Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Cinéphile,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Nos publicités sont spécifiquement choisies pour être en harmonie avec notre contenu, centré sur le cinéma. Elles sont non intrusives et peuvent vous connecter avec des opportunités pertinentes et passionnantes dans le monde du cinéma. En bloquant ces publicités, vous limitez non seulement une source de revenus essentielle pour nous, mais vous risquez également de manquer de précieuses informations de l'industrie cinématographique.

Pour que vous puissiez continuer à profiter de nos articles, revues et nouveautés du monde du cinéma, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités spécifiquement pour notre site.

Une fois que vous avez désactivé votre bloqueur de publicités, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page et poursuivre votre exploration de l'univers cinématographique.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe CineNode

Films
60 442
Membres
43 879

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de Cinenode

Indiana Jones et le Cadran de la destinée



Description ajoutée par Wyndon 2023-07-01T10:19:18+02:00

Synopsis

1969. Après avoir passé plus de dix ans à enseigner au Hunter College de New York, l'estimé docteur Jones, professeur d'archéologie, est sur le point de prendre sa retraite et de couler des jours paisibles.

Tout bascule après la visite surprise de sa filleule Helena Shaw, qui est à la recherche d'un artefact rare que son père a confié à Indy des années auparavant : le fameux cadran d'Archimède, une relique qui aurait le pouvoir de localiser les fissures temporelles. En arnaqueuse accomplie, Helena vole l’objet et quitte précipitamment le pays afin de le vendre au plus offrant. Indy n'a d'autre choix que de se lancer à sa poursuite. Il ressort son fedora et son blouson de cuir pour une dernière virée...

Afficher en entier

Classement en cinéthèque - 271 spectateurs

réplique

Yesterday belongs to us doctor Jones.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

S’attaquer à poursuivre une saga aussi culte que celle d’Indiana Jones, c’est marcher sur un fil tendu entre héritage à respecter et renouveau à inventer.

C’est donc sans surprise qu’Indiana Jones et le Cadran de la Destinée joue de la nostalgie, et prouve que le récit peine à se réinventer au-delà de ses propres poncifs. Les méchants sont des nazis comme dans le premier et le troisième volet, et tout l’enjeu sera de courir plus vite qu’eux pour atteindre un énième artefact historique, jusqu’à une confrontation finale qui pose un pied dans le fantastique. On connaît la musique.

D’ailleurs, le film met en scène sa propre nostalgie et appuie sur le rajeunissement d’Harrison Ford pour la séquence d’ouverture : le plan de découverte du personnage, toujours important dans les films de la saga.

À cela s’ajoutent un discours général sur le passé, l’héritage historique ou familial, et un petit paquet de références émouvantes aux anciens films. Pourtant, ce cinquième opus n’est pas du tout qu’un come-back car malgré ses défauts, Indiana Jones et le Cadran de la Destinée est une continuation cohérente et efficace aux aventures de notre professeur d’archéologie préféré.

Certaines séquences ont un potentiel trop peu exploité et s’avèrent décevantes, comme la scène de plongée qui effleure à peine tout ce qu’elle aurait pu avoir de stressant, d’effrayant et d’esthétique, ou encore la scène de poursuite en voiture, trop longue.

Néanmoins, d’autres moments parfaitement exécutés ont de quoi intégrer la liste des séquences cultes de la saga. La scène de la course-poursuite à cheval dans une parade pacifiste en plein centre-ville, par exemple, est aussi haletante que belle à voir, et d’une symbolique puissante pour le personnage vieillissant de Ford qui apparaît comme un cowboy sorti d’un western au milieu de combats modernes auxquels il n’appartient plus.

Par ailleurs, le nouvel atout majeur de l’univers d’Indiana Jones est sans aucun doute Helena Shaw, la filleule sortie du chapeau et incarnée par Phoebe Waller-Bridge. L’écriture d’Helena et de sa relation amour-haine avec Jones est beaucoup plus réussie et savoureuse que ce qui avait été fait autour du personnage de Mutt dans Le Crâne de Cristal, et Helena agit efficacement comme un rappel de ce qu’était Jones dans sa jeunesse, maintenant qu’il porte un regard mûr sur sa vie passée.

Mais le vrai coup de maître du film réside dans ses dernières séquences. À travers une grosse prise de risque qui ne plaira sûrement pas à tout le monde, le récit offre la meilleure résolution possible à l’arc de Jones qui court depuis cinq films : son obsession parfois égoïste pour la réalité matérielle de l’Histoire et de ses artefacts. À force de courir après la dimension mystique du passé, le professeur va en connaître une démythification étonnante, qui donnera un sens à toutes ses aventures passées.

À toujours flirter avec le fantastique, Jones franchit ici un pas décisif qui le fait passer de l’autre côté de la barrière, le point magistral et logique qu’il apporte à la longue histoire d’amour entre Jones et surnaturel vaut le coup. Comme souvent dans les films de la saga, le discours est un poil maladroit, un poil épais, et la mise en scène peine à donner la même prestance aux éléments fantastiques qu’à son héros. Mais, dans l’ensemble, l’enthousiasme est tel qu’il conquiert le spectateur malgré tout.

En somme, Indiana Jones et le Cadran de la Destinée referme les portes de la saga avec une excellente compréhension et progression des thématiques fondamentales des films et de leur personnage central. Pas un chef d’œuvre, mais tout de même un film tout à fait à la hauteur de son héritage. Mangold parvient haut la main à reprendre le flambeau de Spielberg en respectant l’esprit tout en faisant valoir son propre savoir-faire. Une conclusion réussie et méritée pour l’aventurier au chapeau.

Vu en VO

Afficher en entier
Bronze

Je n'avais pas forcément eu que des bons échos du film, donc je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais je suis au final assez séduite. Il y a peut-être une petite demi-heure de trop, mais pour moi le contrat est rempli, on m'a offert tout ce que je peux attendre d'un film Indiana Jones, et plus largement d'un film d'aventure à grand spectacle : il y a du rythme, de la cascade, des effets spéciaux, ça fait voyager, etc... Et en plus, on a réussi, bien mieux que dans l'avant-dernier film, à équilibrer les codes anciens de la saga avec une façon plus actuelle de faire du cinéma. Donc à partir de là, je suis contente, j'ai vu que je venais voir.

Après on est d'accord que pour l'originalité, on repassera. Bien sûr que Indiana Jones ne peut pas mourir au bout de 5 minutes de film même s'il est en très très mauvaise posture, bien sûr qu'on va passer tout le film à courir après un énième vieux machin poussiéreux avec des pouvoirs magiques supposés et une prophétie alakon, bien sûr qu'on va visiter à un moment une caverne avec des insectes et pièges en tout genre, bien sûr qu'il y aura un méchant très méchant, bien sûr qu'il y aura une fin à peu près heureuse. Bref, bien sûr qu'on arrivera à deviner 80% du scénario, si ce n'est plus. Mais pour ma part, je ne pense pas que ce genre de saga soit fait pour l'originalité, d'autant plus sur un opus tardif et devant pas forcément clore la saga, mais au moins mettre fin à la présence de son acteur mythique. Soyons honnête, on est plutôt là pour le côté nostalgique et rassurant, donc même si c'est indéniablement présent, ça m'a pas dérangé du tout.

J'ai apprécié le fait que malgré ça, on n'est pas dans un musée et le film ne sent pas la naphtaline. D'autres sagas de boomers ont eu beaucoup de mal à s'y mettre (James Bond par exemple) mais ici on a su apporter une modernité sur des points intelligemment choisis. Clairement, on n'a jamais eu un personnage féminin aussi puissant qu'Helena dans cette saga, on est bien loin des potiches qu'on a pu avoir par le passé, comme Willie dans le Temple Maudit. On a ici une femme avec de la personnalité, intelligente, débordante d'énergie, capable de tenir tête à Indy et même pas secrètement amoureuse de lui. Plus largement, on a rarement eu un personnage secondaire aussi puissant, sans considération de genre. On a ici un personnage qui arrive même par moment à voler la vedette à Indy, ce qu'on n'a jamais eu jusqu'alors, même avec des personnages plus "évidents" comme son fils. J'irais même jusqu'à dire que si on nous annonce une suite avec Helena qui reprend le flambeau, bah d'une part ça serait crédible, et d'autre part ça ferait pas calculé et bien-pensant, ça ferait vraiment naturel.

Autre point que j'ai particulièrement apprécié, c'est qu'Harrison Ford a 80 balais, et on ne nous le cache pas. Autant dans l'avant dernier, on faisait comme si l'âge n'existait pas, et on lui faisait faire des cascades de folie, comme si de rien n'était, et personne n'y croyait vraiment. Ici on nous montre dès la première scène "au présent" un Indiana Jones vieux. Il est usé, fatigué, irritable, blessé par la vie, il ne nous cache pas qu'il a des limites et que physiquement il n'a plus le dessus sur les autres, et ça crée un personnage crédible, de nouvelles facettes qu'on apprécie et qu'on trouve touchantes. Il y a peut-être un peu moins d'actions que dans d'autres films de la saga, mais il y en a quand même, avec un recours très intelligent aux personnages secondaires, qui font pas mal de cascades à la place d'Harrison Ford ; ce qui contribue là encore à les valoriser et à équilibrer le rapport entre Indiana Jones et les autres personnages. On n'est plus du tout dans ce schéma désuet où Indy est le plus beau, le plus fort, le plus intelligent et fait la leçon à tout le monde.

Là où le film se montre pour moi plus décevant, c'est au niveau de l'annonce du premier Indiana Jones non réalisé par Steven Spielberg, qui était censé apporter un souffle nouveau... Bah je l'ai pas du tout vu pour ma part, on est dans une parfaite imitation ; sauf peut-être dans l'intention, Spielberg offrant des films un peu plus enfantins, avec plus d'humour aussi. En même temps pour rivaliser, il aurait peut-être fallu un réalisateur avec un style un peu plus affirmé que James Mangold ?! Et il aurait peut-être aussi fallu que Spielberg ne soit pas à la production. Ça fait un peu Spielberg n'était pas dispo pour le tournage, donc on met un pantin à sa place, mais on le laisse tirer les ficelles dans l'ombre.

On repassera aussi pour la cohérence et la finesse du scénario. Ok la saga n'a jamais été très fine, mais elle essayait quand même, je pense, de créer une "mythologie" intéressante, en sachant sélectionner des mythes, des pays et des périodes de l'histoire qui passaient bien à l'écran ; je pense qu'ici on est en-deçà. Il aurait pourtant suffit, pour une fois, d'en faire un peu moins, de rester sur un cadre spatio-temporel un peu flou, mais non, avec des gros sabots, on est venu marteler des dates que les gens ont bien en tête, d'une part la Seconde Guerre mondiale, et d'autre part les premiers pas sur la lune ; et la subtilité avec laquelle on a expliqué aux spectateurs que l'action se passait à Syracus en Italie, et pas à Syracus aux États-Unis, j'en reste encore sans voix... Tout ça pour rien ! A part 2-3 vagues références à la lune, on n'avait absolument pas besoin de se situer à ce moment de l'histoire américaine.

Quant à la Seconde Guerre Mondiale, bon, déjà, ça a déjà été fait dans cette saga, mais en plus ça a déjà été mieux fait dans cette saga. Si le nazisme offre une toile de fond toujours efficace à l'écran, encore faut il lui donner de la crédibilité et un intérêt dans le scénario ; RIEN de ça ici. On a vraiment l'impression d'avoir pris cette période de l'histoire pas au hasard, mais plutôt faute d'une meilleure idée, et que c'était juste un bon prétexte pour nous coller un long flashback, très maîtrisé techniquement avec le rajeunissement crédible d'Harrison Ford, mais qui n'apporte tellement rien en terme de scénario. Par ricochet, les motivations du "méchant" sont brumeuses, on a vraiment du mal à y croire, et du coup il ne nous marque pas beaucoup, malgré l'efficace Mads Mikkelsen aux commandes, et une réflexion très intéressante sur le rôle de la science dans la société, qui a des échos on ne peut plus d'actualité (les complotistes, etc...).

Afficher en entier

Bande annonce

Vidéo ajoutée par Wyndon 2023-07-01T10:20:51+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Expérience intéressante que ce voyage dans le temps, dans l'histoire, dans l'Histoire et grâce aux technologies actuelles avec un même personnage dans deux époques différentes.

C'est ambitieux, ça en propose beaucoup et ça permet de nous raconter une aventure avec de l'action tout en permettant à Harrison Ford d'être là, faisant ce qu'il sait faire avec son âge.

Il y a aussi une réflexion intéressante sur la nostalgie du héros, sur la vieillesse et surtout sur l'archéologie et la différence entre chercher à comprendre l'Histoire à partir de ses vestiges et la vivre en live.

Une bonne conclusion pour une bonne aventure à travers le temps.

Afficher en entier
Argent

Ce que j’aime bien avec la saga, c’est qu’ils n’hésitent pas à aller loin, au bout de leurs idées – ici, la machine à voyager dans le temps.

On a droit, donc, à un cinquième opus qui va au bout de ce qu’il propose, avec tout ce qu’il faut pour un film d’aventure : de l’action, de l’humour, du méchant…

Ça va vite, c’est sympathiquement fait…

Peut-être pas impérissable mais ça fait le job en divertissement !

Afficher en entier
Vu aussi

Un bon dernier, qui n'a pas le faste des précédents opus. Malgré tout le casting reste bon, les clins d'œil anciens sont présents et le rythme est soutenu juste comme il faut. C'est un bon film d'aventure, mais je serais restée sur le dernier volet en 2008 sans problème.

Afficher en entier
Bronze

Un Indiana Jones que j'ai trouvé en-dessous des précédents.

Afficher en entier
Bronze

J'ai trouvé ce dernier épisode extrêmement touchant. On sent que c'est la dernière fois qu'Harrison Ford se coiffe du Fedora d'Indiana. J'ai adoré retrouvé les personnages rencontrés dans les épisodes précédents (Sallah et Marion) et les nouveaux venus sont sympathiques. Le jeune Teddy est un personnage qui mérite qu'on s'y attarde ; quant à Héléna je suis partagée par l'envie de lui mettre une baffe (des fois, ça serait mérité) et l'espoir qu'elle grandisse un peu et apprenne de son parrain.

Même si l'aventure est moins prenante que dans les trois premiers volets, on se prend au jeu de cette course contre la montre. Et le thème est tout indiqué à ce que traverse notre héros.

Ce cinquième chapitre est une percée dans les sentiments d'Indiana, sur sa vie, son passé, son histoire. J'espérais une relève par son fils mais j'ai été presque choquée d'apprendre que Mutt ne serait pas présent (sans vouloir en révéler trop). Ça m'a pas mal chamboulée de voir notre cher aventurier si atteint Spoiler(cliquez pour révéler)par la disparition de son fils et sa séparation avec Marion, d'où cette impression que ce film est plus touchant que les autres, au delà du fait que ce soit le dernier.

Spoiler(cliquez pour révéler)La rencontre d'Indiana avec Archimède est bouleversante et ce désir de vouloir rester dans une époque (dans l'Histoire) qu'il n'a pas cessé d'étudier est compréhensible.

Je suis un peu triste que les aventures d'Indiana Jones s'achèvent. J'ai grandi avec la saga et espère que la relève tant espérée se fera. Qui sait.

Afficher en entier
Bronze

Le pire de la série ! Ils auraient mieux fait de s'arrêter au précèdent qui était déjà limite. Tout est prévisible et à la limite du ridicule. Le personnage féminin (dont j'ai même pas retenu le nom tellement le film ma passionné !!!) est énervant du début à la fin.

Et puis surtout on regarde Indiana Jones pour voir Indiana Jones, pas pour suivre un fac-similé féminin.

Afficher en entier
Argent

Quand j'ai vu le film au cinéma, je n'avais vu aucun des films précédents (ou peut-être quelques passages à la télé ?). Le personnage m'est familier.

L'histoire était sympa mais j'ai pas complètement accroché. ça reste divertissant, il y a de l'aventure, de l'action. Je pense que les fans doivent être content du coté nostalgique de retrouver Indiana Jones.

(Vu en VF)

Afficher en entier
Diamant

Quand je regarde "Indiana Jones" je suis toujours aussi émerveillée devant les découvertes de notre professeur d'archéologie et aventurier préféré, et ce film ci ne fait pas exception à la règle, il est digne de tous ceux qui l'ont précédés ! Il y en a pour tout les goûts, de l'humour, de l'action, etc... On ne s'ennuie pas une seule seconde ! Bravo à tous les acteurs(trices) en particulier Harrison Ford bien sûr ! Toujours aussi génial dans le rôle d'Indiana Jones malgré ses 81 printemps.

C'est sûr je reverrai ce film un jour avec grand plaisir !!!

Afficher en entier
Bronze

Je n'avais pas forcément eu que des bons échos du film, donc je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais je suis au final assez séduite. Il y a peut-être une petite demi-heure de trop, mais pour moi le contrat est rempli, on m'a offert tout ce que je peux attendre d'un film Indiana Jones, et plus largement d'un film d'aventure à grand spectacle : il y a du rythme, de la cascade, des effets spéciaux, ça fait voyager, etc... Et en plus, on a réussi, bien mieux que dans l'avant-dernier film, à équilibrer les codes anciens de la saga avec une façon plus actuelle de faire du cinéma. Donc à partir de là, je suis contente, j'ai vu que je venais voir.

Après on est d'accord que pour l'originalité, on repassera. Bien sûr que Indiana Jones ne peut pas mourir au bout de 5 minutes de film même s'il est en très très mauvaise posture, bien sûr qu'on va passer tout le film à courir après un énième vieux machin poussiéreux avec des pouvoirs magiques supposés et une prophétie alakon, bien sûr qu'on va visiter à un moment une caverne avec des insectes et pièges en tout genre, bien sûr qu'il y aura un méchant très méchant, bien sûr qu'il y aura une fin à peu près heureuse. Bref, bien sûr qu'on arrivera à deviner 80% du scénario, si ce n'est plus. Mais pour ma part, je ne pense pas que ce genre de saga soit fait pour l'originalité, d'autant plus sur un opus tardif et devant pas forcément clore la saga, mais au moins mettre fin à la présence de son acteur mythique. Soyons honnête, on est plutôt là pour le côté nostalgique et rassurant, donc même si c'est indéniablement présent, ça m'a pas dérangé du tout.

J'ai apprécié le fait que malgré ça, on n'est pas dans un musée et le film ne sent pas la naphtaline. D'autres sagas de boomers ont eu beaucoup de mal à s'y mettre (James Bond par exemple) mais ici on a su apporter une modernité sur des points intelligemment choisis. Clairement, on n'a jamais eu un personnage féminin aussi puissant qu'Helena dans cette saga, on est bien loin des potiches qu'on a pu avoir par le passé, comme Willie dans le Temple Maudit. On a ici une femme avec de la personnalité, intelligente, débordante d'énergie, capable de tenir tête à Indy et même pas secrètement amoureuse de lui. Plus largement, on a rarement eu un personnage secondaire aussi puissant, sans considération de genre. On a ici un personnage qui arrive même par moment à voler la vedette à Indy, ce qu'on n'a jamais eu jusqu'alors, même avec des personnages plus "évidents" comme son fils. J'irais même jusqu'à dire que si on nous annonce une suite avec Helena qui reprend le flambeau, bah d'une part ça serait crédible, et d'autre part ça ferait pas calculé et bien-pensant, ça ferait vraiment naturel.

Autre point que j'ai particulièrement apprécié, c'est qu'Harrison Ford a 80 balais, et on ne nous le cache pas. Autant dans l'avant dernier, on faisait comme si l'âge n'existait pas, et on lui faisait faire des cascades de folie, comme si de rien n'était, et personne n'y croyait vraiment. Ici on nous montre dès la première scène "au présent" un Indiana Jones vieux. Il est usé, fatigué, irritable, blessé par la vie, il ne nous cache pas qu'il a des limites et que physiquement il n'a plus le dessus sur les autres, et ça crée un personnage crédible, de nouvelles facettes qu'on apprécie et qu'on trouve touchantes. Il y a peut-être un peu moins d'actions que dans d'autres films de la saga, mais il y en a quand même, avec un recours très intelligent aux personnages secondaires, qui font pas mal de cascades à la place d'Harrison Ford ; ce qui contribue là encore à les valoriser et à équilibrer le rapport entre Indiana Jones et les autres personnages. On n'est plus du tout dans ce schéma désuet où Indy est le plus beau, le plus fort, le plus intelligent et fait la leçon à tout le monde.

Là où le film se montre pour moi plus décevant, c'est au niveau de l'annonce du premier Indiana Jones non réalisé par Steven Spielberg, qui était censé apporter un souffle nouveau... Bah je l'ai pas du tout vu pour ma part, on est dans une parfaite imitation ; sauf peut-être dans l'intention, Spielberg offrant des films un peu plus enfantins, avec plus d'humour aussi. En même temps pour rivaliser, il aurait peut-être fallu un réalisateur avec un style un peu plus affirmé que James Mangold ?! Et il aurait peut-être aussi fallu que Spielberg ne soit pas à la production. Ça fait un peu Spielberg n'était pas dispo pour le tournage, donc on met un pantin à sa place, mais on le laisse tirer les ficelles dans l'ombre.

On repassera aussi pour la cohérence et la finesse du scénario. Ok la saga n'a jamais été très fine, mais elle essayait quand même, je pense, de créer une "mythologie" intéressante, en sachant sélectionner des mythes, des pays et des périodes de l'histoire qui passaient bien à l'écran ; je pense qu'ici on est en-deçà. Il aurait pourtant suffit, pour une fois, d'en faire un peu moins, de rester sur un cadre spatio-temporel un peu flou, mais non, avec des gros sabots, on est venu marteler des dates que les gens ont bien en tête, d'une part la Seconde Guerre mondiale, et d'autre part les premiers pas sur la lune ; et la subtilité avec laquelle on a expliqué aux spectateurs que l'action se passait à Syracus en Italie, et pas à Syracus aux États-Unis, j'en reste encore sans voix... Tout ça pour rien ! A part 2-3 vagues références à la lune, on n'avait absolument pas besoin de se situer à ce moment de l'histoire américaine.

Quant à la Seconde Guerre Mondiale, bon, déjà, ça a déjà été fait dans cette saga, mais en plus ça a déjà été mieux fait dans cette saga. Si le nazisme offre une toile de fond toujours efficace à l'écran, encore faut il lui donner de la crédibilité et un intérêt dans le scénario ; RIEN de ça ici. On a vraiment l'impression d'avoir pris cette période de l'histoire pas au hasard, mais plutôt faute d'une meilleure idée, et que c'était juste un bon prétexte pour nous coller un long flashback, très maîtrisé techniquement avec le rajeunissement crédible d'Harrison Ford, mais qui n'apporte tellement rien en terme de scénario. Par ricochet, les motivations du "méchant" sont brumeuses, on a vraiment du mal à y croire, et du coup il ne nous marque pas beaucoup, malgré l'efficace Mads Mikkelsen aux commandes, et une réflexion très intéressante sur le rôle de la science dans la société, qui a des échos on ne peut plus d'actualité (les complotistes, etc...).

Afficher en entier
Bronze

J’ai été un peu déçue de ce visionnage avec beaucoup de longueurs alors que j’adorais les Indiana Jones passés. On retrouve malgré tout certains éléments majeurs (et Harrison Ford <3) mais on ne retrouve pas le niveau de Spielberg.

Afficher en entier

Date de sortie

Indiana Jones et le Cadran de la destinée

  • France : 2023-06-28 (Français)

Activité récente

loveuse l'ajoute dans sa cinéthèque or
2024-07-21T14:54:48+02:00
Yukorure l'ajoute dans sa cinéthèque or
2024-06-27T21:28:06+02:00
Noone le place en liste or
2024-06-22T19:52:01+02:00
paauline5 l'ajoute dans sa cinéthèque or
2024-06-19T17:25:50+02:00
opnyx l'ajoute dans sa cinéthèque bronze
2024-05-20T15:04:22+02:00
Ccnd l'ajoute dans sa cinéthèque argent
2024-05-14T12:17:36+02:00
alexaba l'ajoute dans sa cinéthèque or
2024-04-12T12:34:56+02:00

Distinctions de ce film

Évaluations

Les chiffres

spectateurs 271
Commentaires 18
répliques 3
Evaluations 109
Note globale 7.06 / 10