Lire la suite...
Activité récente
  • 16-02 ajouté par casey74 (J'ai vu aussi)
  • 13-01 ajouté par macaron (J'ai vu aussi)
Films ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7
Scénario 7
Images 7.5
Emotions 7
Suspense 7.5
Musique 6.5
Acteurs 7.5
Originalité 6.5

Dans les listes de visionnage des Cinenautes
Vos favoris l'ont en cinéthèque

Un frisson dans la nuit

Date de sortie

France : 2 Janvier 1972

Apprécié pour

Studio

1971
Nationalité : Américain

Budget : 950 000 $
Voir plus
Présent dans votre cinéthèque :

Synopsis

Ajouté par Kelly-Kate-K le 31-12-2013
Dave Garland est disc-jockey à la station de radio KRML de Monterey. Régulièrement, une auditrice lui demande de passer "Misty" d'Errol Garner. Un soir, il la rencontre dans le bar de son ami Murphy. Elle s'appelle Evelyn Draper. Ils passent la nuit ensemble. Le lendemain, elle le rejoint chez lui. Dave la trouve un peu inquiétante et envahissante. Il renoue avec son amie Tobie Williams, qui est de retour. Cette dernière lui demande quelques jours pour faire le point.
Evelyn retrouve Dave et ils passent une nouvelle nuit ensemble. Dave se sent oppressé par Evelyn. Elle lui prépare un dîner auquel il se rend, décidé à rompre. Elle l'importune. Il rompt et part. Evelyn continue à le poursuivre au téléphone et le surveille sans qu'il s'en rende compte alors qu'il est avec Tobie. Elle se précipite en pleine nuit chez lui et s'ouvre les veines...

Source : Allocine

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par Octave2Methylene le 2015-07-23 21:46:26 Editer
C'est Lew Wasserman, alors qu'il venait de racheter Universal, qui donna carte blanche à Eastwood, lequel signait là sa première mise en scène. Obligé de renoncer à son cachet de réalisateur pour obtenir le projet et décidé à faire ses preuves, il appliqua les leçons apprises de ses mentors de façon inspiré en se mettant en scène comme animateur de radio, séducteur puis victime, dans ce thriller réaliste. On pense souvent au film "Les proies" (c'est d'ailleurs Don Siegel qui l’encourage à passer à l’acte, le parraine pour obtenir sa carte professionnelle, et tient le rôle du barman), et à Sergio Leone pour l'importance accordée aux paysages. L'histoire est captivante et la construction, avec ses rebondissements surprenants, et surtout cette parenthèse pop ("The First Time ever I saw your face" de Roberta Flack) coupant le film avec une respiration romantique audacieuse en phase avec le titre éponyme d'eroll Garner qui permet de relancer le suspens après une acmé spectaculaire, compense largement quelques fautes de rythme et quelques gros plans un peu trop appuyés. Ce n'etait pas encore du grand Eastwood, mais c'etait prometteur.
Par Fabior le 2014-07-31 23:15:54 Editer
Fabior Or
Ne même pas savoir qu'il en était le réalisateur, est pour moi aujourd’hui, une évidence honteuse. Mon cinéma, n'était pas encore ce cinéma que j'aime. Revu le 03.10.2009. Une chose est évidente, évitez la V.F, elle n'est plus appropriée. Une confirmation de la capacité de Clint à réaliser. Un classique de son cinéma.