de Cannes 2013.

Anthropologue de formation, Jane Campion se destine d'abord à la peinture en même temps qu'elle multiplie les expériences théâtrales. Fille d'une actrice et d'un directeur de théâtre, elle choisit finalement le cinéma et la réalisation, suivant des cours à l'Australian Film Television and Radio School de Sydney. Dès son premier court métrage, Peel (1982), elle remporte le Prix de la spécialité au Festival de Cannes. Ses courts métrages suivants seront tous primés.

Son premier long, Sweetie, écrit et réalisé en 1989, vaut à Jane Campion une nouvelle citation au Festival de Cannes. C'est toutefois avec son second opus, An Angel at my table (Prix Spécial du Jury à Venise en 1990), retraçant la vie tragique de la romancière Janet Frame, que la réalisatrice acquiert une véritable notoriété. Elle poursuit la peinture d'une galerie de personnages féminins en marge avec La Leçon de piano, qui lui permet dêtre en 1992 la première réalisatrice à décrocher la Palme d'Or. Plus de trente prix internationaux - dont le César du Meilleur film étranger - complètent le palmarès de cette œuvre qui révèle la comédienne Holly Hunter.

En 1996, Jane Campion adapte Henry James et présente son Portrait de femme, drame historique sur les conventions victoriennes avec Nicole Kidman en vedette. Eloignée des plateaux durant trois ans, la cinéaste revient en 1999 à son thème de prédilection avec un road-movie philosophique centré sur l'enfance, Holy Smoke, écrit en compagnie de sa soeur Anna.

Après quatre ans d'absence, Jane Campion signe en 2003 In the cut, un thriller érotique porté par Meg Ryan et Mark Ruffalo, avant de réaliser un court métrage documentaire sur l'environnement inclus dans 8 (2006), patchwork des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) fixés lors du Sommet du Millénaire en 2000. Cinéaste rare, elle n'est de retour qu'en 2009 avec Bright Star, long métrage centré sur le poète britannique du début du 18e siècle John Keats et de nouveau présenté en compétition à Cannes.

Ajouter une citation

Ajouter une biographie

Ajouter un commentaire

Ajouter une information

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode