Films
43 610
Membres
21 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Fernando Meirelles

Réalisateur

244 spectateurs

Activité et points forts

ajouté par sylvains7 2014-12-13T19:29:15+01:00

Biographie

Etudiant en architecture à l'Université de Sao Paulo, Fernando Meirelles produit en parallèle ses premières vidéos expérimentales, qui conduisent à la création de la société de production indépendante Olhar Electrônico. Récompensés de nombreux prix, Fernando Meirelles et son équipe deviennent rapidement une référence, tant en cinéma qu'en télévision. C'est à la fin des années 80 qu'il troque la vidéo contre la pellicule et devient l'un des réalisateurs de publicité les plus célèbres de son pays.

En 1998, il co-réalise son premier long métrage Menino Maluquinho 2 : a aventura, une comédie familiale, puis Domesticas en 1999 sur la vie quotidienne de cinq femmes de ménage à Sao Paulo. Son troisième film, intitulé La Cité de Dieu, où il aborde de manière réaliste et esthétique la violence des favelas, remporte un très vif succès dans son pays et reçoit les Grands Prix brésiliens de Meilleur film et Meilleur réalisateur en 2002. De ce long métrage découlera la série télévisée La Cité des hommes, également produite par Fernando Meirelles.

Fort de cette réussite, ce dernier ne tarde pas à tenter sa chance aux Etats-Unis. C'est ainsi qu'il se retrouve en 2004 à diriger Ralph Fiennes et Rachel Weisz dans le thriller The Constant gardener, adapté du roman éponyme de John Le Carré. En 2008, il signe donc la production de La Cité des hommes, puis produit la même année Les Toilettes du Pape et réalise son quatrième long métrage, Blindness, un drame fantastique relatant une épidémie de cécité qui s'empare des Etats-Unis, pour lequel il dirige Julianne Moore et Mark Ruffalo.

Réalisateur brillant et atypique, Meirelles est donc aussi producteur. Entre 2003 et 2010, il produit ainsi une dizaine de films dont des documentaires, comme Ginga en 2005 et Waste Land en 2010. En 2012, il revient derrière la caméra pour le film choral 360, pour lequel il dirige notamment Anthony Hopkins, Jude Law et Rachel Weisz.

Afficher en entier

Classement dans les cinéthèques

Diamant
39 spectateurs
Or
81 spectateurs
Argent
50 spectateurs
Bronze
30 spectateurs
Vu aussi
55 spectateurs
Envies
70 spectateurs
Pas apprécié
11 spectateurs
PAV
31 spectateurs

Dernier film
de Fernando Meirelles

Sortie France : 2012-07-25

Les derniers commentaires sur ses films

Commentaire ajouté par bloodymarie 2014-06-28T11:35:51+02:00
The constant gardener

Le thème de ce film était fait pour me plaire , les images et paysages superbes , l'interprétation de R.Fiennes émouvante , mais néanmoins j'ai trouvé l'ensemble du film plein de clichés et de caricatures, et du coup je n'ai pas été convaincue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virgile 2015-01-26T23:08:15+01:00
The constant gardener

Film aux images sublimes et au scénario très intéressant. On se perd un peu dans les personnages ce qui rend le film un peu fouillis mais on est bien pris jusqu'au bout et au final j'ai passé un bon moment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par razzeur 2015-06-04T14:53:59+02:00
La Cité de Dieu

Bon film, quoique violent et réaliste, mais vraiment très émouvant, et éprouvant surtout, c'est là qu'on se dit qu'on n'a pas à se plaindre de notre situation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par minir 2015-07-09T11:27:19+02:00
The constant gardener

Un film sympa avec un histoire touchante et des images magnifiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LoliV 2015-08-05T14:03:14+02:00
The constant gardener

Voilà un film massue, on en ressort secoué et presque au bord de la nausée. Soit on part du principe que ce qui est dénoncé est vrai et c'est terrible, soit c'est faux, tout en sachant que cela pourrait très bien arriver, et c'est encore pire. N'oublions pas que l'industrie pharmaceutique est la plus rentable du monde (devant le pétrole et la vente d'armes...) et que le destin de l'Afrique l'intéresse bien moins que son porte-monnaie. Reste un film remarquable, aux plans hyper serrés, aux couleurs très saturés, qui accentuent encore l'impression de mal-être. Ralph Fiennes est excellent, sobre et très juste, quant à Rachel Weisz elle éclabousse littéralement l'écran de sa beauté et de son talent. Voilà donc un film de la même veine que "le cauchemar de Darwin" et "Lord of war" qui relatent avec crédibilité, hélas, que le sort du continent africain n'a vraiment rien d'enviable !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chaarlyne 2016-01-14T22:13:34+01:00
La Cité de Dieu

Film très dur, mais qui montre une triste réalité. Ce film est pour moi un classique

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lea130298 2016-03-20T15:37:07+01:00
The constant gardener

Un très beau film, très engagé et très touchant que je suis contente d'avoir vu

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cril87 2016-10-24T15:50:24+02:00
The constant gardener

Un film révoltant mais aussi très touchant. Les acteurs sont excellent (notamment Ralph Fiennes )

C'est un film à voir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pwachevski 2020-01-06T21:45:48+01:00
Les Deux Papes

Je vais essayer de faire court pour ce commentaire (enfin c'est toujours quand je dis ça que je fais une tartine) car je n'ai pas vu ce film dans de très bonnes conditions.

De 1 : c'était un soir où je n'avais pas la maitrise du programme télé, où j'ai subi le choix de quelqu'un d'autre, car clairement, je n'aurais JAMAIS de moi-même regardé ce film. Je suis totalement non croyante, et j'ai le plus grand désintérêt pour le fait religieux.

De 2 : j'avais la grippe.

J'ai donc très honnêtement regardé ce film que d'un œil distrait, entre mon plaid, mon Doliprane, ma tisane et ma grille de mots fléchées (oui, ma vie fait rêver, je sais).

L'univers de la papauté est, on le sait pour l'avoir déjà vu dans bien d'autres œuvres, mystérieux et filmogénique. Bien que je regrette un montage compliqué (trop de flashbacks et d'images d'archive pour moi), la mise en scène et la réalisation sont plutôt bonnes. Les deux acteurs principaux sont vraiment très bien ; bien que Jonathan Pryce livre une interprétation plus qu’honnête, ma préférence va à Anthony Hopkins, car quand on a atteint un certain degré de célébrité comme lui, l'acteur prend parfois le pas sur le personnage, il nous fait l'oublier, et là pas du tout, je n'ai pas vu Anthony Hopkins, j'ai vu le Pape Benoit XVI. Le choix du sujet est plutôt intéressant dans la mesure où il traite d'évènements qui ont moins de 10 ans et qu'on a encore assez bien en mémoire ; et qu'il arrive en plus à aborder des thèmes qui peuvent plus largement parler à tout le monde, notamment l'amitié et le respect malgré la rivalité.

Ça s'est pour le bon. Maintenant le mauvais.

Ça s'annonce comme étant un des "films à Oscar" du cru 2020 - qui au demeurant m'a l'air inintéressant au possible, mais c'est un autre débat. C'est donc, très objectivement, un film qui est bien fait, propre, et n'a pas des défauts grossiers. Seulement, elle est où la créativité qui met tout le monde d'accord, et qui mérite sincèrement des prix, dans tout ça ?! Avec une production par Netflix, on pourrait d'autant plus s'attendre à une liberté de ton qu'on n'a pas ou plus dans l'industrie classique du cinéma. L'un des premiers films Netflix c'est quand même Okja, qui est juste un OVNI. On aurait pu s'attendre à la même audace, au même avant-gardisme et à la même folie que dans la série The Young Pope de Paolo Sorrentino. Au lieu de ça, on a un biopic convenu du Pape, fait par un croyant pour des croyants. Bref, un film bien pour les américains, leur vision de la religion et leurs goûts formatés.

Vous attendez pas à de la révélation ou à du sujet qui fâche (scandales financiers et richesse indécente de l’Église ? Pédophilie ? Place des femmes ? Homosexualité et transidentité ? Dialogue avec les autres religions ?). Vous attendez pas à un traitement original. Attendez vous plutôt à un film bavard mais qui en même temps ne dit rien. Un film dont je doute sérieusement de l'objectivité lorsqu'il présente Ratzinger comme une sorte de méchant vieillard conservateur (genre Palpatine) et Bergoglio comme un type jeune, dynamique, moderne, drôle et sympa (genre Obi-Wan Kenobi). Si c'est effectivement l'image qu'on donne de façon majoritaire dans les médias de ce dernier, strictement rien dans ses déjà 7 ans de règne n'a pourtant été particulièrement moderne et a fait bouger les lignes sclérosées de l’Église catholique. Un poil d'esprit critique n'aurait vraiment pas été de refus. Le film m'a parfois semblé être une œuvre à sa seule gloire, faisant passer au second plan ce qui est pourtant le sujet annoncé de ce film, à savoir un dialogue entre deux personnes, qui ne partagent pas la même vision de l’Église, tout en l'ayant servi au plus haut niveau tous les deux.

Au final, comme prévu, mon commentaire n'est pas court du tout. Si je devais le résumé en une phrase : l'intérêt du film m'a échappé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virgile 2020-02-10T22:30:04+01:00
Les Deux Papes

Vraiment un film exceptionnel! Touchant, prenant, humain. Plein de pudeur aussi, vraiment bien filmé. Un moment vraiment beau, un film à voir. Des larmes aussi.

Afficher en entier

Dédicaces de Fernando Meirelles
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Studios

Mars Distribution : 2 films

02 Filmes : 1 film

Wild Bunch Distribution : 1 film

O2 Filmes : 1 film

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Array