Films
43 610
Membres
21 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Jim Jarmusch

Réalisateur

502 spectateurs

Activité et points forts

ajouté par Mayoune 2015-07-09T21:02:14+02:00

Biographie

Avec une mère critique de cinéma dans un journal local de l'Ohio, Jim Jarmusch s'affirme très tôt comme cinéphile. Déménageant pour New York à 17 ans, il étudie la littérature à l'université de Columbia avant de partir un an à Paris, où il fréquente assidûment la Cinémathèque. De retour à New York, il s'essaie à la musique et à la poésie avant de s'inscrire dans la section cinéma de la New York University.

Jarmusch finance son film de fin d'études, Permanent Vacation, avec l'argent d'une bourse destinée à payer ses frais de scolarité, ce qui lui coûte son diplôme, mais lui vaut d'être remarqué avant de s'atteler à son premier long métrage, Stranger than Paradise (1983), co-financé par Wim Wenders dont il fut l'assistant sur Nick's Movie. Présenté à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs, ce road-movie contemplatif, tourné en noir et blanc, décroche la Caméra d'Or. Promu nouvelle coqueluche du cinéma indépendant américain, il revient sur la Croisette, mais cette fois en compétition, avec Down by Law, ou l'épopée drôle et absurde d'un trio de taulards, formé par deux Américains (Tom Waits et John Lurie) et un Italien (Roberto Benigni).

Ce goût pour la confrontation des cultures se retrouve dans Mystery train (1989), film-puzzle qui croise les destins de marginaux à Memphis, la ville d'Elvis. Lui-même fan de rock, le cinéaste signe un documentaire sur une tournée de Neil Young et propose volontiers des rôles à des musiciens comme Iggy Pop ou Tom Waits. Adepte du format court, il réalise en 1991 le film à sketches Night on Earth, qui relate cinq rencontres entre un chauffeur de taxi et un(e) passager(e), dans cinq villes du monde. De même, il tourne une série de courts métrages intitulés Coffee and cigarettes (qui seront regroupés en 2004) dans lesquels on retrouve son univers décalé et ses comédiens fétiches -l'un de ces films fut couronné d'une Palme d'or en 1993.

En 1995, Jim Jarmusch revisite le western avec Dead Man, oeuvre onirique présentée à Cannes, portée par un Johnny Depp à la présence magnétique. Le cinéaste s'amuse ensuite à détourner d'autres codes, ceux du film de samouraï, dans Ghost Dog : la voie du samourai (1999), portrait d'un tueur à gages zen incarné par Forest Whitaker. Quinquagénaire à l'allure d'éternel adolescent, Jim Jarmusch signe en 2005 un road-movie mélancolique Broken flowers, avec Bill Murray dans le rôle d'un Don Juan vieillissant qui part à la recherche de son fils. Plus accessible que ses précédents films, cette comédie récolte le Grand Prix à Cannes. Quatre ans plus tard, Jarmusch propose une variation énigmatique autour du film noir, The Limits of Control, dont le casting chic mêle encore amis et icônes : Tilda Swinton, Bill Murray ou John Hurt se succèdent face au loner Isaach de Bankolé.

Du film au noir au film de vampire, il n'y a qu'un pas. Cinq ans après The Limits of Control, Jim Jarmusch réalise, avec de grosses difficultés financières, Only Lovers Left Alive. Il met en scène un couple de vampires, Adam et Eve, à la recherche de sang humain dans les ruelles de Tanger et de Détroit. Sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes 2013, cette histoire d'amour non conventionnelle signe le retour de la collaboration entre le réalisateur et sa muse, Tilda Swinton.

(Allociné)

Afficher en entier

Classement dans les cinéthèques

Diamant
99 spectateurs
Or
150 spectateurs
Argent
130 spectateurs
Bronze
112 spectateurs
Vu aussi
156 spectateurs
Envies
232 spectateurs
Pas apprécié
42 spectateurs
PAV
101 spectateurs

Dernier film
de Jim Jarmusch

Sortie France : 2017-02-01

Les derniers commentaires sur ses films

Commentaire ajouté par lalaye69 2018-05-06T13:56:29+02:00
Only Lovers Left Alive

Un très bon cadrage et de belles images ! Cependant, l'histoire est très étrange et longue à démarrer

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vampilou 2019-05-30T14:14:28+02:00
The Dead Don't Die

Un film décalé mais porteur de messages !

Il faut le savoir, je suis une grande fan de zombies, j’ai vu à peu près tous les films, du plus classique, au plus original, voire parodique, j’ai également lu pas mal de romans, bref, c’est une vraie passion. Que ce soit plus ou moins gore, je suis irrémédiablement amoureuse de ces créatures fantastiques, bien souvent un peu répugnantes, mais je ne résiste à aucune d’elle et ça faisait bien trop longtemps que je n’en avais pas vu. Bon, celui-ci n’est pas forcément un classique du genre, il est justement plus tourné vers la comédie, ce n’est pas une caricature non plus, mais disons qu’ils sont plutôt un prétexte à une situation. Cependant, tous les codes sont respectés, ce sont des morts vivants assoiffés de chair humaine, leur façon de se nourrir reste toujours aussi gore et ils doivent toujours mourir de la même façon. Mais ici, ils ne sont pas là pour rien, ils ont une vraie utilité, ils viennent mettre en lumière les problèmes de notre société, nous offrant une satire incroyablement grinçante et ô combien percutante. On met le doigt sur notre surconsommation, sur ce qui fait finalement de nous les vrais zombies, ceux qui ne font déjà plus attention à ce qui les entoure. On nous fait vite comprendre que nos comportements égoïstes nous envoient droit dans le mur, la technologie toujours plus présente, la santé de notre planète, c’est nous qui sommes responsables et il va falloir se réveiller. Alors oui, ce ne sera pas un contexte de pur divertissement, il y a un sens plus profond, plus intellectuel et ça ne plaira effectivement pas à tout le monde. On reconnaît aisément le style de Jim Jarmusch, sa façon bien à lui de faire passer des messages, sa vision très pessimiste du monde, de sa déchéance, c’est terriblement efficace et c’est même carrément addictif. Visuellement, la qualité est au rendez-vous, les effets spéciaux sont excellents, notamment les maquillages des différents zombies, qui sont affreusement réussis. On ne va pas se mentir, certaines scènes sont bien gores, ce qui est toujours le cas lorsque ce genre est mis à l’honneur, mais si vous aimez comme moi, ça ne devrait pas vous poser de problème. En ce qui concerne le scénario, il est là aussi très particulier, bien construit, son rythme est extrêmement lent, nonchalance et stoïcisme seront au programme, mais c’est totalement voulu et c’est justement ce qui fait toute son originalité. C’est absolument à contre-courant de ce qui se fait habituellement, mais ça vient d’autant plus amplifier l’inéluctabilité de cette situation, parce que quoi que l’on fasse, tout ça va mal finir. Mais sachez tout de même que l’humour sera omniprésent, encore une fois, ce sera extrêmement subtil, beaucoup de références cinématographiques et de second degré très loufoque, mais ô combien irrésistible. Quant au casting, il est excellent, Bill Murray est tout simplement génial, Adam Driver m’a fait mourir de rires et j’ai eu un véritable coup de cœur pour le rôle de Tilda Swinton.

En bref : Un film de zombies totalement décalé en apparence, mais qui cache entre ses lignes une satire sociale terriblement efficace, à l’humour extrêmement caustique et d’une efficacité redoutable !

Avis complet sur le blog : https://vampiloufaitsoncinma.com/2019/05/30/the-dead-dont-die/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PowLeen 2019-06-05T21:43:21+02:00
The Dead Don't Die

J'ai aimé l'originalité, les acteurs et l'ambiance globale. Pour le reste, je n'ai pas trop compris"l'intérêt" du film malgré tout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SimplePau 2019-09-10T11:33:18+02:00
The Dead Don't Die

De quoi passer un bon moment, avec de l'humour, mais ça s'arrête là. Je n'ai pas non plus compris l'intérêt, le message du film.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecteurassidu 2019-09-14T23:10:47+02:00
The Dead Don't Die

Avec le casting de rêve qui était avancer, je m'attendais au "style" Shaun of de dead ou Zombiland mais là vraiment déçu. je l'ai effacé de ma cinémathèque ainsi que de mon souvenir.

J'hésite à conseiller de le voir ne serait-ce qu'une fois...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Doigts_de_poussiere 2020-01-06T14:36:07+01:00
Paterson

Un film doux et touchant, long mais pas ennuyeux pour autant. On s'attache assez bien aux différents personnages et à leur routine. J'ai passé un bon moment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Doigts_de_poussiere 2020-01-17T18:31:04+01:00
The Dead Don't Die

Je ne suis pas vraiment fan des films de zombie et si j'ai regardé celui-ci c'est pour le casting, notamment Adam Driver. C'est un film sympa dans l'ensemble qui se laisse regarder même si il est assez lent. J'ai bien aimé le personnage de Zelda, un peu à part de tout le monde. Mais aussi la nonchalance des personnages et qu'ils sont convaincus que quoi qu'ils fassent tout finira mal. J'ai bien aimé le "délire" du script, ça rend la narration plus intéressante. Bref pas mal, c'est du Jarmusch quoi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mensonges 2020-04-24T14:30:40+02:00
Only Lovers Left Alive

Je ne sais pas trop quoi penser de ce film à vrai dire, c’est peut-être parce qu’il est assez particulier, ou peut-être aussi parce que je l’ai regardé en streaming (légal) avec une qualité bof bof vu ma connexion internet. J’ai bien aimé le fait qu’on découvre l’identité des personnages au fur et à mesure, ce qu’ils ont fait par le passé. Le film est assez lent, et il ne s’y passe pas grand-chose au final. Néanmoins, le film est très beau, avec sa musique et ses décors, l’ambiance de nuit qui rajoute un petit charme, sa représentation des villes de Detroit et Tanger. Après, je n’aime pas trop dans un film ou dans n’importe quel œuvre quand on fait beaucoup référence à d’autres œuvres, ici des livres et des musiques, ça me donne trop l’impression que le réalisateur a voulu nous montrer qu’il avait du bon goût. Ça a été très intéressant de découvrir peu à peu les facettes de chaque personnage, néanmoins je m’attendais à plus. J’ai bien aimé aussi la critique des humains en filigrane, ce genre de misanthropie, mais pareil, je m’attendais à un peu plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jess3swan 2020-04-26T04:47:00+02:00
Paterson

Ce film est une petite merveille (pour ma part). C'est un film très simplisme, calme et captivant. C'est redondant, mais jamais ennuyant. Puisque l'on assiste Paterson à tous les jours de la semaine dans sa routine quotidienne, cela peut être perçu comme sans intérêt, mais en fait, c'est tout à fait le contraire ! On veut en savoir plus. On devient vite curieux et il est facile de s'identifier au personnage.

J'ai adoré comment les détails étaient mis en évidence. Les souliers, les discussions des gens, les bâtiments dans la rue, la fenêtre ouverte, tous les petits détails insignifiants qui le sont devenu important. Dans la vie de tous les jours, je prend l'autobus, et je peux témoigner prêter attention à tous les détails comme le film aimait le mettre en évidence.

En fait, les détails sont le contraires d'insignifiants. Il faut probablement posséder une ouverture d'esprit et être doté d'une patience innée pour les apprécier. Et je suis si fière de pouvoir les remarquer, ils font de mon quotidien à moi aussi ce pourquoi je vis. Je n'ai pas d'amoureux, pas de famille, et très peu d'amis. Les détails sont comme un berceau.

Puisque le film nous donne une vision accrue des détails, j'ai remarqué que la boite aux lettres était bien en place le Samedi tandis qu'elle ne l'était pas le Vendredi et que pour une fois, Paterson avait décidé de ne pas l'arranger. ''Je suppose qu'il s'agit d'une erreur''.

J'ai aimé remarquer l'écureuil qui agite le buisson près de l'arbre qu'il grimpe par la suite lorsque Paterson revient de travail. Il l'a remarqué, lui aussi.

Certains trucs ont dû m'échapper, bien entendu. J'étais d'ailleurs fatiguée lorsque je l'ai commencé. Mais, il m'a tenu en haleine ! Je ne me suis pas endormie, j'étais bien trop intéressée.

Il y a tant de métaphores et de sous-entendus. La plupart, je ne les ai pas comprises. ''Aimerais-tu mieux être un poisson?'' C'est-à-dire, aimerais-tu mieux ne pas avoir de conscience pour... profiter des détails? Je ne suis pas certaine.

Le japonais sur le banc qui lui offre un calepin, c'était merveilleux. Leur discussion, tout. Le film est si crédible.

Marvin qui Spoiler(cliquez pour révéler)déchire le calepin de Paterson m'a retournée, j'étais scandalisée, attristée, impressionnée.

Le film ne possède pas d'élément déclencheur en soit. Et j'aime bien comment l'ambiance nous le faite vite savoir. Comme quoi nous n'avons pas besoin d'attendre qu'il se produise. Et c'est bon comme cela, il n'y a pas besoin d'y avoir d'élément déclencheur car il est déjà bon en soit, ce film. C'est majestueux.

J'ai cru comprendre que Laura ne travaille pas, à l'exception de faire des Cupcakes, jouer de la guitare et faire de l'art. J'aurais voulu en connaître plus sur elle.

Paterson qui Spoiler(cliquez pour révéler)désarme ''Roméo'' était impressionnant, l'on voyait bien qu'il savait ce qu'il faisait ce ''Adam Driver, ancien marine'', mais est-ce que Paterson le chauffeur de bus aurait pu posséder autant d'agilité, de précision et de rapidité pour se ruer sans scrupules sur un homme armé? Ce fût amusant de constater qu'il s'agissait d'un pistolet à mousse parce que OUI, cela ressemblait véritablement à un vrai pistolet, ma parole.

J'ai ri lorsque ''Roméo'' déclare être un acteur à la suite de son ''speech émotionnelle''. J'ai encore plus ri lorsque Paterson m'a imité. Je savais que ce ne pouvais pas être que moi, je ne pouvais pas être dérangé ou cynique de rire lors de cette scène.

Le patron qui raconte comment ça ne va pas est authentique. J'aurais aimé de la part de Paterson qu'il soit plus empathique. Les problèmes de son collègue semblait l'indifférenciée. Mais bon, à la toute fin, le patron lui répond que ça ne vaut pas la peine qu'il en parle.

Sérieusement, c'est le type de film que je pourrais regarder infiniment. C'aurait pu durer toute une vie. Le film en soit dure environ 2h, pourtant, j'ai l'impression d'y avoir passé 4h et cela sans m'en plaindre. Il y a un passage qui parle du temps dans les poèmes et c'était plutôt coïncidant d'admettre par la suite que j'ai eu l'impression d'avoir passé 4h à le regarder et qu'il s'agissait en fait que de 2h. C'est un signe (sous-entendu) que j'ai semblé saisir.

Lorsque le bus est Spoiler(cliquez pour révéler)tombé en panne, j'ai eu peur que Paterson eut écrasé quelqu'un. Les soubresauts ressemblaient à un accident et cela m'aurait démolie voire déchirée s'il avait frappé quelqu'un et que son quotidien aurait été perturbé.

Il n'a pas aimé la tourte aux choux de Bruxelles et cheddar. Il fallait que je le mentionne. Il fallait que quelqu'un le dise, que quelqu'un soit honnête parce qu'il ne l'a pas été.

J'ai aimé comment il s’est inquiété lorsque Laura lui a dit qu'elle avait préparé du Quinoua et qu'il s'agissait de quelque chose de nouveau et de santé. Il n'a pas été entièrement ouvert à l'idée et cela démontre bien comment il est encastré dans sa routine qu'il ne souhaite pas brisé. Il dit d'ailleurs que tous les soirs, il va au bar et il prend un bière. Il regarde sa bière, et il est heureux. C'est sa routine. Le fait de la changer l'irrite et cela à été démontré avec les nouveaux plats de Laura. Également lorsqu'il remarque la farine sur les comptoirs et qu'il demande pourquoi il y en a autant avant que Laura lui explique que c'est pour ses cupcakes.

Amusant et presque satisfaisant d'apprendre que c'est Marvin qui Spoiler(cliquez pour révéler)bouge la boite aux lettres. Je ne sais pas quoi comprendre de la relation avec ce chien. Je sais qu'ils ne s'aiment pas. Le chien lui fait des coups bas... Jusqu'à Spoiler(cliquez pour révéler)détruire ses poèmes... Pourtant, on ne sait pas pourquoi le chien agis de la sorte. Je ne sais pas si c'est de la jalousie à cause de Laura, ou de la rancune. Mais pour qu'un chien veule te nuir sans utiliser ses crocs ou ses griffes, mais en utilisant sa conscience/son intelligence et son hypocrisie... Il faut que ce soit quelque chose.

La montre magique silencieuse. Que c'est poétique, seulement cela en soit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cellophane 2020-05-26T11:19:59+02:00
Paterson

Il y a une poésie du quotidien qui se dégage de ce film, comme des poèmes (bon, les poèmes, j’ai pas apprécié plus que ça, mais le film, si).

Une torpeur, dans cette tranquillité, ce calme doux de la femme, ce ronronnement répétitif des jours identiques qui se suivent, des bribes de conversation prises ici et là…

Et malgré ce semblant de répétition sans but, se dégage des petites histoires, ces petites victoires de la femme avec ses cupcakes ou la guitare, cette destinée poétique de l’homme que tout ramène au carnet secret…

C’est joli pour peu qu’on arrive à se couler dans ce rythme lent et particulier.

Afficher en entier

Dédicaces de Jim Jarmusch
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode
Array