Lire la suite...
Activité récente
  • 04-06 ajouté par Gopnik (Liste d'argent)
  • 17-05 ajouté par Aywen (Liste d'Or)
  • 16-04 ajouté par ilyass (Liste d'argent)
  • 10-04 ajouté par MoonLightShadows (Liste d'Or)
  • 24-03 ajouté par Arjole2001 (J'ai vu aussi)
  • 20-03 ajouté par Aeria (J'ai vu aussi)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8
Scénario 7.7
Images 8.2
Emotions 8.4
Suspense 7.3
Musique 7.9
Acteurs 8.4
Originalité 7.5

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Liste Spectateurs Age moyen
Liste de diamant 19 20 ans
Liste d'Or 44 20 ans
Liste d'argent 51 19 ans
Liste de bronze 26 19 ans
J'ai vu aussi 49 20 ans
Mes envies 15 20 ans
Je n'ai pas apprécié 2
Ma PAV(pile à voir) 11 20 ans
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Carnets de voyage

Titres alternatifs

Espagnol : Diarios de motocicleta

Date de sortie

France : 8 Septembre 2004

Apprécié pour

Studio

2004
Nationalité : Argentin,Brésilien
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Margaux13500 le 19-12-2013
En 1952, deux jeunes Argentins, Alberto Granado et Ernesto Guevara, partent à la découverte de l'Amérique latine. Ils débutent leur périple sur une vieille moto baptisée "La Vigoureuse". La confrontation avec la réalité sociale et politique des différents pays visités altère la perception que les deux amis ont du continent. Cette expérience éveillera de nouvelles vocations associées à un désir de justice sociale.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par OnlyLola le 2015-10-07 22:35:53 Editer
«Ceci n’est pas un récit d’exploits impressionnants. C’est un fragment de vie de deux êtres qui ont parcouru un bout de vie ensemble [...] Cette errance au travers de l’Amérique m’a transformé plus que je le croyais. Moi, je ne suis plus moi, du moins je ne suis plus le même qu’avant.» Tout est dit dans cette simple citation.

Carnets de voyage, sans grande surprise, m'a plu parce que j'aime le voyage, l'impro de la destination, l'aventure, la liberté que procure un périple tel que celui là. Ici, c'est sur la route des Andes (que je rêve de faire) que ces deux amis vont s'ouvrir à une nouvelle perception du continent. Ils partent de Buenos Aires, et de là, ils parcourent la Patagonie, le Chili et son désert d'Atacama, le Pérou, un bout de l'Amazonie et enfin le Venezuela.

J'imagine qu'aimer le voyage ou se sentir fasciner par Che Guevara ou être sensible aux idées humanistes aide certainement plus à ressentir le film. Parce qu'il faut l'avouer, cinématographiquement, ça reste une réalisation plutôt simple : il n'y ni grand scénario, ni gros bouleversement, ni un rythme effréné, ni une esthétique poussée, mis à part les paysages. Ils font de brèves rencontres puis ils poursuivent leur chemin, non sans obstacles.

Pourtant c'est un film plein d'humanité, simple, lumineux, vibrant. L’intérêt, c'est que tout ça, CE voyage, va les bouleverser, va les faire prendre conscience du monde qui les entoure. Parce qu'ils voient la misère. Qu'ils touchent de leur main par leurs propres expériences. Parce qu'ils aperçoivent les frontières arbitraires qui ont découpé des peuples à leur dépens. Qu'ils voient ces mêmes peuples souffrirent de la pauvreté. Leur culture ravagé par la colonisation. Des Incas éteints.

Personnellement, je ne connaissais Che Guevara que dans les grandes lignes, je voulais donc entreprendre des visionnages cinématographiques pour le découvrir. Il m'a semblé logique de commencer par Carnets de voyage et je dois dire que ce que j'ai aimé, c'est de voir l'avant, voir Ernesto, et non le Che. Voir qu'avant d'être un révolutionnaire mondialement connu, c'était juste un jeune homme, étudiant en médecine, qui n'avait rien d'un héros. Il était banal, il voulait juste voyager pour voyager, et que c'est au travers de ses propres observations de la pauvreté et de l'impuissance, tout en étant influencé par ses lectures marxistes, qu'il a fini par vouloir changer les choses et agir véritablement de son propre chef.

J'ai été transporté et envoûté par ce voyage initiatique, par ce récit universel, et m'a largement donné envie d'en découvrir plus sur le Che. Mais surtout, voyager bordel !

NB : La VF est horrible.
Par Machy_Shadows le 2015-06-24 14:04:31 Editer
Ce film est vraiment super!
Par poueto le 2014-10-28 21:25:11 Editer
J'ai vu ce film en classe d'espagnol il m'a vraiment plut j'aime les films biographiques!!!
Par TheEvilGBMelia le 2014-07-10 14:41:09 Editer
TheEvilGBMelia Or
J'aime beaucoup ce film. Un bon road-movie qui m'a vraiment touché. On voit sous un autre jour Che Guevara. De plus, la musique est superbe.
Par cam36 le 2014-07-08 03:44:01 Editer
j'ai vu el diario de motocicleta en espagnol et c'était trop bon! à voir absolument pour mieux comprendre l'amérique latine et la vie!
Par thelou1802 le 2014-06-16 22:27:54 Editer
Un film humainement magique qui te permet une remise en question sur nous meme.[spoiler][/spoiler]
Par lea130298 le 2014-04-05 14:51:36 Editer
un beau film, avec de beaux paysages mais un petit peu long
Par marion94sbh le 2014-03-24 20:01:35 Editer
Superbe ! J'ai adoré ce film et la bande son est juste génial. Un film très humain, qui nous permet de découvrir un autre Che Guevara
Par Camille83500 le 2014-02-25 13:56:48 Editer
Un très bon film espagnol qui retrace la prise de conscience de Che Guevara, en voyage avec son ami. Un film simple et incroyablement humain.
Par Biquet le 2014-01-01 16:22:42 Editer
Biquet Or
Un road movie peut-être mais surtout le voyage initiatique et de conscientisation du Che. Le tout fut filmé avec empathie et humour. Il faut être complètement barjot pour franchir les Andes sur une vieille motocyclette. Le film rend bien cette foucade de deux jeunes hommes pas encore trentenaires. Il met également en évidence la différence de mentalité dans les états sud-américains traversés.

J'ai vu Cuba et le culte du Che qui y est pratiqué, j'ai vu le Machu Picchu qui est maintenant envahi par les touristes, j'ai vu à Sucre/Bolivie la chambre où il dormit avant de se lancer dans sa dernière folle aventure dans les basses terres et vers son destin funeste du 9 octobre 1967 à La Higuera, Bolivie. Il me reste pas mal de trous à combler pour fouler les lieux de l'histoire du Che: Rosario, Buenos Aires, Atacama, Columbia, Venezuela. Ce film m'en a donné l'envie.
Cette oeuvre a également révélé un futur grand, le mexicain Gael García Bernal