Films
45 502
Membres
22 691

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Joseph Sargent

Réalisateur

185 spectateurs

Activité et points forts

ajouté par Gallearde 2013-12-18T04:18:30+01:00

Biographie

Joseph Sargent est un réalisateur, acteur et producteur américain né le 22 juillet 1925 à Jersey City, New Jersey (États-Unis).

Afficher en entier

Classement dans les cinéthèques

Diamant
5 spectateurs
Or
29 spectateurs
Argent
23 spectateurs
Bronze
44 spectateurs
Vu aussi
75 spectateurs
Envies
24 spectateurs
Pas apprécié
14 spectateurs
PAV
10 spectateurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.17/10
Nombre d'évaluations : 18

0 Citations 6 Commentaires sur ses films

Les derniers commentaires sur ses films

Les Dents de la mer, Épisode 4 : La Revanche

Je sais que je l'ai vu parce que je sais avoir fait la quadrulogie. Cela dit, c'est bien le seul dont je ne garde strictement aucun souvenir ou image. Ce doit être celui de trop...

Afficher en entier
Les Dents de la mer, Épisode 4 : La Revanche

Un épisode en trop qui va vraiment dans le grand n'importe quoi ... Bref je préfère les autres films celui-ci est mauvais

Afficher en entier
Les Dents de la mer, Épisode 4 : La Revanche

Une suite de trop, je ne vois pas l'intérêt, j'ai pas apprécié

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Abssynthe 2017-01-28T22:56:34+01:00
La Création de dieu

Si le film, en bon biopic qu'il est, possède une portée didactique et critique sur l'histoire, son point fort réside fondamentalement dans la synergie qu'il existe entre les deux personnages principaux.

Clairement, "Something The Lord Made" (oui, à voir en VO, bien que le doublage VF soit plus que satisfaisant !) est un téléfilm qui veut donner à Vivien Thomas la renommée et le prestige qui lui sont légitimement dus. Ainsi, deux thèmes principaux sont abordés de manière très efficace : celle de la première opération sur un coeur, première étape vers le traitement de la Tétralogie de Fallot ; puis, bien entendu, et surtout, peut-être, le racisme et la ségrégation aux Etats-Unis pendant la première moitié du XXe siècle.

Le premier thème est abordé de manière intéressante je trouve, telle une enquête aux enjeux cruciaux - les vies d'enfants souffrant de cyanose. Le deuxième, lui, est d'abord posé en toile de fond, dès la première scène, pour ensuite s'imposer comme LA ligne directrice du film ; la critique faite du racisme n'est pas faite de manière linéaire ou moraliste, ici, mais bien à travers le personnage de Thomas et son chemin traversé d'obstacles vers la médecine.

Selon moi, le coeur (sans jeu de mot douteux) du film repose sur les personnages, par lesquels le spectateur voit la société états-unienne de l'époque. Thomas, brillamment interprété par Mos Def, est aussi vu à travers sa vie quotidienne : famille, travail, statut des Noirs... L'hostilité vis-à-vis de sa communauté est certes montrée, mais à chaque fois sans le dire explicitement (expressions outragées de Blancs, paperasse...), ce qui renforce pour moi son côté révoltant.

Si la réalisation et la mise en scène restent très ordinaires voir expéditives pour certaines séquences (l'aspect visuel n'est clairement pas le point fort du film), cet écueil est rattrapé par cette société montrée et les personnages d'Alfred Blalock et de Vivien Thomas naviguant à l'intérieur, l'un acclamé par la communauté médicale et enchainant discours sur discours, l'autre parqué dans l'ombre de son statut imposé par une société injuste. On voit que Thomas ne supporte plus cet état de fait, mais ne résiste pas ou peu à la pression sociétale ; Blalock, lui, s'il peut apparaître comme le stéréotype du chirurgien arrogant, n'adhère pas au système raciste (sa réaction face au mot "nègre" est d'ailleurs tout à fait révélatrice), estime Thomas et ses compétences tout en ne le disant pas à haute voix. Ainsi, son personnage, joué par Alan Rickman (toujours aussi bon et talenteux, je me lasserai jamais de son jeu) montre que même être blanc à cette époque ne signifie pas être forcément à l'aise avec le système. Pour lui aussi, la vie de tous les jours est montrée, humanisant encore un peu plus un personnage que je n'ai pas trouvé aussi "orgueilleux" que l'annoncent de nombreux synopsis...

J'ignore le degré de fidélité à l'histoire de ce film, mais je m'incline face à l'évolution des deux personnages, loin d'être linéaires ou clichés, et surtout le lien qui se forge peu à peu entre le chirurgien "officiel" et celui qui, sans jamais pouvoir montrer son visage, officie. Chacun tient à l'autre, mais leur amitié n'ai jamais vraiment dite, et encore moins effusive ; c'est en ça que je trouve ce lien magnifique. Tout passe par la médecine, mais ne se résume pas qu'à elle. Mention spéciale aux scènes de découverte scientifique ou de succès d'opérations, véritable boîtes à émotions ; et la fin, bien que prévisible (puisque nous sommes face à un biopic), m'a tiré une petite larme (Bien trouvé, la superposition des tableaux fictionnels et réels, les gars!).

Le nom de Thomas a-t-il été d'abord été oublié dans le nom "anastomose de Blalock-Taussig" parce qu'il était noir, ou parce qu'il n'était pas médecin ? Probablement les deux, et c'est cette tension palpable jamais vraiment dite qui est construite avec brio dans ce film à travers les personnages et la critique d'un système injuste. Un film qui fonctionne sur l'émotion, le suspense, les joies et les désillusions ; à voir pour les curieux du genre et pour sa culture générale.

Afficher en entier
Les Dents de la mer, Épisode 4 : La Revanche

Le plus mauvais film de la franchise. Déjà que le trois est mauvais mais celui-ci à réussit à faire pire.

Un vrai nanar au scénario raté, aux effets spéciaux mauvais (on voit même les cables du requin), aux acteurs nuls (pauvre Caine ) et à la réalisation endormante.

Mauvais.

Afficher en entier

Dédicaces de Joseph Sargent
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Array