Lire la suite...
Les gens aiment aussi
Activité récente
  • 17-03 commenté par Mellana
  • 14-03 ajouté par Mellana (J'ai vu aussi)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Kandukondain Kandukondain

Date de sortie

Apprécié pour

Studio

2000
Nationalité : Indienne
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Mellana le 14-03
L'histoire se passe dans le sud de l'Inde. Une mère (Mahalakshmi) et ses trois filles, très riches y vivent avec le grand-père invalide, le père étant décédé. Les jeunes filles sont intelligentes, déterminées, jolies et, bien que sœurs, très différentes. Il y a Sowmya, plutôt timide, sérieuse et résignée, Meenakshi (Meenu), au romantisme exacerbé qui adore la poésie, plus précisément les poèmes du grand écrivain tamoul Bharathi, et Kamala, 13 ans, plutôt discrète et dans l’ombre de ses sœurs, mais passionnée de science.
À la mort du patriarche, la mère et ses filles perdent leur héritage et doivent quitter leur luxueuse maison où viennent s'installer leur oncle et Poonam son égoïste épouse. Elles partent pour Chennai, dans la banlieue de Madras, où elles recommencent une nouvelle vie.
Question sentiments, Sowmya a rencontré Manohar, joyeux, exubérant, éduqué en Amérique et déterminé à devenir réalisateur. Meenu, vive et extravertie rêve du grand amour. Elle tombe sous le charme, un jour de pluie, de Srikanth, un homme d’affaires qui roule en Mercédès et aime aussi la poésie, mais leur voisin et ami le Major Bala, qui vend des orchidées avec sa camionnette est amoureux d'elle.
L'histoire est une transcription du roman de Jane Austen "Raison et Sentiments".

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Mellana le 2019-03-17 15:19:47 Editer
J'ai vraiment bien aimé ce film, il n'est pas exempt de défauts mais c'est une bonne adaptation.

Au début j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver, avec tous ces noms inhabituels et les physiques de personnages secondaires que j'avais du mal à distinguer. Je connais le roman par cœur mais les modifications nécessaires à la transposition de l'histoire font que ça ne m'a pas servi à grand-chose au commencement. Après quelques confusions j'ai quand même fini par débrouiller les fils, et apprécier le film.
La transposition en Inde permet de justifier des coutumes qui n'ont plus lieu dans nos sociétés occidentales modernes et d'éviter l'écueil des adaptations modernes. L'essentiel du roman est repris : les histoires d'amour parallèles, les difficultés financières des "Dashwood", leur lutte pour s'en sortir, l'ambiance générale (pas aussi drôle et légère que P&P)... et les caractères des personnages austeniens sont très bien respectés.

Le personnage de Somwya (Elinor) m'a beaucoup touchée, toujours aussi raisonnable et prête à l'abnégation ; en revanche je n'ai pas compris pourquoi lui ajouter la croyance qu'elle porte malheur, ce n'est justifié à aucun moment dans le film et ça ne sert pas à grand-chose, mis à part faire peser un plus grand poids sur ses épaules.
La scène de rencontre avec Manohar (Edward) est touchante : alors que celui qu'elle devait épouser, un mariage arrangé qu'elle accepte par devoir, vient de mourir (là sa mère pense clairement que sa malchance a provoqué cette mort). Suite à un malentendu, lorsque Manohar se présente chez elle, elle pense que c'est son prétendant et accepte de l'épouser alors que ce dernier ne vient pas du tout à ce sujet. Elle est évidemment très gênée du quiproquo mais Manohar a clairement eu le coup de foudre pour elle au moment où il l'a vue, et il ne cesse de chercher à la rencontrer et de la courtiser par la suite. Il dit plus tard qu'il l'a aimée dès qu'il l'a vue, et c'est un aspect qui m'a moins plu dans le film, cette notion de coup de foudre. Pour le coup c'est quelque chose qui n'est pas très austenien.
Je n'ai pas compris leur scène de dénouement en revanche, je ne vais pas rentrer dans les détails mais Somwya change de comportement et de décision sans que rien ne l'explique, ça enlève un peu du sens au franchissement des obstacles dans leur histoire.

Meenu est une parfaite Marianne (Aishwarya), artiste dans l'âme qui chante, danse et vit pour la poésie. Sa conception de l'amour est très différente de celle de sa sœur : là où Somwya déclare que n'ayant pas choisi son corps ou son lieu de naissance, elle ne voit pas pourquoi elle choisirait son mari, Meenashki, elle, tient à son prince charmant fougueux adepte de poésie tamoul.
D'ailleurs la scène où elle rencontre Bala (Brandon) me paraît un très bon rappel de celle du film de 1995 (où Brandon est fasciné en voyant Marianne jouer et chanter) : ici il la voit pour la première fois alors qu'elle chante et danse et il semble clairement sous le charme. Leur première interaction n'est pas dénuée de piquant, entre Bala qui a trop bu et se montre revêche avec tout le monde, et Meenu qui n'a pas sa langue dans sa poche pour lui répondre (ça augure de l'ardeur de leur future vie de couple). J'ai beaucoup aimé le major Bala ici, qui a fait la guerre et connu la souffrance (amputé d'une jambe au niveau du genou), ainsi que la blessure de se rendre compte que ses concitoyens ne réalisent pas ce que les militaires ont vécu (le film s'ouvre d'ailleurs sur une scène de guerre où il perd sa jambe). Il est donc assez aigri et amer, cherche un réconfort dans la boisson, mais la rencontre avec Meenu va le pousser à donner le meilleur de lui, notamment en arrêtant de boire. Il a bien sûr le cœur brisé de voir la jeune fille tomber amoureuse de Srikanth, mais à aucun moment il ne se départit de sa bonté et de sa générosité envers elle, il lui souhaite sincèrement d'être heureuse, avec lui ou non. C'est leur histoire que je trouve la plus belle et émouvante, et la déclaration de Meenashki est très belle, toute en douceur et simplicité.

Pour résumer, c'est un film très sympathique que j'ai apprécié de voir. Les chansons m'ont laissée très indifférente (elles n'avaient pas trop de rapport avec l'histoire) et le tout est un peu long, mais c'est peut-être parce que je ne suis pas fan du genre à la base. J'ai beau avoir trouvé cette adaptation indienne plus fidèle à son œuvre d'origine que "Coup de foudre à Bollywood", j'ai quand même bien plus accroché à ce dernier.