Films
43 610
Membres
21 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Atom Egoyan

Réalisateur

273 spectateurs

Activité et points forts

ajouté par Ouyu 2013-12-26T23:26:33+01:00

Biographie

Né le 19 juillet 1960 au Caire, Atom Egoyan est un réalisateur, producteur et scénariste canadien d'origine arménienne.

Atom Egoyan grandit à Victoria au Canada et se passionne très tôt pour le théâtre. Il écrit des pièces principalement influencées par les œuvres de Samuel Beckett et Harold Pinter.

Il est diplômé de l'Université de Toronto.

Atom Egoyan réalise une douzaine de longs-métrages, plusieurs épisodes de séries télévisées, et plusieurs courts-métrages. Son tout premier film, Howard In Particular, qui date de 1970, est un court-métrage de 14 minutes.

En 1994, il rencontre le succès avec le film Exotica pour lequel il reçoit le Prix de la Critique Internationale. En 1997, son film De Beaux Lendemains (1997) lui vaut une nomination aux Oscars en tant que meilleur réalisateur.

En 2007, il participe au film du soixantième anniversaire du festival de Cannes Chacun Son Cinéma.

Par la suite, il réalise Adoration, avec Rachel Blanchard et Scott Speedman. Le film remporte le prix du jury œcuménique au Festival de Cannes 2008.

Le cinéaste arménien revient en 2010 avec une escapade canadienne pour un ménage à trois avec Julianne Moore dans Chloé, remake du film français Nathalie.... Il préside la même année le jury de la Cinéfondation et les courts métrages du 63e Festival de Cannes.

Atom Egoyan est connu pour aborder les thèmes de l'aliénation et de la solitude dans ses films, avec des personnages aux prises avec la technologie, la bureaucratie et autres structures de contrôle.

Afficher en entier

Classement dans les cinéthèques

Diamant
13 spectateurs
Or
47 spectateurs
Argent
66 spectateurs
Bronze
80 spectateurs
Vu aussi
92 spectateurs
Envies
82 spectateurs
Pas apprécié
13 spectateurs
PAV
23 spectateurs

Dernier film
de Atom Egoyan

Sortie France : 2016-03-23

Les derniers commentaires sur ses films

Commentaire ajouté par minir 2016-02-14T17:45:49+01:00
Captives

J'ai vraiment aimé le thriller, les acteurs sont bien, le scénario et l'intrigue sont bien ficelés. Seul bémol pour moi, le rythme parfois lent et la fin un peu "pas vraiment finie" pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Life_IsAJoke 2016-02-29T16:37:05+01:00
Remember

Ce film est vraiment poignant, j'ai beaucoup aimé cette sorte de quête qu'avait Zev. Le final est pour assez mémorable, une partie on peut s'y attendre, l'autre est un peu surprenante

Afficher en entier
Commentaire ajouté par oh-my-dreams 2016-03-31T15:07:11+02:00
Captives

A plusieurs reprises, j'ai eu du mal à comprendre entre les flash-back, ce qui se passe dans le futur et maintenant, c'était assez bizarre mais c'est ce qui fait l'originalité du film. Les acteurs sont très bons. L'histoire est très bien, il y a du suspens et on se casse la tête durant tout le film, c'est ce que j'adore !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Iliade 2016-04-08T09:32:17+02:00
Chloé

Á voir! le trio est parfait, les acteurs sont excellents, le suspens, la tension qui monte au fur et à mesure, la morale de fin, tous les ingrédients sont réunis!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Val88 2016-05-13T08:29:58+02:00
Remember

Super film. J'ai beaucoup aimé la quête de Zev. Et quel final. Gros coup de cœur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bloodymarie 2016-06-09T19:05:34+02:00
Remember

Un excellent film , magnifiquement interprété, au suspens bien mené avec une fin extraordinaire!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eparm12 2016-08-17T23:55:06+02:00
Remember

Je suis… Perplexe. Et avoue que je ne sais pas trop quoi penser de ce film sobrement intitulé Remember, renvoyant directement au devoir de mémoire et donc de commémoration que l’on se doit d’entretenir chaque année, en douloureux souvenirs des grandes Guerres Mondiales et leurs atrocités, que l’on ne peut, sous aucun prétexte, se permettre d’oublier, afin de ne pas reproduire les erreurs passées.

Je ne connaissais pas du tout la filmographie d’Atom Egoyan, hormis sa Chloé, que j’avais bien aimée, car j’ai lu beaucoup de critiques sur différents sites qui comparent la qualité de Remember à celle de ses autres œuvres, ce que je comprends parfaitement car faisant de même après que j’eus regardé plusieurs films d’un réalisateur, bien qu’ils ne soient pas du même registre. Cependant, je ne le peux pas présentement, alors je me baserai uniquement sur ce que j’ai vu dans la suite de mon commentaire, et Chloé.

Avant d’analyser la question controversée du scénario, divisant ceux qui l’ont adoré et ceux qui crient à l’obscénité et au scandale, des messages et la morale transmis et plus généralement de ce qu’il représente et symbolise, j’ai été déçue de la forme de ce film, qui m’a franchement ennuyée. Pas que son plan technique soit mauvais, parce qu’il ne faut pas exagérer non plus, sachant que ce n’est pas la vérité, mais que je qualifie de banal, fade et impersonnel, comme si le réalisateur n’avait aucun style particulier ni une patte caractéristique qu’il aurait pu apposer sur son travail. Pourtant, je me rappelle d’une jolie réalisation dans Chloé, réalisation non exceptionnelle mais sobre et intimiste, ajustée au thème et proposant une mise en scène dentelée et élégante, que l’on ne retrouve pas ici, qui demeure sobre mais peu recherchée. La bande-son est sirupeuse voire clichée, quoique loin d’être désagréable à écouter, je pense aux morceaux de piano, et les acteurs sont bons, leur prestation honnête, notamment le principal, Christopher Plummer. Le cœur du problème ne réside pas véritablement dans cette réalisation sans artifice ni fioriture, ce qui est une bonne chose car à l’inverse, aurait desservi le film, mais bien son absence de mise en scène, ce vide qui l’emplit, le film m’ayant paru très creux.

La lenteur du récit est agonisante mais justifiée, car elle se superpose au jeu et à la vitesse d’exécution de Plummer, interprétant un vieil homme dont on suit les mouvements tremblotants du début jusqu’à la fin du film, puisqu’il se centre sur son personnage, Zev, atteint de « démence sénile » bien que j’exècre purement et simplement ces termes, autrement dit d’Alzheimer, et qui traque le soldat SS ayant massacré sa famille au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz, lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Si l’on parvient à faire abstraction de cette forme loin d’être à la hauteur du propos, difficilement je l’admets, il me faut revenir sur le fait que j’ai été séduite par le synopsis du film, qui a le mérite d’être une fiction et de ne pas se révéler être un semi-documentaire sur le sujet, qui m’a semblé, n’hésitez pas à me rectifier, très original et encore jamais traité de la sorte au cinéma. Il s’agit d’une vengeance personnelle, histoires que j’adore, allez savoir pourquoi, d’une personne du troisième âge effectuant un revenge road movie, en somme, auquel le concept de l’excellent Memento de Christopher Nolan s’y greffe ; un Memento d’une personne du troisième âge entreprenant une chasse roadée movie sur fond de vendetta sanglante évoquant les tourments, blessures et traumatismes de la guerre, qui n’en sont ni plus ni moins que la cause.

J’ai donc regardé ce film en partie pour son résumé prometteur sur le papier, mais aussi dans le cadre du challenge de l’été (la nationalité du film est canadienne, pas de chance), mais encore une fois, j’ai été déçue de l’exécution de ce scénario de base, n’étant décidemment pas à la hauteur de celle de Plummer non plus.

En effet, le film aborde énormément de problématiques malheureusement incomplètes dans leur traitement, tout comme le contexte historique antérieur inexistant Spoiler(cliquez pour révéler)(pour ceux qui ignorent ce qu’est la Nuit de Cristal, vous ne le saurez certainement pas en visionnant ce film), même si étant extrêmement intéressantes et on ne peut plus actuelles : « Quel jugement porter sur ces anciens criminels, ces bourreaux de guerre, encore et toujours en liberté des années après leurs méfaits ? Devrait-on les traquer, à l’image de Zev, les juger, donc, et les condamner derrière les barreaux ou en hôpital, ou bien aller de l’avant ? » Ces problématiques, et j’insiste, sont terriblement actuelles et complexes, la question se posant concernant de nombreux SS vieillards exilés, coulant des jours heureux avec le sang d’innombrables innocents sur les mains, et complexes parce qu’à quoi cela servirait-il de mettre des personnes sur le point de nous quitter naturellement en face d’un tribunal et de leurs actes avec lesquels ils auront vécu, les ayant sur leur conscience jusqu’à leur fin ? D’après moi, le film nous démontre en réponse à ces problématiques son parti pris, certainement celui du réalisateur, qu’il faudrait les éliminer un par un, chose que je réprouve car au lieu de les laisser en suspens et de susciter notre réflexion en tant que spectateur mais aussi en tant qu’être humain à part entière, il nous impose cette solution radicale à laquelle il nous force presque à adhérer, et tout comme je l’ai déjà expliqué dans mon commentaire écrit sur le film V Pour Vendetta, je déteste lorsque l’on me persuade d’une chose sans tenter de m’en convaincre, que je sois en accord avec ou non, car c’est typiquement le genre de choses qui m’exaspère profondément et tend à m’en faire penser le contraire par simple esprit de rébellion. Ainsi, toutes ces nombreuses problématiques ne sont pas abouties, superficielles, et me laissent un goût d’inachevé en bouche car il y avait de quoi faire autour, tellement de choses à en extraire !

De plus, la trame et la narration sont proches de celles d’un thriller lambda et cliché, plates, linéaires, sans aucun relief et prévisibles, car au lieu du maintien du suspens, on nous annonce dès le départ qu’il y aura quatre homonymes de cet SS que Zev recherche, et que l’on se doute bien que le bon d’entre tous sera le dernier qu’il confrontera. Le suspense est avorté avant que la tension n'ait pu être instaurée, même si certaines scènes sont prenantes et les rencontres sympathiques, bien qu’elles ne soient pas parvenues à m’émouvoir, autre aspect plutôt grave, car je n’ai pas été un seul instant victime d’un déferlement émotionnel comme je le souhaitais, ni même ressenti quoique ce soit devant si ce n’était de l’indifférence et de la stupéfaction, dans le mauvais sens du terme.

Spoiler(cliquez pour révéler)A noter des incohérences concernant l’évasion de Zev signalée à la police, qui ne localisera sa trace qu’en fin de son périple et sans même l’empêcher de le continuer et le mener à bien jusqu’à l’atteinte de son but ultime, ce qui n’est pas logique au vu des moyens technologiques mis en œuvre à notre époque quand il s’agit de disparition. Les autorités auraient dû y parvenir, ça n’a pas été le cas, ficelle scénaristique grossière mais discutable, et qui ne m’a pas convenue.

Les personnages ne sont pas très développés hormis le principal, et tous les secondaires, même Max, sont inutiles, tels que le fils de Zev et sa femme. Les trois premiers homonymes sont caricaturaux et nous apparaissent davantage tels des symboles qu’autre chose, ce qui en soi est assez intelligent, même si un effort davantage conséquent aurait pu être effectué à ce niveau car ce film serait également un drame psychologique à mon sens, alors octroyer une psychologie approfondie aux personnages aurait été bienvenue. Or, concrètement, on n’en retient strictement rien à la fin du film, excepté rapidement une nouvelle fois le personnage de Plummer, qui est assez bien construit.

Enfin, la conclusion, qui se veut être un twist final, est peut-être l’élément-clef le plus décevant du film : elle ne donne pas tout son sens au film comme on aurait pu le croire, même si elle y parvient partiellement, référencée au titre, mais s’avère être un tour de magie du réalisateur car rien, absolument aucun indice ne nous le prouve pendant l’intégralité du visionnage, ce qui ne rendra pas les revisionnages riches en découvertes, non. Et malgré tout, cette fin est ambiguë et très dérangeante par rapport à la morale qu’elle délivre, mettant les victimes et les bourreaux sur un pied d’égalité, Spoiler(cliquez pour révéler)étant donné que l’on se prend d’empathie pour un ancien soldat nazi durant tout le film ! D’un côté, je l’associerai volontiers à un tour de force, et de l’autre à une immondice.

Vous l’aurez compris, j’ai été très déçue de ce film qui sur le papier est incontestablement excellent, mais qui dans les faits se révèle fade, oui, et la fin interrogatrice, pour ne pas dire révoltante. Ou alors, peut-être est-ce moi qui n’ai rien compris au film, mon interprétation ayant été faussée d’emblée par des éléments, aspects et perspectives objectivement moyens.

Un sujet extraordinaire dont en résulte un ensemble froid et quelconque, je refuse.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sylvains7 2017-03-03T22:59:28+01:00
Captives

Egoyan est toujours aussi doué pour créer un film d'atmosphère. Son scénario, certes classique, apporte un climat lourd chargé d'émotion et une tension palpable. Mais alors, pourquoi avoir perdu le spectateur avec ses allers-retour présent-passé ? Plusieurs dates défilent et nous voilà souvent largués...S'il faut ,pour comprendre pleinement un film, se munir d'un carnet, d'un stylo et prendre des notes, la détente ne sera plus au rendez-vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlienJuj 2017-03-18T17:06:17+01:00
Captives

Je ne m'attendais pas à voir Ryan Reynolds !! J'ai été super contente lorsque je l'ai reconnu à l'écran !

Il m'a énormément touchée, plus que la mère.. Le sujet du film est dur mais il est assez bien exploité je trouve. Le côté thriller est bon, on nous balade tout du long ! Le kidnappeur est terrifiant vraiment ! Un vrai maniaque ! Il m'a mis les nerfs en pelote !

Du côté des policiers, l'inspectrice est vraiment chouette , et forcément très exposée ( elle est médiatisée, elle sert d'appât), l'inspecteur quant à lui m'a révolté ! Quel con ! Spoiler(cliquez pour révéler) Il n'a pas volé le pruneau qu'il se prend !

La fin, quelle fin ! A moitié heureuse, sincèrement je ne suis pas convaincue que l'inspectrice s'en sorte même si je l'espère. Les parents retrouvent leur fille 8 ans après, c'est dur, très dur. Je le redis mais j'ai adoré le personnage interprété par Ryan Reynolds ainsi que le pédophile qui joue parfaitement bien le malade mental :o

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecteurassidu 2017-07-21T18:26:04+02:00
Captives

Un bon thriller traitant d'un sujet fort, les kidnappings d'enfants et des réseaux pédophiles.

Ici pas d'images chocs mais de la nuance, de la retenue. Ryan Reynolds est tout simplement remarquable.

A voir.

Afficher en entier

Dédicaces de Atom Egoyan
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Studios

ARP Sélection : 4 films

Bac Films : 1 film

Worldview Entertainment : 1 film

Ego Film Arts : 1 film

The Film Farm : 1 film

Serendipity Point Films : 1 film

StudioCanal : 1 film

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Array